Héros ordinaires – La P’tite Rustine

>> Action 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

Un nouvel arrivant vient de s’établir sur le campus de Porte des Alpes à Bron. Qu’est-ce que La P’tite Rustine, “l’atelier de l’écomobilité” ? Rencontre avec Jonathan, un de ses créateurs.

PtiteRustine1

Le concept

La P’tite Rustine est une association qui a pour but de promouvoir une autre façon de penser notre mobilité, en se centrant surtout autour du vélo.

Cela part de plusieurs constats. Jonathan nous explique : “selon l’OMS, 31% des adultes manquent d’activité sportive. L’entretien d’une voiture est également le deuxième poste de dépenses des ménages en France. On sait aussi que 56% des trajets en voiture font moins de 3km.” Le vélo apparaît alors comme la solution idéale à toutes ces problématiques…

Par où commencer ?

En 2012, l’idée d’implanter un atelier d’auto-réparation de vélos à Bron naît dans l’esprit de Rémi Rebour, kinésithérapeute de formation et adepte de la Petite Reine. En 2013, Jonathan Simonard et Léonard Pinton entrent en service civique à Unis-Cité pour développer ce projet dans le cadre du programme des Jeunes Bâtisseurs d’Avenir. Un business plan social est mis au point et en novembre 2013, le projet remporte le prix « coup de cœur » du jury d’un social business challenge et s’installe pour six mois au Comptoir Éthique de Vaulx-en-Velin, un espace de travail collaboratif pour l’économie sociale et solidaire. En 2014, le projet collabore avec Ronalpia, incubateur de projets sociaux. Puis une campagne de financement participatif permet à la P’tite Rustine de se doter d’une remorque-atelier mobile, en attendant un local. C’est aussi en mars 2014 que Valentin Carle rejoint le projet en prenant les commandes de l’atelier.

PtiteRustine3

Un atelier nomade qui s’implante à Bron

Dès lors, l’association anime un atelier mobile autour de l’auto-réparation dans la rue, en entreprise, à l’université, sur des festivals… La production de vélos recyclés se met également en place. “Chaque année, 2 millions de vélos sont achetés et 1.5 millions jetés en France” nous explique Jonathan. En six mois, la P’tite Rustine a sauvé une centaine de vélos de la déchèterie et vendu plus de 30 “Recyclettes”. L’initiative fait fureur auprès du public universitaire et des conventions sont signées avec Lyon 3 et Lyon 2. C’est ainsi que l’association a pu s’établir sur le campus de Bron le 15 janvier 2015.

Un atelier polyvalent

La P’tite Rustine fait partie du réseau national des ateliers vélo participatifs et solidaires « l’Heureux Cyclage ». Aujourd’hui, l’association compte quatre membres permanents et une centaine d’adhérents.

L’atelier-vélo, situé à Bron, a pour objectif d’offrir l’ensemble des services possibles aux cyclistes et non-cyclistes. Concrètement, vous pouvez apprendre à réparer votre vélo pour un abonnement annuel de 20 à 30 euros, acheter des pièces de rechanges neuves et d’occasions et des accessoires. “L’atelier, c’est aussi maîtriser son vélo” nous dit Jonathan. On y apprend à réparer soi-même son vélo. Un partenariat est aussi établi avec Pignon Sur Rue, une “vélo-école” dont Jonathan est administrateur. Par ailleurs, le projet “Mon vélo pour dix ans” permet de louer un vélo pour enfants en en changeant au fur et à mesure de la croissance, sans avoir à en racheter un neuf tous les deux ans.

Ensuite, il y a l’atelier-mobile qui a pour but de sensibiliser plus largement à la pratique du vélo. “Une étude a révélé que les cyclistes déclarent faire du vélo “parce que c’est pratique” tandis que les non-cyclistes n’en font pas “parce que ce n’est pas pratique”. Il y a donc une vraie sensibilisation à faire” signale Jonathan. L’atelier mobile va donc sensibiliser les gens sur leurs lieux de travail ou de vie, il se rend dans les entreprises, sur les campus et propose des formations mécaniques de groupe, des sessions d’auto-réparation ou de l’entretien sur place : “les employés déposent leur vélo le matin en arrivant et le récupèrent réparé et entretenu le soir.”

