Héros ordinaire – Des ruches en ville

Des ruches en ville, c’est possible ? Nicolas Masurel nous répond ici avec la création de « La ruche urbaine », une initiative qui a pour but d’installer des ruches sur les toits des immeubles d’entreprises lyonnaises.

Nicolas Masurel

Nicolas Masurel, la trentaine, est fils d’apiculteur. Il a donc grandi au contact des abeilles et a tout appris de son père. Celui-ci partant à la retraite, il souhaitait vendre ses ruches. Nicolas, qui venait de finir ses études, a vu l’opportunité d’allier sa formation de paysagiste et d’urbaniste à l’apiculture : « La ruche urbaine », dont le concept est d’installer des ruches sur les toits d’immeubles d’entreprises, a alors vu le jour.

Le projet

Voilà deux ans maintenant que Nicolas Masurel travaille au lancement de son projet. Il va pouvoir le concrétiser cette année en installant sa première ruche sur les toits de l’entreprise Cirly, fabricant en circuits imprimés à Brignais.

L’installation de ces ruches permet à l’entreprise de bénéficier de sa propre récolte de miel. Les employés auront ainsi chaque année leur pot de miel. Mais plus que le miel, l’installation des ruches apporte une fédération des employés autour de ce projet.

Mais cette initiative permet aussi de médiatiser la mise en danger des abeilles. En effet, depuis plusieurs années, l’utilisation abusive de pesticides au sein de notre agriculture a accru la mortalité de ces insectes. Nicolas Masurel nous indique : « Mon père a perdu plus de 70 % de ses abeilles en une année à cause des essais de pesticides dans la région ». Ainsi, la ville apparaît aujourd’hui comme « un refuge » pour les abeilles et l’apiculteur, car il y a très peu de pesticides en ville.

Ruche urbaine

Et vous ?

Comment agir nous-mêmes face au déclin de l’abeille? Semer des graines, planter des fleurs, cesser d’acheter des pesticides, fabriquer son engrais soi-même, acheter du miel local, installer une ruche dans son jardin… Ce sont de petits gestes simples qui peuvent faire de grandes différences. C’est ce qui fait de chaque citoyen un héros ordinaire.

Alors, des ruches en ville c’est possible et c’est même devenu essentiel pour que les abeilles puissent continuer de butiner en sécurité !

 

Pour plus d’infos sur ce projet, allez faire un petit tour sur le site de la ruche urbaine :

http://larucheurbaine.com/site/

Pour en savoir plus sur l’intégration des abeilles en ville :

Vous souhaitez être un observateur des abeilles sauvages ?

http://www.urbanbees.eu/

Seriez-vous un bon apiculteur urbain ? Faites le test !

http://www.bee-happy.asso.fr/

Le 20 mai, construisons l’Observatoire Lyonnais du Climat !

Pour construire le volet ‘Adaptation au changement climatique’ du PCET du Grand Lyon, une collaboration a été initiée avec le laboratoire d’excellence « IMU » (Intelligences des Mondes Urbains). Le 20 mai, une journée de concertation est proposée dans ce cadre avec la recherche locale et les praticiens sur l’opportunité d’initier un Observatoire local du Climat. 

S'adapter au changement climatique sur le territoire du Grand Lyon : un observatoire pour rassembler les compétences des chercheurs, praticiens et l'expertise d'usage des habitants ?

S’adapter au changement climatique sur le territoire du Grand Lyon : un observatoire pour rassembler les compétences des chercheurs, praticiens et l’expertise d’usage des habitants ?

Lyon en 2050 ?

On sait depuis quelques temps que notre territoire ne sera plus le même à horizon 2050 ou 2100. En effet, nous allons vivre les effets locaux d’un changement climatique global : fortes chaleurs, notamment en ville; sécheresses et diminution du débit du Rhône; possible modification des pluies.

Ce qu’on sait moins, c’est la façon dont certains secteurs seront touchés (santé ? biodiversité locale ?), l’impact positif de certains choix d’aménagement (qu’apporte la végétalisation des avenues ? les jardins de pluie qui apparaissent dans certains quartiers ? les matériaux clairs ou perméables ?) et les nouveaux usages que celà peut induire au niveau des habitants (vivre comme à Madrid ?).

