Concertation PLU-H, le Grand Lyon dans les starting blocks

PLUH Grand LyonEn accord avec le Grenelle II qui prévoit un renforcement des objectifs de développement durable dans les PLU d’une part, et l’intégration de la politique de l’habitat d’autre part, la concertation du PLU-H du Grand Lyon s’ouvre ce mercredi 31 mai avec tous les acteurs qui souhaitent bâtir un projet territorial partagé.

PLU-H, qui es-tu ?
Pourfendeurs d’une planification territoriale dogmatique et fervents défenseurs d’un développement urbain concerté ? Il faudra désormais composer avec un nouvel acronyme qui fera parler de lui ces quatre prochaines années : le bien nommé PLU-H, pour Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat*, ouvert à la concertation à compter de ce mercredi 31 mai.

PLU-H, les grandes orientations
Avec l’accueil de 85 500 nouveaux habitants et la création de 88 000 emplois ces 10 dernières années, le Grand Lyon réaffirme son statut de métropole européenne attractive. « Aujourd’hui, l’enjeu est de conforter et d’amplifier cette dynamique » souligne Gérard Collomb, à l’occasion de la conférence de presse du 30 mai 2012. Une ambition territoriale qui passe notamment par la production de 150 000 logements d’ici à 2030, soit 7 500 logements par an. Ici, le grand Lyon peut d’ores et déjà composer avec une réserve de 22 000 logements projetés dans les opérations à venir.
« Pour autant, cette attractivité ne sera durable que si elle s’accompagne d’une amélioration permanente de la qualité du cadre de vie des habitants et de la satisfaction de leurs besoins » nuance le Président.

PLU-H, les apports du Grenelle II
Conformément au Grenelle II, le futur PLU-H du Grand Lyon sera l’expression d’un projet de développement intégrant des enjeux de développement durable. Plus précisément sur ce qui nous amène ici, le PLU-H vise une organisation urbaine plus sobre en énergie, limitant les émissions de gaz à effet de serre.

  • La ville des courtes distances

En ligne de mire, les transports qui représentent à eux seuls 24 % de l’énergie du territoire et 29 % des émissions de GES. Pour diminuer les obligations de déplacements sur son territoire, le PLU-H du Grand Lyon priorise le développement urbain autour des secteurs déjà bien desservis en TC, à l’instar de la ZAC de la Fraternité à Décines ou du secteur de la Saulaie à Oullins. « Il nous faut organiser la ville des courtes distances autour de pôles urbains plus denses et interconnectés afin de limiter les déplacements en voiture et préserver les espaces naturels et agricoles » résume Gérard Collomb.

  • La performance énergétique

Autre cheval de bataille du PLU-H : l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments. Avec 29 % des consommations énergétiques globales et 17 % des émissions de GES le secteur résidentiel dispose lui aussi de vastes marges de progression. Pour se faire, le Grand Lyon encourage la construction de logements économes en énergie, comme dans la ZAC Castellane à Sathonay Camp.
Dans le même temps, la réhabilitation énergétique des logements doit contribuer à l’objectif des 3 x 20, tout en luttant contre la précarité énergétique des ménages défavorisés.

La ville durable est en marche. Rendez-vous le 1er janvier 2016 !

* Par délibération du 16 avril 2012, le Grand Lyon a décidé d’engager la révision de son Plan Local d’Urbanisme (PLU) tenant lieu de Programme Local de l’Habitat (PLH), soit le PLU-H.

>> Toute l’info PLU-H sur grandlyon.com

Rencontre – Zone Verte, boire & manger bio

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité Facebook

Nous avons rencontré Laurent BOUFFANET, le directeur du restaurant & salon de thé bio Zone Verte, qui a bien voulu nous expliquer les raisons pour lesquelles il a décidé d’être utile pour l’environnement et de s’engager dans la protection de la nature.

Après avoir passé de nombreuses années en Asie et principalement au Japon, il s’est inspiré du mode de vie asiatique qui selon lui est bien plus écolo que le mode de vie européen. Ayant quitté son travail, il a préféré allier convictions personnelles et activité professionnelle en créant Zone Verte, mais également en ouvrant le magasin Vélonaute.

Pour ces deux projets, il a gardé en tête d’avoir une responsabilité vis-à-vis de l’environnement. Il a donc priorisé, pour son restaurant, de cuisiner des produits locaux, bio et de saison. Zone Verte aligne les initiatives écologiques en privilégiant des attitudes éco citoyennes de la part de ses employés et en utilisant au maximum des matériaux naturels, de la vaisselle jusqu’aux plateaux en passant par les peintures murales ou encore la tenue des employés !