PtiteRustine2

Au-delà du vélo

La P’tite Rustine souhaite porter un message sur l’écomobilité au sens large. La voiture pourrait en effet facilement être remplacée par le vélo, les transports en commun, le covoiturage ou l’auto-partage. “En ville, on estime qu’une voiture en auto-partage pourrait remplacer dix voitures personnelles.” Toutes ces solutions douces répondent aux problématiques du bruit, de la pollution, du stress au travail (les embouteillages étant un important facteur de stress). Par ailleurs, les infrastructures routières pourraient disparaître pour libérer énormément de place en ville et décloisonner les quartiers.

Dans cet objectif, la P’tite Rustine ne compte pas s’arrêter là. En 2016, un programme de suivi personnalisé sera mis en place et dès la rentrée prochaine, des séances de projection-débat auront lieu sur le campus. La CLAVEL (Coordination Locale des Ateliers Vélo) est actuellement mise en place avec des partenaires comme le Chat Perché, le Tricycle et l’Heureux Cyclage (le réseau national des ateliers vélo). Enfin, un des buts est de former un village de l’écomobilité avec tous les acteurs (utilisateurs, entreprises, associations, pouvoirs publics…). A titre d’information, le Grand Lyon compte actuellement 618km de pistes cyclables, l’objectif est d’atteindre 900km en 2020.

Ainsi, la mobilité douce est en train de prendre une toute nouvelle importance dans la vie urbaine et il appartient à chacun de s’adapter et d’opter pour des déplacements éco-responsables. Le vélo reste le roi de ces modes de transports écologiques. Pour les sceptiques, Jonathan nous explique aussi que c’est le mode de transport le plus rapide pour les trajets urbains jusqu’à 6km. De plus en plus d’initiatives comme la P’tite Rustine sont mises en place pour permettre à tout le monde de rejoindre ce mouvement. Tous à vos Petites Reines !

 

Pour aller plus loin :

Le site de la P’tite Rustine

Une super vidéo qui résume tout

Unis-Cité

L’Heureux Cyclage

Pignon Sur Rue

Le plan des pistes cyclables

Optimod

Transport de marchandises dans le Grand Lyon, moins encombrant, moins polluant

Au sein du pôle de compétitivité Lyon Urban Truck & Bus (LUTB)*, City Fret est un programme innovant de démonstration des solutions pour un transport de marchandises optimisé et plus sobre en énergie. Ce programme s’inscrit dans l’axe stratégique « Cleantech » de la politique du Grand Lyon en matière de développement économique. City Fret est aussi un jeu que vous pouvez découvrir ici (lien : http://lutb.fr/).

 

Il n’y a pas une façon unique de distribuer de la marchandise. Les besoins sont aussi multiples que les produits qui sont aujourd’hui transportés sur l’ensemble de l’agglomération. Le programme City Fret, développé au sein de LUTB, a pour finalité de concilier les savoir-faire et de favoriser la mise en œuvre de pilotes visant un transport de marchandises optimisé et moins polluant sur différents espaces urbains dont celui du Grand Lyon. « L’objectif est que les systèmes soient les plus intelligents possibles et que la distribution soit efficace. L’enjeu est que ce type de transport ne soit pas un obstacle à la fluidité de circulation en ville et qu’il s’inscrive dans un partage harmonieux de l’espace entre les différents utilisateurs des voies et des transports eux-mêmes » explique Denis Caux responsable du programme City Fret. Mutualisation des véhicules, remplissage optimal… sont autant de pistes d’ores et déjà étudiées.

Le Grand Lyon est largement impliqué dans les travaux menés dans le cadre de City Fret, à la fois comme partenaire et « espace » de démonstration, mais aussi comme porteur de projets.  Il intervient par exemple dans Géode, le programme d’utilisation de véhicules hybrides pour les bennes à ordures ménagères, un projet né en 2009 sous l’impulsion de Renault Trucks. La communauté urbaine est aussi partenaire du projet européen Freilot (2009-2012) qui valorise les transports non polluants, des marchandises notamment, expérimenté dans quatre grandes villes européennes.

Au niveau du portage de projets, le Grand Lyon est chef de file dans la mise en œuvre du projet Optimod’. Il s’agit de constituer un groupe d’acteurs clés du territoire pour permettre l’analyse et la gestion des données multiples (feux tricolores, fluidité du trafic, travaux) afin de mettre à disposition des usagers un « super GPS » capable de fournir les informations les plus détaillées possibles et le meilleur itinéraire en temps réel et prévisionnel à 15 mn, 30 mn. Au niveau logistique, le grand projet Part Dieu 2030 est un vaste champ d’étude. « Pour la première fois dans un programme urbain de cette envergure, un volet est entièrement consacré au transport de marchandises » souligne Denis Caux. Dans le cadre de ce projet sont notamment en cours de réflexion la mise en place d’une centrale de distribution urbaine, l’évolution du pôle multimodal et des structures commerciales avec la mise en place de voies réservées ou encore un centre de consolidation qui permettrait de stocker les matériaux des différentes entreprises dans un même lieu et de limiter ainsi les transports.

