Héros ordinaires – La P’tite Rustine

>> Action 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

Un nouvel arrivant vient de s’établir sur le campus de Porte des Alpes à Bron. Qu’est-ce que La P’tite Rustine, “l’atelier de l’écomobilité” ? Rencontre avec Jonathan, un de ses créateurs.

PtiteRustine1

Le concept

La P’tite Rustine est une association qui a pour but de promouvoir une autre façon de penser notre mobilité, en se centrant surtout autour du vélo.

Cela part de plusieurs constats. Jonathan nous explique : “selon l’OMS, 31% des adultes manquent d’activité sportive. L’entretien d’une voiture est également le deuxième poste de dépenses des ménages en France. On sait aussi que 56% des trajets en voiture font moins de 3km.” Le vélo apparaît alors comme la solution idéale à toutes ces problématiques…

Par où commencer ?

En 2012, l’idée d’implanter un atelier d’auto-réparation de vélos à Bron naît dans l’esprit de Rémi Rebour, kinésithérapeute de formation et adepte de la Petite Reine. En 2013, Jonathan Simonard et Léonard Pinton entrent en service civique à Unis-Cité pour développer ce projet dans le cadre du programme des Jeunes Bâtisseurs d’Avenir. Un business plan social est mis au point et en novembre 2013, le projet remporte le prix « coup de cœur » du jury d’un social business challenge et s’installe pour six mois au Comptoir Éthique de Vaulx-en-Velin, un espace de travail collaboratif pour l’économie sociale et solidaire. En 2014, le projet collabore avec Ronalpia, incubateur de projets sociaux. Puis une campagne de financement participatif permet à la P’tite Rustine de se doter d’une remorque-atelier mobile, en attendant un local. C’est aussi en mars 2014 que Valentin Carle rejoint le projet en prenant les commandes de l’atelier.

PtiteRustine3

Un atelier nomade qui s’implante à Bron

Dès lors, l’association anime un atelier mobile autour de l’auto-réparation dans la rue, en entreprise, à l’université, sur des festivals… La production de vélos recyclés se met également en place. “Chaque année, 2 millions de vélos sont achetés et 1.5 millions jetés en France” nous explique Jonathan. En six mois, la P’tite Rustine a sauvé une centaine de vélos de la déchèterie et vendu plus de 30 “Recyclettes”. L’initiative fait fureur auprès du public universitaire et des conventions sont signées avec Lyon 3 et Lyon 2. C’est ainsi que l’association a pu s’établir sur le campus de Bron le 15 janvier 2015.

Un atelier polyvalent

La P’tite Rustine fait partie du réseau national des ateliers vélo participatifs et solidaires « l’Heureux Cyclage ». Aujourd’hui, l’association compte quatre membres permanents et une centaine d’adhérents.

L’atelier-vélo, situé à Bron, a pour objectif d’offrir l’ensemble des services possibles aux cyclistes et non-cyclistes. Concrètement, vous pouvez apprendre à réparer votre vélo pour un abonnement annuel de 20 à 30 euros, acheter des pièces de rechanges neuves et d’occasions et des accessoires. “L’atelier, c’est aussi maîtriser son vélo” nous dit Jonathan. On y apprend à réparer soi-même son vélo. Un partenariat est aussi établi avec Pignon Sur Rue, une “vélo-école” dont Jonathan est administrateur. Par ailleurs, le projet “Mon vélo pour dix ans” permet de louer un vélo pour enfants en en changeant au fur et à mesure de la croissance, sans avoir à en racheter un neuf tous les deux ans.