Etant lui-même un fervent partisan du vélo en ville, il a décidé de joindre l’utile à l’agréable et a ouvert Vélonaute, un magasin proposant des vélos adaptés à chaque personne (vélo électrique, pliant, hollandais…)

« Quand j’arrive chez moi en vélo, je suis moins fatigué qu’au moment de sortir du travail »

Laurent a mis en place un système pédagogique pour le public car il a conscience qu’une sensibilisation à l’environnement et aux éco-gestes est nécessaire pour faire avancer les choses en matière d’éco-responsabilité ; il nous a confié que ses clients, qui d’ailleurs pour la plupart d’entre eux côtoient les deux lieux, sont ouverts et curieux sur les questions environnementales.

 

Après le petit entretien que nous avons eu, l’image de Laurent que nous avons gardé en tête est celle d’une personne souriante qui a la volonté d’être utile et de préserver notre belle planète en s’inspirant de ce qu’il a pu voir ailleurs, du côté du Pacifique.

Si vous voulez passer un bon moment en mangeant des spécialités locales, nous vous recommandons d’aller faire un petit tour dans ce restaurant ou vous serez accueillis chaleureusement !

Conseil de développement, 10 ans déjà !

Participation citoyenne

"Recherchons citoyens pour faire progresser débat d'idées"

A date anniversaire, le Conseil de développement publie son rapport annuel 2011 ; l’occasion de revenir sur une décennie de démarche participative à la faveur d’un débat public concerté, essentiel à la vie démocratique locale.

« En 10 ans d’existence, le Conseil de développement s’est progressivement installé dans le paysage métropolitain et occupe désormais une place tout à fait particulière dans le débat public » introduit Jean Frébault – Président du Conseil, en préambule du rapport annuel 2011.

L’année 2011 aura été une année riche pour le Conseil de développement, avec notamment la production de 5 contributions sur des politiques publiques majeures, à savoir :
–          la Politique de la Ville,
–          la densité urbaine,
–          les politiques de stationnement,
–          la construction métropolitaine et
–          le traitement des déchets

« Ces contributions ont été utiles et efficaces. Elles ont fait bouger les lignes » estime Gérard Claisse, vice-président du Grand Lyon en charge de la participation citoyenne et du Conseil de développement. On pense, par exemple, à l’objectif ambitieux de 15 % de réduction des déchets à l’horizon 2030, retenu dans le cadre de la délibération sur le futur système de traitement des déchets du Grand Lyon.

Autre point nommé qui nous intéresse tout particulièrement ici : l’intérêt associé à une implication non démentie du Conseil de développement à l’égard du Plan Climat.
« Dans le cadre de l’élaboration du Plan Énergie Climat, plus précisément sur la problématique « responsabilité citoyenne », nous avons sollicité le Conseil de développement ; lequel s’est interrogé sur les freins et les blocages liés aux habitudes, aux modes de vie et aux représentations sociales des habitants, ainsi que sur les « déclics » qui pourraient faire évoluer les comportements » indique Pierre Crépeaux, chargé de mission Plan climat au Grand Lyon.
Le volet « changement de comportement » a d’ailleurs été intégré au Plan d’actions partenarial du Grand Lyon [clic ! A lire en p.24]

Depuis sa création en 2001, le Conseil de développement a progressé en crédibilité et bénéficie de l’oreille attentive des décideurs. Un statut privilégié qu’il convient de défendre telle une place forte ! Jean Frébault est là pour le rappeler : « les démarches participatives ne sont jamais un long fleuve tranquille, c’est un processus fragile, qu’il faut toujours revisiter, qui nécessite beaucoup d’énergies citoyennes, d’enthousiasme et des moyens en ingénierie d’accompagnement ».

Pour aller plus loin
>> [clic!] Télécharger le rapport annuel 2011 sur grandlyon.com

La logistique urbaine a le vent en poupe !

Combi Fret

Combi Fret, un concept de livraison innovant

>> Mesure visée par le 2.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.22]

La logistique urbaine occupe le devant de la scène grandlyonnaise. Peu de temps après l’ouverture du premier espace de logistique urbain Cordeliers, c’est au tour de Citylog de porter ses fruits pré-estivaux.

Dans le cadre dudit projet de R&D soutenu par la Commission Européenne, le Grand Lyon et ses partenaires expérimentent deux concepts innovants pour la distribution des marchandises en secteur dense. Alors que l’expérimentation du concept Bentobox secteur Part-Dieu se termine avec des premiers résultats concluants, la phase de tests du Combi Fret – initiée au mois d’avril par le transporteur TNT – révèle d’ores et déjà de nombreux intérêts. Decryptage.