Pour plus d’infos : http://lutb.fr/

 

* LUTB accompagne les projets de ses membres et crée notamment des synergies en permettant l’association de grands groupes, de petites unités et de centres de recherche. Tous les projets en lien avec l’évolution du transport de marchandises peuvent être présentés au pôle.

Sortez, covoiturez !

 

A l’initiative de l’Opéra de Lyon et avec le soutien du Grand Lyon, la plateforme www.covoiturage-pour-sortir.fr est née cet été. Une nouveauté qui vient enrichir l’offre d’ores et déjà proposée par www.covoiturage-grandlyon.com.

Pour se rendre aux spectacles et expositions proposés par les salles de l’agglomération, il est désormais possible de covoiturer. Il suffit pour cela de se rendre sur la plateforme www.covoiturage-pour-sortir.fr, d’effectuer la sélection par salle ou par spectacle et de s’inscrire via son email. Une douzaine de salles de l’agglomération sont déjà inscrites dans le dispositif. Les covoitureurs sont présentés sur une carte interactive et une alerte SMS permet d’être averti lorsqu’une personne fait le même trajet. Ce nouveau service complète l’offre proposée par le Grand Lyon sur le covoiturage domicile-travail qui représentait en mai 2011 : 3 981 trajets et 4 288 inscrits sur la base.

Pour en savoir plus : www.espacedestemps.grandlyon.com

  

 www.covoiturage-grandlyon.com, quelques chiffres clés

Une moyenne de 97 visites par jour  et 193 visites par jour suite à l’envoi de la newsletter.

20,6% : nombre d’inscrits qui covoiturent une fois par semaine (40% de ceux-ci covoiturent tous les jours)

76 % : taux d’occupation moyen des voitures

1 098 teq CO2 : économie réalisée grâce au site

100 à 300 inscriptions mensuelles sur le site : objectif visé à l’horizon 2015

    

Move in pure à Confluence

Le Grand Lyon doit équiper d’ici fin 2011 le quartier Confluence de véhicules électriques en auto-partage. Spécificité de cette flotte, elle sera alimentée en électricité 100% renouvelable et délivrée dans un souci d’équilibre du  réseau grâce au système Move in Pure développé par la Compagnie Nationale du Rhône.

 L’énergie produite par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) et vendue à EDF est 100% renouvelable : hydraulique, solaire et éolienne.  Cette spécificité fait de cette production énergétique une production fluctuant au gré des conditions météorologiques et, de fait, pas toujours conforme aux prédictions réalisées la veille. Pour éviter le gaspillage et développer l’usage de l’énergie renouvelable, la  CNR a mis au point Move in Pure. « Il s’agit d’un système de gestion intelligent de l’énergie qui consiste à recharger les véhicules au bon moment pour ne pas saturer le réseau électrique et utiliser dès que possible le surplus de production. Notre objectif est de fournir un service clés en main : les bornes de recharge, l’énergie renouvelable et le système de gestion de recharge intelligent » explique Frédéric Storck responsable de la gestion de l’énergie à la CNR.

Le système fonctionne grâce à un smartphone ou un ordinateur connecté à internet. Il suffit d’indiquer à quel moment peut s’effectuer la recharge, immédiate ou différée, ce qui permet d’attendre des conditions plus favorables pour déclencher la recharge à la borne.

Image de prévisualisation YouTube

Réunion du Comité d’Orientation Stratégique: de la vision à l’action

Grand Lyon : nouvelles étapes franchies pour une agglomération sobre en carbone !

 Illustration d’un engagement fort et régulier du Grand Lyon dans le domaine du développement durable, Gérard Collomb, Président du Grand Lyon a entièrement dédié la journée du jeudi 8 septembre 2011, à cette thématique :

 –          Il a réuni le matin le Comité d’Orientation stratégique de la conférence énergie Climat, une trentaine d’acteurs clés de l’agglomération (industriels, chefs d’entreprises, directeurs d’institution.), pour leur proposer de franchir ensemble  une nouvelle étape vers l’objectif des 3×20 inscrit dans le Plan Climat.