EPOC ?

« Etude de Préfiguration d’un Observatoire local du Climat ».

Pour répondre à ces questions, le projet EPOC est lancé depuis 6 mois par le laboratoire d’excellence IMU, la Métropole de Lyon et des partenaires du territoire (Agence d’Urbanisme, Meteo France, CETHIL, Ecole Centrale, Universités Lyon 2 et Lyon 3). Il s’agit de mobiliser et de rassembler différents acteurs du territoire : chercheurs, praticiens (architectes, bureaux d’étude, collectivités), associations, habitants.

A ce stade nous nous posons beaucoup de questions : que peut-on attendre d’un observatoire ou réseau local d’expertise sur l’Adaptation au changement climatique ? Concrètement, quel serait son mode d’intervention sur des projets ? Qui participerait ?

Afin de concerter sur ce sujet, la journée du 20 mai est proposée pour mobiliser la communauté scientifique et praticienne. Il s’agira  de valider l’intérêt de se doter d’un tel outil sur le territoire de la métropole lyonnaise et d’inviter les participants à se projeter dans le dispositif en tant qu’utilisateurs et contributeurs.

Pour vous inscrire : n’hésitez pas à parcourir le programme et l’Invitation !

 

Plus d’infos sur les projets 2014 du Labex IMU

 

 

La boulangerie Saint-Vincent met la main à la pâte pour réaliser des économies d’énergie

>> Action 4.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.44]

La mise en œuvre du programme Lyon Eco Énergie continue ! Porté par le Grand Lyon, l’Ademe, la Région Rhône-Alpes, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ce dispositif vise à améliorer les performances énergétiques des PME du territoire au profit d’une meilleure compétitivité.

La Boulangerie Saint-Vincent

Idéalement située sur les quais, face à la passerelle Saint-Vincent et au dos de la fresque des lyonnais, la boulangerie Saint-Vincent s’est lancée parmi les premiers dans le dispositif Lyon Eco Énergie.

Denis Roisil, ancien cuisinier et pâtissier, a repris la boulangerie Saint-Vincent en novembre 2011. Passionné par son métier, il a développé cette boulangerie bio où tout est fait maison. « On peut faire énormément de choses différentes avec très peu de matières premières ! ». Nous nous installons dans l’arrière-boutique où une grande fenêtre permet aux passants d’apercevoir la fabrication de ses produits.

Lyon Eco Énergie vous aide à anticiper la hausse des prix

En lisant un article sur les économies d’énergie dans le mensuel de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, Denis Roisil a pris connaissance du dispositif Lyon Eco Énergie. Avec la suppression des tarifs jaune et vert de l’électricité fin 2015, il prévoit une « explosion » des prix de l’électricité dans les années à venir. Pour évaluer les économies à réaliser en prévision de cette hausse, il a décidé de réaliser un diagnostic des consommations énergétiques de la boulangerie. Lyon Eco Énergie est donc arrivé au bon moment pour lui proposer un bilan indépendant, chiffré et gratuit de ses consommations d’énergie.

Des bouleversements climatiques aux bouleversements économiques

L’énergie occupe une place bien plus importante dans son métier que ce que l’on pourrait soupçonner. Aujourd’hui, la boulangerie dispose d’un four électrique et de chambres de fermentation pour la pâte, qui font de l’électricité un poste de dépenses prédominant, devant les matières premières. Le boulanger doit donc être très précis dans ses consommations d’énergie et essayer de les réduire au maximum, sinon le surcoût sera répercuté directement sur le prix de vente. Une mauvaise gestion des consommations d’énergie impacte directement la trésorerie : les bouleversements climatiques entraînent des bouleversements économiques. Il faut donc adapter ses méthodes de travail en conséquence.Denis Roisil dans sa boulangerie

Du pain sur la planche

La visite du conseiller Lyon Eco Énergie Julien Gornet, de la Chambre de Métiers et d’Artisanat, a permis de mettre en évidence les postes où la boulangerie pourra réaliser de véritables économies d’énergie.

