Transition énergétique, le Grand Lyon s’investit dans le débat national

Le Grand Lyon s’investit dans le « Débat national sur la transition énergétique » en organisant deux ateliers débats les 6 et 14 mai prochains.

>> Mesure visée par le 4.5 & 5.2 du  Plan d’Actions Partenarial [clic !  à lire en p. 40 & 54]

Le Grand Lyon et ses partenaires organisent deux événements en mai dans le cadre du débat national

Jusqu’en juillet 2013, les Français sont invités à participer au grand débat sur la transition énergique initié par le gouvernement. La France s’est en effet engagée dans un processus de transition énergétique fondé sur la sobriété et l’efficacité, ainsi que sur le développement des énergies renouvelables.

Le débat qui se déroule dans toute la France jusqu’en juillet 2013 conduira à un projet de loi de programmation à l’automne 2013.

A l’échelle territoriale, chaque acteur local peut participer au débat, en proposant des événements « Débat Transition Énergétique », labellisés par la Région.

Le Grand Lyon s’implique dans cette démarche te interroge la transition énergétique  en proposant notamment deux ateliers-débats les 6 et 14 mai prochains :

Le 6 mai 2013 : « Le Grand Lyon face au défi de la transition énergétique »

L’atelier-débat se déroulera à l’ Institut Lumière – 25 rue du 1er film, 69 008 Lyon – de 14h à 18h30, avec :

  • 14h – 14h30 : Plénière d’ouverture
  • 14h30-16h : Table ronde « Rénovation énergétique : les clés du financement innovant »
    Quels sont les enjeux du financement de la rénovation énergétique ? Quels sont les différents business modèles européens qui ont fait leurs preuves ? Quelles sont les possibilités d’adaptation de ces modèles en France ? Quels sont les rôles de chaque acteur : banques, collectivités, énergéticiens, filière bâtiment, bailleurs sociaux, copropriétés…
  • 16h30-18h : Table ronde « Le Grand Lyon, vers une ville sobre et efficace pour 2050″
    Interrogation sur le « modèle lyonnais » dans sa vision globale (démarches Plan Energie Climat et Ville Intelligente). Quelle transition souhaitons-nous ? Quels rôles jouent les expérimentations dans cette transition ? Quels rôles pour les smart grids ? En quoi ces expérimentations vont-elles permettre de répondre aux problématiques énergétiques ? Quels impacts auront-elles dans la construction d’une nouvelle vision du territoire ?
  • 18 h – 18h30 : Discours de clôture

Inscriptions par mail auprès de Natacha Hirth : nhirth@gmail.com

Le 14 mai 1013 : « Les smart grids au service de la transition énergétique »

L’atelier-débat co-organisé avec l’ALE et erdf aura lieu au Palais de la mutualité – 1 Place Antonin Jutard, 69003 Lyon – de 14h à 18h, avec :

  • 14h -14h20 : Propos introductifs
  • 14h20 – 15h50 : Table ronde « Comment les smart grids contribuent à la transition énergétique ? Focus sur le Grand Lyon »
    • Projet Greenlys
    • Projet Lyon Smart Community
    • Projet Smart Electric Lyon
    • Quel business model pour ces projets ?
  • 16h20 – 17h40 : Table ronde « Comment les smart grids interrogent la société ? »
    17h50 – 18h – Conclusion

Inscriptions en ligne sur le site de l’ALE

Pour aller plus loin

>> Projets et expérimentations smart city dans le Grand Lyon sur le site éco du Grand Lyon

>> Répondre aux enjeux territoriaux du défi énergétique sur grandlyon.com

 

Transition énergétique, donnez de la voix !

Pour engager pleinement le pays dans un changement de nos modes de consommation et de production d’énergie, le débat national sur la transition énergétique propose d’échanger sur les grands choix en matière de politique énergétique.

doigts levées

Le débat national, décliné au niveau territorial, est l'occasion pour chacun d’entre nous d'approfondir ces problématiques énergétiques

La transition énergétique souhaitée repose sur trois grands principes, à savoir : la sobriété, l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables.

Volonté du Président de la République définie en septembre 2012, le grand débat citoyen et territorial sur la future politique énergétique de la France a lieu de mars à juin 2013 et débouchera sur une loi de programmation à l’automne.

L’organisation du débat

La conférence environnementale a arrêté 4 questions – formulées dans la feuille de route pour la transition écologique – autour desquelles le débat s’articule :
  1. Comment aller vers l’efficacité énergétique et la sobriété ? L’évolution des modes de vie, de production, de consommation, de transport ainsi que des services énergétiques nécessaires doit constituer le point de départ.
  2. Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025 ? Quels scénarios possibles aux horizons 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France ?
  3. Quels choix en matière d’énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l’énergie et quelle stratégie de développement industriel et territorial ?
  4. Quels coûts, quels bénéfices et quel financement de la transition énergétique ?

Ces questions sont abordées et discutées lors des événements organisées dans les territoires jusqu’en juin 2013. Comme l’indique le livret de connaissances du débat, ce processus devra produire les bases d’une stratégie de transition énergétique pour le pays, en répondant à de multiples enjeux : énergétiques bien sûr, mais aussi économiques, sociaux, environnementaux et de gouvernance.

La loi de programmation attendue pour l’automne 2013 définira alors les moyens à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs de la France, avec la définition précise du mix énergétique, des priorités sectorielles, des politiques et mesures de financement et d’incitation – et, au-delà de ces engagements – à la définition des trajectoires de long terme.
Comment  participer au débat ?