      Cette nouvelle étape se veut particulièrement ambitieuse : il s’agit pour chaque   partenaire de déterminer, d’ici à la prochaine conférence énergie climat, quelles  actions concrètes il s’engage à mettre en œuvre pour réduire sensiblement l’empreinte carbone du territoire et ainsi contribuer atteindre les objectifs du plan climat. Pour les accompagner dans cette démarche, 12 actions compatibles avec l’objectif des 3×20 leur ont été proposées.

      Le plan d’action partenarial, réunissant l’ensemble des engagements de chacun, sera présenté lors de la séance plénière de la prochaine      conférence énergie climat, le 28 novembre prochain

 

–          Il a ensuite, au sein du centre de recherche de l’IFP-Energies nouvelles, présidé la conférence de presse de présentation du projet INDEED, aux cotés des présidents d’Arkéma, Rhodia, GDF SUEZ et IFP-Energies nouvelles. Ce projet de pôle d’innovation mondial dédié au développement des écotechnologies et des énergies décarbonnées a été labélisé par l’Etat dans le cadre du Grand Emprunt. Il réuni les industriels de la Vallée de la Chimie et notamment les leaders du domaine, tous présents ce matin aux côtés de Gérard Collomb. Ce dernier s’est félicité de cette reconnaissance de la métropole Lyonnaise et de la Vallée de la Chimie comme territoire et acteur incontournable de l’innovation dans le secteur de la chimie verte. Il a rappelé l’engagement du Grand Lyon dans ce domaine pour soutenir la mutation du territoire vers une économie bas carbone, compétitive et créatrice d’emploi.(liste des partenaires dans doc joint)

–      Sa journée s’est poursuivie par la réunion de lancement du comité de pilotage « Vallée de la Chimie » avec les acteurs locaux (Etat, collectivités locales, industriels, .) qui débouchera sur un schéma directeur global pour le territoire « Vallée de la Chimie » effectif dès 2012.

Ils ont dit…

Gérard Collomb, Président du Grand Lyon

«[Citant Saint Jérôme]  Le navire est en train de couler et nous discutons de la cargaison. Nous devons former ensemble un bel équipage pour sortir le navire de la tempête ».

Eric Poyeton, Président de Lyon Urban Truck and Bus (LUTB)

« On va passer de la recherche à des solutions éprouvées ».

Philippe Grillot, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon

« Le rôle d’une CCI est d’aider les TPE et PME à participer à un effort général, à être totalement dans l’esprit citoyen de la communauté qui est la nôtre ».

Jean Pierre Poncin, Directeur de la raffinerie Total de Feyzin

« Il est important d’aider les petites entreprises à suivre le chemin que nous sommes en train de tracer dans l’industrie d’ici 2020 ».

Daniel Godet, Vice-Président d’ABC HLM

« Certains organismes font déjà 100% de production verte. Le pli est pris ».

Gilles Courteix, Président FBTP Rhône

« Le rôle d’une fédération, c’est la formation. Si le marché est réellement là, nous, nous serons prêts ! »

Eric Pacquet, Directeur Environnement du Groupe Casino

« Lyon est une ville prioritaire pour le groupe Casino en matière de transport de marchandises. »

Bernard Rivalta, Président du Sytral

« Il n’y a pas une seule réponse. C’est en mixant les réponses qu’on y arrivera. »

Gérard Collomb, Président du Grand Lyon

« Nous venons d’assister à un débat extrêmement riche. Nous avons tous une vue partielle de tel ou tel problème. La séance de ce matin a montré la nécessité de la complémentarité, de la synergie pour avoir une stratégie globale. »

« Donnons-nous quelques semaines, jusqu’au 28 novembre, pour ensuite partir sur une stratégie partagée. »

« Plus tard, nous devrons communiquer sur ce que nous faisons pour que nos concitoyens s’approprient cette démarche globale. »

« Nous sommes en train de montrer que notre agglomération pense l’avenir. »

5 tonnes de CO2 économisées en une journée !

En juin dernier, 12 600 salariés des entreprises et institutions  rhônalpines ont participé au challenge « Au travail j’y vais autrement » dont le Grand Lyon est partenaire. 160 000 kilomètres ont ainsi été effectués sur une journée en transports alternatifs, soit l’économie de près de 5 tonnes de CO2. Le challenge organisé par la Région Rhône-Alpes  en collaboration avec l’ADEME, a connu une première édition très encourageante.

Résultats et informations : [Téléchargement non trouvé]