Ensuite, il y a l’atelier-mobile qui a pour but de sensibiliser plus largement à la pratique du vélo. “Une étude a révélé que les cyclistes déclarent faire du vélo “parce que c’est pratique” tandis que les non-cyclistes n’en font pas “parce que ce n’est pas pratique”. Il y a donc une vraie sensibilisation à faire” signale Jonathan. L’atelier mobile va donc sensibiliser les gens sur leurs lieux de travail ou de vie, il se rend dans les entreprises, sur les campus et propose des formations mécaniques de groupe, des sessions d’auto-réparation ou de l’entretien sur place : “les employés déposent leur vélo le matin en arrivant et le récupèrent réparé et entretenu le soir.”

PtiteRustine2

Au-delà du vélo

La P’tite Rustine souhaite porter un message sur l’écomobilité au sens large. La voiture pourrait en effet facilement être remplacée par le vélo, les transports en commun, le covoiturage ou l’auto-partage. “En ville, on estime qu’une voiture en auto-partage pourrait remplacer dix voitures personnelles.” Toutes ces solutions douces répondent aux problématiques du bruit, de la pollution, du stress au travail (les embouteillages étant un important facteur de stress). Par ailleurs, les infrastructures routières pourraient disparaître pour libérer énormément de place en ville et décloisonner les quartiers.

Dans cet objectif, la P’tite Rustine ne compte pas s’arrêter là. En 2016, un programme de suivi personnalisé sera mis en place et dès la rentrée prochaine, des séances de projection-débat auront lieu sur le campus. La CLAVEL (Coordination Locale des Ateliers Vélo) est actuellement mise en place avec des partenaires comme le Chat Perché, le Tricycle et l’Heureux Cyclage (le réseau national des ateliers vélo). Enfin, un des buts est de former un village de l’écomobilité avec tous les acteurs (utilisateurs, entreprises, associations, pouvoirs publics…). A titre d’information, le Grand Lyon compte actuellement 618km de pistes cyclables, l’objectif est d’atteindre 900km en 2020.

Ainsi, la mobilité douce est en train de prendre une toute nouvelle importance dans la vie urbaine et il appartient à chacun de s’adapter et d’opter pour des déplacements éco-responsables. Le vélo reste le roi de ces modes de transports écologiques. Pour les sceptiques, Jonathan nous explique aussi que c’est le mode de transport le plus rapide pour les trajets urbains jusqu’à 6km. De plus en plus d’initiatives comme la P’tite Rustine sont mises en place pour permettre à tout le monde de rejoindre ce mouvement. Tous à vos Petites Reines !

 

Pour aller plus loin :

Le site de la P’tite Rustine

Une super vidéo qui résume tout

Unis-Cité

L’Heureux Cyclage

Pignon Sur Rue

Le plan des pistes cyclables

Optimod

Onlymoov’ : s’il te plaît Lyon, simplifie-moi la mobilité

Vous connaissiez (peut-être) Info-Trafic, découvrez Onlymoov’ ! D’un mode de transport à l’autre, le nouveau portail mobilité du Grand Lyon centralise une mine d’informations multimodales pour maîtriser ses déplacements.

>> Mesure visée par le 2.4 du  Plan d’Actions Partenarial [clic !  à lire en p. 16]

capture d'écrans de l'application smartphone

Facilitez-vous la ville avec l’appication smartphone Onlymoov’

Le 22 mai, le site Info-trafic du Grand Lyon change de nom et devient Onlymoov’. Covoiturage, métro, vélo, bus, tram, train, pieds : stop à la prise de tête « déplacement durable » ! Le nouveau site onlymoov.com affiche un design plus épuré et une navigation plus intuitive pour planifier ses trajets sans se faire de bile.

Souvent plus avantageuses – coût, temps de parcours, impact environnemental – les alternatives à la voiture individuelle existent, encore faut-il pouvoir comparer !
Intermodalité en ligne de mire : sur onlymoov’, chaque mode de transport dispose de sa propre carte avec, en prime, la possibilité de visualiser les enchainements possibles entre les différents modes de déplacements.