 
  • Le concept de « Combi Fret »

L’expérimentation consiste pour le transporteur, à savoir TNT, à répartir ses colis non plus dans un camion mais dans 3 modules mobiles, indépendants les uns des autres.Ces modules, des caisses d’une contenance de 10m3, sont chargés sur le dépôt lyonnais de TNT à Pierre Bénite sur un poids lourds Midlum de 16 tonnes de PTAC mis à disposition par Renault Trucks.

Ils sont ensuite acheminés jusqu’à un espace réservé situé sur la commune de Vaulx-en-Velin, à proximité immédiate de la zone de livraison. Chaque caisse est alors transférée sur un véhicule léger qui prend le relais pour la livraison du dernier kilomètre sur Vaulx-en-Velin et Villeurbanne.
En fin de journée, les véhicules légers effectuent leur tournée de ramassage puis transbordent à nouveau leur module mobile sur le poids lourd qui retourne sur le dépôt du transporteur.
 
 
  • Le concept de la Bentobox
Cette consigne à colis intelligente, installée pendant 6 semaines dans le centre commercial de la Part Dieu (Lyon 3), a été testée par le transporteur TNT et un de ses clients, la marque de prêt-à-porter Kookaï. Le concept permet au transporteur de livrer en dehors des heures d’ouverture des magasins (la nuit ou très tôt le matin) en mettant les colis à disposition dans une consigne intelligente.
Son utilisation est simple : d’un côté, des « trolleys » ou compartiments mobiles, chargés directement dans le dépôt du transporteur, et d’un autre, la consigne à colis installée dans un centre commercial. Chaque trolley est chargé en fonction de son destinataire puis transporté par un véhicule alternatif. Une fois arrivé au centre commercial, le chauffeur va insérer l’ensemble des trolleys dans la consigne. Par un système d’information élaboré, les destinataires sont prévenus par SMS ou e-mail de la disponibilité de leurs marchandises. Une réelle valeur ajoutée pour le destinataire qui peut ainsi venir récupérer ses colis à sa convenance et maîtriser sa logistique.
 
 
  • Les résultats attendus
Les partenaires du projet attendent beaucoup de ces solutions innovantes qui doivent permettre de réduire le nombre de véhicules sur les routes.  » En participant à une meilleure fluidité de la circulation en centre-ville, ces concepts doivent également réduire significativement les impacts environnementaux, les nuisances sonores et le risque routier » explique Marie-Claude Nicolas Bauer, qui coordonne le projet côté Grand Lyon. En bref, une gestion sécurisée, flexible, fiable et propre du transport routier de marchandises en secteur dense. Résultats à suivre…
 
 

A7, les automobilistes lèvent le pied

panneau de signalisation vitesse limitée à 70 km/h

La traversée de Lyon limitée à 70 km/h

>> Mesure visée par le 2.4 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.16]

Les furieux bolides du bitume n’ont qu’à bien se tenir ! Depuis ce vendredi 11 mai, les portions d’autoroute traversant le centre-ville de Lyon sont limitées à 70km/h. La décélération en question vise à réduire la pollution et le bruit aux abords des zones urbanisées de l’autoroute du Soleil.

En tout et pour tout, seuls trois kilomètres de l’A7 sont concernés par une vitesse maximale de 70 km/h : depuis la courbe de la Mulatière jusqu’à la sortie du tunnel Fourvière.
« Cette nouvelle mesure vise l’amélioration du plan de protection de l’atmosphère (PPA) du Grand Lyon qui doit être adopté prochainement » a déclaré le Préfet du Rhône Jean-François Carenco, à l’origine du décret.

De fait, 40% de la pollution de l’air dans l’agglomération lyonnaise sont directement imputables au trafic routier. Ralentir c’est consommer moins de carburant. Lever le pied (sans aller jusqu’à la tendinite), c’est déjà limiter ses rejets de microparticules nocives.

Paul F. emprunte quotidiennement l’A7 pour rejoindre son domicile à Oullins : « si la volonté politique est véritablement de réduire les émissions carbone sur l’agglomération, la limitation de vitesse pérenne et contrainte – matérialisée par autant de panneaux signalétiques [NDLR et de « prunes » au goût amer ?] – est certainement plus adaptée que l’affichage lumineux épisodique lors des pics de pollution.» Et d’ajouter, pragmatique : « même si je vais perdre un temps précieux… »

Si l’A7 ouvre la voie, cette première disposition – entrée en vigueur le 11 mai 2012 – s’inscrit dans un schéma plus global visant l’homogénéisation progressive des limitations de vitesse aux abords de Lyon. De cette façon, la vitesse maximale autorisée sur les voies rapides de l’agglomération lyonnaise sera réduite de 20 km/h, d’ici fin juin. [NDLR Dans le même temps, les limitations de vitesse épisodiques* seront abandonnées.]