Le débat national, décliné au niveau territorial, est l’occasion pour chacun d’entre nous d’approfondir ces problématiques énergétiques, de participer aux ateliers débats organisés dans sa région et de déposer ses contributions sur les grandes questions portées au débat.

Pour faire entendre leur voix, les citoyens disposent de plusieurs espaces de débat :

  • Des débats territoriaux sous forme de réunions publiques initiées par les collectivités, les associations ou les entreprises sur les territoires.
    > Tous les rendez vous territoriaux sont annoncés sur le site dédié de la région Rhône Alpes
  • Le site internet national du débat où les internautes sont appelés à donner régulièrement leur avis et contributions sur des thèmes relatifs aux grandes questions soulevées par le débat.

Économies d’énergie, les gardiens communaux de Saint-Fons se forment pour agir

Quels gestes adopter dans les bâtiments municipaux pour baisser les consommations d’énergie ? Telle était la question posée aux gardiens des structures communales de Saint-Fons dans le cadre d’une formation dispensée cet automne par l’Agence Locale de l’Energie (ALE). L’objectif ? Renforcer la capacité des gardiens à adopter des gestes simples et par là même, transmettre l’éco-attitude aux usagers.

>> Mesure visée par le 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

Double-vitrage, isolation, réfection des toits… pour réussir à réduire sa facture énergétiques, les travaux ne font pas tout ! Les comportements vertueux recèlent des marges de progression réelles. Eclairage, bureautique, chauffage, climatisation – excluant l’éclairage à la bougie ou la bouillotte pour seule source de chaleur hivernale – des actions de mobilisation suivies de mesures ont démontré que des baisses de 10 % à 20% sont – raisonnablement – atteignables.

Occupation des bâtiments, objectif de réduction 15%

Approuvé en décembre 2012, le Plan Climat de la Ville de Saint-Fons intègre un volet interne, orienté sur les services municipaux. « La formation des agents est inscrite à l’engagement « Généraliser les modes d’occupation et de gestion favorisant une baisse des consommations d’énergie dans les bâtiments communaux » avec un objectif de réduction de 15% d’ici 2020, » explique David Leyval, DGA du pôle développement territorial à la Ville de Saint-Fons.

Dans ce scénario là, les gardiens des bâtiments communaux – établissements scolaires et sportifs pour la plupart – occupent le haut de l’affiche. Acteur clé à double titre, le gardien communal, par ses gestes, a une incidence directe sur la consommation de son bâtiment. Dans le même temps, le gardien présent sur site, au contact quotidien de ses occupants, devient le relais privilégié de l’éco-attitude.

Formation ALE, décryptage énergétique pour action

La  première session de formation, qui a réuni 8 gardiens en octobre dernier, alternait séances théoriques et ateliers pratiques. Bons élèves, les gardiens ont ainsi planché sur l’identification des sources de déperditions énergétiques de leurs bâtiments : « des exercices concrets, particulièrement bien adaptés à nos métiers » estiment-ils.

Au cours d’une seconde séance, les gardiens se sont interrogés sur ces gestes simples, susceptibles de réduire les consommations énergétiques. « Au final, nous avons retenu 10 éco-actions faciles à mettre en œuvre dans le cadre de nos missions quotidiennes. » Par exemple ? Mettre au ralenti ou en arrêt les équipements pendant les vacances scolaires, couper les veilles et appareils non-utilisés, ouvrir et éclairer uniquement les locaux utilisés ou encore nettoyer les bouches de ventilation, détartrer les pommeaux de douches et les chasses d’eau.

Dans le même temps, le groupe a travaillé sur la déclinaison de 10 éco-gestes à l’intention des usagers, parmi lesquels fermer les portes et fenêtres après utilisation des lieux, couper le chauffage à la sortie ou éteindre les ordinateurs plutôt que d’opter pour la veille prolongée. Une lettre de mission, à la signature du maire, viendra officialiser les gardiens dans leur rôle de « référent DD sur site« .

Pour suivre les évolutions de consommation, les gardiens ont opté pour la mise en place d’un tableau de bord par site.

« Outre le travail plus théorique encadré par l’ALE, la visite de l’école HQE Jean Guéhenno de Saint-Fons, commentée par le gardien et préparée en amont avec l’ALE et les services techniques municipaux, a été très profitable, » souligne David Leyval, estimant par ailleurs que  » les objectifs les plus opérationnels au regard du plan climat sont atteints. »

Transition énergétique on-line

Engageons la France dans la transition énergétique ! Un optimisme affiché pour le nouveau site gouvernemental, mis en ligne ce lundi 4 février 2013, pour accompagner le débat national sur la transition énergétique jusqu’en juillet 2013.

Transition énergétique en ligne de mire : pour engager pleinement le pays dans cette optique décarbonée, le débat national se propose de faire émerger un projet de société autour de nouveaux modes de vie sobres et efficaces en énergie. Le débat ouvert et citoyen – programmé selon un calendrier précis – se déroule dans toute la France jusqu’en juillet 2013. Pour participer, n’hésitez pas à  guetter les évènements prévus en Rhône-Alpes (en cours d’élaboration) ou proposez vos idées grâce au formulaire en ligne destiné à l’équipe nationale du débat.

Outre la cartographie régionale des conférences, débats et autres rencontres citoyennes organisées dans le cadre du débat national, le site permet notamment de soumettre à labellisation l’organisation d’événements locaux liés à l’énergie.
Pas d’espace de discussion public ou d’échange mais la possibilité de poster autant de propositions qui seront portées à la connaissance du Conseil National, en charge de la restitution du débat.

Sur cette base, des recommandations doivent être formulées pour aboutir un projet de loi de programmation à l’automne 2013.