Premier consommateur d’électricité : le four. Denis Roisil a acheté ce four électrique en 2012 suite à une panne de l’ancien : l’achat s’est fait en urgence et le boulanger n’a eu le temps ni de réaliser des devis ni de choisir le four le mieux adapté à sa manière de travailler. En optant aujourd’hui pour un four à granulés de bois, il pourrait économiser 1 000€ par mois, un gain considérable. Ce projet est actuellement à l’étude.

Denis Roisil réfléchit aussi à améliorer l’entretien de ses groupes frigorifiques, véritables « boîtes à farine ». Placer ces groupes dans une pièce bien ventilée permet en général d’augmenter leur durée de vie de 4 à 5 ans.

Enfin, seront installés rapidement des détecteurs de mouvement pour le contrôle des lumières, mesure simple et efficace.

Le boulanger ne souhaite pour l’instant pas modifier son contrat électrique. Il refera cependant faire un diagnostic à la fin de l’année après la suppression des tarifs jaune et vert pour s’adapter aux nouveaux prix de l’électricité, aux nouvelles offres et peut-être au changement de son four.

Tout le monde s’engage

Les huit employés de la boulangerie s’investissent déjà pleinement dans la production de pain bio. Sensibilisés aux questions environnementales, ils sont réceptifs à la démarche Lyon Eco Énergie et toute la boulangerie se mobilise pour réaliser des économies d’énergie.

A vous de jouer !

Denis Roisil conseille ce dispositif « à tout le monde ! A tous ceux qui sont en recherche d’éléments pointus sur leurs dépenses ».

Souhaitons que les entreprises seront nombreuses à suivre ce conseil !

 

Pour en savoir plus :

A ce jour, 40 entreprises ont déjà rejoint Lyon Eco Énergie.

Contact des conseillers :

– pour la CMA : Julien GORNET j.gornet [a] cma-lyon.fr

– pour la CCI : Thibaut COSTANTINO costantino [a] lyon.cci.fr

Article en lien : Lyon Eco Énergie

Pour mieux connaître la boulangerie : http://boulangerie-saint-vincent.fr/

Copropriété Alpes C et D à Saint-Priest : une réhabilitation exemplaire

>> Action 4.5 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.40]

Dans le cadre de son Plan Climat, la Métropole de Lyon encourage les rénovations d’immeubles au niveau « bâtiment basse consommation » (BBC) sur son territoire. Visite d’un projet ambitieux à Saint-Priest avec Riad Chérif, Président du conseil syndical de la copropriété Alpes C et D, et Stéphane Collacciani, directeur de projet ORU & Politique de la Ville à la Métropole de Lyon.

Façade avant travaux

Façade avant travaux

Le projet de tout un centre-ville

Saint-Priest a connu une augmentation exceptionnelle de sa population, passant de 2 500 à 40 000 habitants en moins d’un siècle. De nouveaux quartiers se sont développés, créant plusieurs centres urbains. Depuis 2001, la ville et ses partenaires (Grand Lyon, Etat, Région…) ont mis en place une opération de renouvellement urbain « coeur de Saint-Priest » qui s’étend sur 61 hectares et concerne 2 500 logements, soit 6 500 habitants, dans le but de créer un véritable centre-ville sur ce territoire résidentiel de « grands ensembles ».

La réhabilitation de la copropriété Alpes C et D est un « petit grand projet » selon Stéphane Collacciani, qui participe à l’Opération de Renouvellement Urbain. Même si elle ne concerne que deux bâtiments, construits au milieu des années 1960, elle a pour but de replacer cet ensemble dans le marché immobilier ainsi que dans le centre-ville renouvelé en réhabilitant 90 logements à un niveau d’exigence architectural et énergétique élevé.

Les immeubles C et D font partie d’un ensemble de dix bâtiments situés au coeur du périmètre de l’Opération de Renouvellement Urbain, dont deux ont été détruits après acquisition des 198 logements par le Grand Lyon. Les bâtiments C et D ayant peu fait l’objet de rénovations de grande ampleur, la copropriété et les pouvoirs publics se sont lancés dans une opération de réhabilitation. Retour sur une rénovation exemplaire.