Perdre un peu de son temps pour en faire gagner à la planète, ça a du bon, non ?

* Le Grand Lyon compte 125 jours annuels d’alerte à la pollution

Rencontre – Un petit pois pour moi, un grand pas pour l’humanité !

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité  /  Facebook

Après être tombés sur un article de Rue89 concernant une petite épicerie bio, les « 3 Ptits Pois », l’équipe du blog est allée enquêter sur ce concept original.

3 Ptits Pois est la première épicerie bio de voisinage lancée par Julien, Olivier et Simon, qui ont quitté leur profession pour se lancer dans cette aventure. Ils ont bien voulu nous accorder un peu de temps pour nous donner quelques infos :

Les produits vendus en vrac sont intégralement bio et sont des productions locales et/ou équitables. Ils préservent l’environnement grâce à la suppression quasi-totale d’emballage. En effet, les consommateurs peuvent réutiliser les sachets mis à disposition et venir avec leurs propres boîtes alimentaires.

Les produits bio vendus ici sont bien moins couteux que ceux que l’on peut trouver dans d’autres épiceries bio donc ils sont plus accessibles, affirment les responsables des 3 Ptits Pois.

L’épicerie a aussi mis en place un système de distribution original : des garde-mangers collectifs. Le principe : l’épicerie fournit un stock d’aliments à un groupe d’habitants, qui aménage un local (généralement une cave), lequel devient ainsi le garde-manger. Chacun de ces habitants peut s’approvisionner en fonction de ses besoins en pâtes, farine, épices etc. Sur une feuille de consommation, il indique au fur et à mesure ce qu’il prend. Cette feuille sert à Julien pour établir une facture qu’il envoie à la fin du mois à chaque consommateur. Une caution est demandée afin de pouvoir acheter, et si un habitant ne veut plus se servir dans le garde-manger, sa caution lui sera rendue.

L’épicerie fêtera ses 2 ans le vendredi 11 mai de 16h à 22h au 59 rue Chevreul, Lyon 7ème, et  Julien vous accueillera dans une ambiance festive où les produits locaux seront mis à l’honneur !

Une logistique urbaine sobre en carbone

Inauguration de l'ELU Cordeliers

Gérard Collomb inaugure le premier espace de logistique urbaine de Lyon (26 avril 2012).

>> Mesure visée par le 2.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.22]

Le Grand Lyon et ses partenaires créent le premier espace logistique urbain : l’ELU Cordeliers – ventricule palpitant des livraisons de marchandises au cœur de la Presqu’île – inauguré le 26 avril dernier.

Il ne s’agit ni d’un hurluberlu mystique autoproclamé, ni d’un politique influent. Cet ELU là compte 314m² de surface dédiés à la logistique avancée, au rez-de-chaussée du parking des Cordeliers (Lyon 2e). Mis à disposition par LPA, l’exploitation de l’espace de logistique urbaine est assurée par Transports Deret*. Objectif ? Optimiser la circulation des marchandises en ville, aussi bien sur le plan fonctionnel qu’environnemental. Explications.

« En général, les plateformes logistiques sont situées en périphéries quand les clients sont, pour la plupart, en centre-ville » explique Marie-Claude Nicolas Bauer, chargée de mission au Grand Lyon. Par ailleurs, les horaires de livraison, conditionnées par les heures d’ouverture/fermeture des magasins, contraignent tous les gros transporteurs à prendre la route vers l’hypercentre aux heures de pointe… Résultat ? Conditions d’accès, de circulation et de distribution difficiles, encombrement des rues, pollution de l’air et nuisances sonores additionnée d’une perte de temps indiscutable. Sans compter le ras le bol de nos concitoyens et des chauffeurs-livreurs de bonne composition, la mobilité urbaine en prend un coup…

Fonctionnement des livraisons sans ELU

Fonctionnement des livraisons sans ELU

Avec un accès illimité à l’ELU Cordeliers, les transporteurs privilégient les approches nocturnes – en dehors des heures de pointe – s’exonérant ainsi des contraintes de livraison traditionnelles. Les marchandises venant de la périphérie lyonnaise sont ainsi regroupées sur l’ELU Cordeliers avant d’être redistribuées vers les 31 destinataires finaux, via les véhicules propres, à l’instar des deux véhicules électriques récemment acquis par le transporteur Deret.
Outre le désengorgement des voies de circulation en période de pointe, cette nouvelle formule contribue à la diminution du nombre de véhicules polluants vers les centres denses. La seule exploitation des 2 camions électriques sur les derniers kilomètres devrait permettre une économie de 14 tonnes de CO2 par an !