« Il existe mille et une façons de mieux se déplacer en ville ; rassemblant toute l’information mobilité du Grand Lyon, Onlymoov’ donne à voir la diversité et la complémentarité des modes de transport pour faciliter les déplacements des habitants et se positionne, par là même, comme un des premiers volets de la mobilité durable en ville » explique le chef de projet côté Grand Lyon. In fine, le report modal escompté doit permettre de limiter le nombre de véhicules en mouvement pour éviter les embouteillages et les rejets de gaz d’échappement dus aux congestions du trafic routier.

D’ores et déjà disponible, l’application mobile Onlymoov’ vous permet d’adapter vos itinéraires et vos modes de déplacements en temps réel. De nouvelles fonctionnalités sont d’ores et déjà programmées pour 2014, avec notamment le très attendu calculateur d’itinéraire en temps réel.

Pôle d’échanges multimodal La Saulaie, le Sud-ouest lyonnais en mouvement

La ligne de métro B, à Lyon

Ligne de métro B : 1,8 km de plus pour gagner Oullins

Mercredi 29 août 2012. Casques de chantier vissés sur le crâne et gilets jaunes sur costumes impeccables. Deux ans avant l’achèvement des travaux qui verront naître le pôle d’échanges multimodal La Saulaie [le fameux PEM], Jean-Jack Queyranne – Président de la Région – Gérard Collomb – Sénateur Maire de Lyon et Président du Grand Lyon – et Bernard Rivalta – Président du Sytral – s’offraient une petite visite guidée du chantier oullinois.

 

« Avec le pôle d’échanges multimodal d’Oullins, le Sud-ouest de l’agglomération lyonnaise va bénéficier, à son tour, d’une modernisation en profondeur de son système de desserte par les transports en commun » a indiqué Gérard Collomb devant l’ampleur du travail déjà accompli.

Ici, sur d’anciens terrains ayant appartenu à la SNCF et sous maîtrise d’ouvrage Réseau Ferré de France, les premiers travaux du PEM ont débuté en janvier 2012 pour se terminer au premier semestre 2014, avec la suppression du passage à niveau.

De cette manière, le PEM participe au projet urbain de franchissement des voies ferrées et parachève la connexion initiée entre le centre-ville historique d’Oullins et l’éco quartier de La Saulaie.

>> Voir les plans d’aménagements RFF 

De fait, la mise en place du PEM s’accompagne d’un renforcement des lignes de transport de ce côté-ci du Rhône. Bus, modes doux, TER et – point d’orgue du futur centre névralgique d’Oullins-la-Belle : la prolongation de la ligne de métro B, flanquée de ses deux parcs relais [1000 places tout de même], pour une desserte en cœur de ville.

La mise en service de la bête souterraine, attendue le 11 décembre 2013, permettra de limiter significativement le nombre de véhicules en mouvement pour une réduction annuelle de 4 000 tonnes de CO2.

Oullins à 15 minutes de la Part-Dieu, les voyageurs sont sur le « quai-vive » !

 

L’opération en chiffres
Coût total de l’opération 24,9 millions d’euros, dont :

8,121 millions financés par le Grand Lyon,
5,49 millions financés par la Région,
6,037 millions financés par RFF,
2,19 millions financés par l’Etat,
0,999 million financé par le SYTRAL,
1,330 million financé par la Ville d’Oullins, et
0,998 million financé par la SNCF

*CP*

Grand Lyon, la flotte de l’année !

17e Trophée L'Automobile & l'Entreprise

17e Trophée L'Automobile & l'Entreprise

Les 17e Trophées du magazine L’Automobile & L’Entreprise ont récompensé trois gestionnaires de Parc Citoyens ce lundi 2 juillet. Seul représentant du secteur public, le Grand Lyon décroche la première place du podium « gestionnaire du parc citoyen 2012 », trophée mérité pour la cohérence de son plan d’actions menées à la faveur d’une mobilité durable.