Les immeubles font l'objet d'un plan de sauvegarde

Les immeubles font l’objet d’un plan de sauvegarde

Aller plus loin qu’un coup de peinture

La copropriété envisageait au départ un simple ravalement de façade autofinancé. Les partenaires publics (ANAH, Ville de Saint Priest, Métropole de Lyon) ont missionné l’association Pact Arim pour accompagner les copropriétaires dans leurs réflexions sur le projet de travaux. Grâce aux aides au syndicat et aux aides individuelles liées aux conditions de ressources et aux engagements de la copropriété et des partenaires, le projet de rénovation a pris peu à peu de l’ampleur.

Le conseil syndical a alors tenu à fixer un objectif précis à cette rénovation et à étudier plus en détails le plan de financement. Les partenaires ont vu grand et ont décidé d’atteindre le seuil BBC rénovation (moins de 96 kWhep/m².an), privilégiant ainsi la performance énergétique et une meilleure maîtrise des charges.

Les travaux, définis après un audit énergétique des bâtiments, ont été votés en 2013 lors d’une Assemblée Générale des copropriétaires. Le conseil syndical est devenu à ce moment-là maître d’ouvrage pour les travaux et études complémentaires (amiante…), se saisissant pleinement du projet.

Nouvelle façade isolée, côté rue

Nouvelle façade isolée, côté rue

Des habitants informés et engagés

Le projet a globalement été bien accueilli par les propriétaires, qui ont pu donner leur avis lors de réunions de concertation et d’assemblées générales où étaient votés les travaux. Les parties prenantes se réunissaient en amont de ces assemblées lors de réunions publiques pour les préparer en abordant les aspects techniques.

Au-delà des copropriétaires, les San-Priots aussi sont concernés par cette réhabilitation ! Des expositions sur l’opération de renouvellement urbain du centre-ville et un article dans la lettre d’information Cœur Saint-Priest ont permis d’informer les riverains du projet.

Zoom sur les travaux

Les travaux ont débuté en juillet 2014 et devraient se terminer en novembre 2015. Ils comportent deux volets : un volet architectural (avec notamment le ravalement des façades en harmonie avec les nouveaux immeubles créés dans le quartier dans le cadre de la ZAC du Triangle) et un volet énergétique.

Pour atteindre le niveau de rénovation BBC, la copropriété a entrepris de nombreux travaux :

  • Isolation maximale des bâtiments : isolation extérieure de la façade, des caves, des terrasses, des pignons, changement des fenêtres et des volets
  • Travail architectural sur les parties communes et la façade
  • Renforcement de l’étanchéité du bâtiment
  • Uniformisation des allées (fenêtres, clés, peintures)
  • Révision de l’électricité
  • Pose de panneaux photovoltaïques sur le toit
  • Création d’un système de ventilation assistée
  • Changement des portes palières (installation de portes coupe-feu)
  • Mise en place de mats en toiture pour les paraboles
  • Équipement de chaque logement avec un thermostat permettant la régulation individuelle de la température entre 19 et 21°

Globalement, les travaux permettent de passer de 224 à 90 kWhep/m².an, soit un gain de 196 tonnes de CO2 par an, l’équivalent de 22 tours du monde en avion ou encore de plus de 805 000 km en voiture chaque année !

A gauche, la nouvelle façade. A droite, l'ancienne

A gauche, la nouvelle façade. A droite, l’ancienne

Une réhabilitation exceptionnelle

Le niveau de rénovation des immeubles C et D de la copropriété des Alpes est exceptionnel. Le projet est de forte ampleur, avec un coût d’opération se chiffrant à environ 40 000 € par logement. Le plan de sauvegarde a cependant permis de mobiliser des aides importantes.

Le montage financier du projet, réalisé avec l’aide du PACT ARIM, a permis de mobiliser toutes les aides disponibles. Ainsi, sur les 3,6 millions d’euros de travaux, 93% sont issus de financements publics, ce qui est une situation exceptionnelle. Le complément est financé par les propriétaires, avec un reste à charge s’élevant de 500 à 4 900€ par logement. En outre, un système de prêt à taux zéro (ProcivisRhone) a été mis en place comme aide au financement.

Enfin, la dynamique et l’implication du conseil syndical en tant que maître d’ouvrage sont à souligner. Le conseil syndical s’est monté comme une véritable force à même de mener les travaux et de permettre à l’ensemble des copropriétaires de s’approprier le projet.

Espérons que les San-Priots seront séduits par le résultat !