Fonctionnement des livraisons avec ELU

Fonctionnement des livraisons avec ELU

« La logistique urbaine est un maillon indispensable au développement d’une ville qui relève le défi de la mobilité durable » rappelait Gérard Collomb à l’occasion de l’inauguration de l’ELU Cordeliers. De fait, l’initiative partenariale s’inscrit dans une longue série d’engagements à la faveur d’une logistique urbaine sobre en carbone. On pense notamment à l’expérimentation d’un centre de distribution des matériaux de construction, pour organiser au mieux l’approvisionnement des chantiers grandlyonnais en milieu urbain (projet à l’étude), ou à la possibilité d’intégrer d’autres espaces de logistique urbaine  dans l’agglomération.

* En 2010, Deret s’est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 20% pour son activité transport. Un véhicule électrique de Deret émet 29 g/km contre environ 400 g pour un véhicule thermique équivalent, soit environ 14 fois moins par kilomètre parcouru.

Pour aller plus loin
>> Consulter le dossier de presse « ELU Cordeliers »
>> Citylog, le programme de recherche européen pour une logistique urbaine durable et efficace

Héros ordinaires – Origins

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité  /  Facebook

La planète se réchauffe, on prédit la fin du monde d’ici peu (certains l’imaginent même à la fin de cette année), l’humanité est en danger.

C’est alors qu’apparaît… Le Héros Ordinaire !

Sa mission ?

Sauver le monde grâce à ses actions dignes des plus grands : le tri des déchets, l’utilisation des transports en commun, l’isolation de leur maison… Tous les gestes possibles et imaginables de la vie quotidienne qui font sa force. Certes, le Héros Ordinaire est fort mais il est aussi admirable, d’ailleurs ses admirateurs voudraient suivre son exemple ! Du moins on l’espère…

Le terme de Héros Ordinaires est apparu dans un contexte tout autre, pendant la Seconde Guerre Mondiale (La Revue durable, n°23). Il s’agissait de Résistants qui, dans leur existence quotidienne et au péril de leur vie, se sont opposé à l’ordre alors établi. Aujourd’hui, ces Héros ordinaires ne risquent heureusement plus la mort, mais dans leur actes au jour le jour, ils ont le courage et l’envie de changer leur habitudes, pour être en phase avec leur convictions, et mettre leur petite pierre pour le bien de l’humanité. D’où l’utilisation de ce terme par La revue durable et pour notre mission : débusquer, rencontrer, interroger, réunir et mettre en lumière les Héros ordinaires d’aujourd’hui à Lyon.

Qu’est-ce qu’un Héros ordinaire ?

Le Héros Ordinaire reste optimiste face à l’Apocalypse annoncée et combat un système dominant en résistant à celui-ci avec des actions à sa portée, même modestes.

Pour ceux qui veulent adopter la tenue héroïque, il suffirait de suivre le Guide1 du Héros Ordinaire dont voici un extrait :  « 25. Garder une bonne humeur infaillible, 26. Communiquer ses pouvoirs «ordinaires », (gestes de la vie de tous les jours), 27. Avoir envie d’être un Héros en mettant ses pouvoirs au service du monde. »

Mais, aussi héroïque qu’il soit, le Héros Ordinaire doit être aidé, épaulé, secondé et a besoin de retrouver d’autres Héros pour ne pas se sentir trop seul devant sa poubelle de tri…

La communication avec d’autres Héros Ordinaires mais également avec des personnes qui ne sont pas encore ralliées à leur cause est fondamentale. Comme le disait « récemment » De La Rochefoucauld : « Rien n’est si contagieux que l’exemple » (1665)

D’où l’importance de partager les expériences et rassembler les Héros ordinaires (et ceux qui le seront bientôt), que se soit virtuellement, par exemple via Le climat entre nos mains, ou en vrai, comme le 23 juin, lors du Temps des cerises, à la Confluence, où nous seront présents.

D’où l’importance aussi de montrer ces visages, ces gestes, de raconter les modes de vie inventés par ces super éco-citoyens, sur ce blog et à travers les portraits en vidéo que nous sommes en train de tourner.

Fort heureusement, le Héros Ordinaire passe très bien à l’image ! 😉

Tel est le monde dans lequel vit le notre Héros et qui symbolise l’entrée dans une nouvelle ère ou tout le monde peut devenir comme lui.

We Need You !

1. Bien entendu, ce guide est purement fictif…