Dans la catégorie « Gestionnaires de Parc Citoyens » le Grand Lyon s’est démarqué pour la cohérence de son plan d’actions menées au niveau de son parc automobile, avec notamment la prise en compte de la mobilité durable dans le cadre des déplacements professionnels (Plan de déplacements d’entreprises, regroupement des garages, mise en place des pools fédéraux de mobilité professionnelle avec intégration de véhicules électriques et vélos…)

De fait, pour offrir aux agents Grand Lyon des moyens de mobilité garantissant un faible impact environnemental dans leurs déplacements, les pools fédéraux proposent, depuis septembre 2011, 40 vélos dont 20 à assistance électrique et 8 véhicules électriques. Le tout sans réservation, prêt à rouler !

« Je crois à la complémentarité des modes de déplacements professionnels en vélos pour des distances inférieures à 10 km » explique Alain Labrosse, responsable logistique et véhicules à l’origine du dépôt de candidature Grand Lyon. « Je constate d’ailleurs la tendance de la jeune génération à se tourner, presque naturellement, vers ces modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle pour diminuer leur empreinte environnementale

Pour, Hervé Renucci, responsable de la Direction Logistique et Bâtiments du Grand Lyon « ce trophée constitue une belle reconnaissance des actions transversales engagées par les directions du Grand Lyon, depuis 1996, pour la protection de l’environnement ».

Sur la deuxième marche du podium, le parc automobile de BMS (Bristol-Myers Squibb) a été récompensé pour l’ensemble de son plan “ Go Green ” (formations à la sécurité routière, lavage écologique, mise en place de véhicules électriques…) « ex aequo » avec Clear Channel qui s’est distingué avec son plan d’éco-conduite et de prévention du risque routier.

Pour aller plus loin
> Lire aussi « 17e édition pour 18 Trophées remis en 2012 » sur le site dédié

Sans auto au boulot !

 

"Au travail, j'y vais autrement", affiche de l'édition 2 du challenge mobilité

Le 5 juin, osez la mobilité durable !

En région Rhône-Alpes, 75% des déplacements « maison-boulot » sont effectués en voiture. Demain, mardi 5 juin, inversons la tendance avec la 2e édition du Challenge Mobilité organisée par la Région Rhône-Alpes et l’Ademe. L’objectif ? Promouvoir l’ensemble des mobilités alternatives à l’auto individuelle pour initier des comportements vertueux en matière de mobilité durable.

Un enjeu important car chaque jour, en Rhône-Alpes, 2,3 millions d’actifs parcourent 50 millions de kilomètres pour aller au turbin (et en revenir). Et seuls 25 % de ces trajets sont effectués en covoiturage, bus, train, vélo ou marche à pied.

Tous les établissements publics, privés ou associatifs de la région, quelle que soit leur taille, sont invités le 5 juin à relever le défi « d’aller autrement au travail ».

Le Grand Lyon participe à l’événement et recense les agents ayant privilégié trottinettes, roulettes et autres gambettes le jour J. « Via les réponses des participants, la journée du challenge mobilité permet de dresser un échantillonnage des déplacements domicile/travail à l’instant « T » et d’en apprécier l’évolution chaque année » explique Danielle Giuliano, chargée de mission à la Direction de la Logistique et des Bâtiments, côté Grand Lyon.
L’année passée, 232 agents Grand Lyon avaient indiqué avoir délaissé leur « titine » au profit d’un mode de déplacement alternatif le jour du Challenge, pour couvrir 3 407 km – 493 km en covoiturage, 82km  à pied -2706 km en TC et126 km à vélo – soit une moyenne de14,7 km par agent.

Amandine Dupré, animatrice de l’association, Pignon sur Rue et interlocutrice référente pour cette édition du challenge est particulièrement attentive au nombre de cyclistes engagés dans le défi : « L’an dernier, sur le Grand Lyon, en nombre de kilomètres cumulés, la distance parcourue à vélo permettait d’aller jusqu’en Inde ! » Alors jusqu’où irons-nous cette année ?