Héros Ordinaires – Les premiers pas de l’équipe vidéo

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité Facebook

Jeudi 26 Avril.

14H30 : Charly, Séphora, Naïma accompagnés de leur caméra ainsi qu’Amélie et Cindy munies de leurs stylos se mettent en route en direction de l’épicerie bio « 3 ptits pois » située à Lyon 7.

15H : Arrivée des volontaires à l’épicerie. Derrière la porte ils ont découvert les gérants de l’épicerie en plein repas ! Et comme tout bon gérant d’une épicerie bio qui se respecte, tout le monde a débarrassé en faisant attention au tri et en mettant de côté les déchets organiques pour le compostage.

L'équipe vidéo. Dans l'ordre : Charly, Sephora et Naïma.

 

Après que Charly ait fait le tour des lieux avec son pied de caméra en main, l’équipe vidéo s’est positionnée à l’arrière de l’épicerie et a débuté son interview.

Tout s’est formidablement bien passé et l’équipe est rentrée toute guillerette avec l’interview en boîte !

 

Bientôt un article sur cette fameuse épicerie !

 

Rencontre – La cordée, vers une ville en transition

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité  /  Facebook

Ce matin Sonia, Naïma (équipe vidéo) et moi (équipe blog) avons rencontré Simon Virlogeux, directeur de l’association Villes En Transition. Elle a été créée en 1995 et elle est composée d’un salarié… et demi !

Nous avons eu une explication des deux activités principales de cette association :

Au niveau de la région lyonnaise, l’association a pour objectif de créer un réseau d’habitants qui accompagne l’évolution de leur quartier vers du développement durable comme à la Duchère. Des événements sont régulièrement organisés afin de permettre aux habitants de se rencontrer et de partager leurs expériences sur le développement de leur quartier.

Villes En Transition a également eu quelques projets avec des jardins partagés notamment celui de St Fons et de Lyon 8. Dans ce projet, l’association a permis de faire le lien entre les habitants de ces quartiers et les associations des jardins partagés.

Elle monte aussi des projets de développement à l’étranger.

Actuellement, un projet est en cours de réalisation en Roumanie pour permettre aux habitants d’avoir accès à de l’eau, des douches, tout ce qui est nécessaire à une condition de vie descente. Un autre projet a été implanté à Madagascar afin de  permettre à la collectivité locale d’avoir accès à des soins médicaux.

A notre grande surprise, nous avons appris que ces régions pauvres sont déjà « éco-responsables » puisqu’elles sont bien moins polluantes que les pays développés !

Nous avons également eu un petit supplément d’information concernant le local en lui-même venant de Julie, fondatrice de La Cordée, que Villes en Transition utilise de temps en temps. C’est un espace de coworking, c’est-à-dire qu’il est partagé entre plusieurs associations ainsi que d’autres personnes venant de secteurs différents tels que des écrivains ou des entrepreneurs. Cet espace de coworking permet aux travailleurs d’avoir un local convivial et accueillant à moindre coût puisque le loyer est plafonné à 200€ maximum par mois et que chaque personne paye uniquement le temps de présence grâce à un badge individuel. Outre ces économies financières, nous, volontaires très investis dans notre projet environnemental, avons remarqué qu’un tel dispositif permettait également de faire des économies d’énergie étant donné qu’un seul endroit est à disposition pour plusieurs personnes !

La sympathique équipe de La Cordée.

Bravo Villes En Transition !

Cindy.

 

Rencontre – Et si on voyageait dans la Galoupiote ?

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité  /  Facebook

Ce matin Gwen nous a donné un prospectus qui annonçait l’arrivée de la Galoupiote à Lyon ce dimanche. Je fus intriguée : qu’est-ce que c’est la Galoupiote ?

J’allais donc sur le site internet de cette chose mystérieuse. On y apprend qu’il s’agit d’une roulotte qui a commencé son périple près de chez nous, dans l’Ain, à Pérouges, le 7 avril dernier. Le but : aller de commune en commune, en France puis en Espagne, pour proposer un moment festif de sensibilisation à l’environnement en mettant en avant les productions alimentaires et les réseaux de distribution locaux dans chacune des étapes.

La Galoupiote est le nom d’une roulotte mais aussi celle d’une association d’une dizaine de membres, issus d’horizons variés (pédagogues, animateurs, artistes…) qui invitent le public par ce slogan  : « Prévoyez l’imprévu ! ».

Bien entendu la Galoupiote est un véhicule écologique, hippomobile (qui circule grâce à des chevaux de trait). J’ai trouvé que les explications concernant sa création pouvaient donner envie de s’inspirer de certaines techniques de construction utilisées pour fabriquer cette roulotte (structure bois, énergies alternatives…).

Enfin, sur ce site, ce qui m’a le plus attiré l’œil est la rubrique du journal de bord avec des articles retraçant le parcours de la roulotte depuis sa création jusqu’à ses différents points de chute.

Le programme en tous cas est original et intrigant. Nous vous en parlerons prochainement.

Dimanche 15 Avril à Monplaisir-Lumière sur la place Ambroise Courtois, Lyon 8e à partir de 15H30 jusqu’à 20H ! Programme

Cindy

 

Héros ordinaires – On fait le bilan calmement

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité

À force d’entendre « Y’a qu’a tous s’impliquer », « Il faut qu’on arrête le gaspillage, qu’on soit plus sobres en carbone », on pourrait oublier que pour lutter contre le réchauffement et le gaspillage des ressources, il faut d’abord compter sur soi-même.

Sous la sage (direction) de Sylvia Generoso, une des responsables de La Revue Durable, scientifique spécialiste du climat, nous avons pris conscience des conséquences des gaz à effets de serre sur notre planète. Et ces gaz à effets de serre sont propagés dans l’atmosphère par nos émissions engendrées par toutes nos activités humaines.

 

Les volontaires en formation avec Sylvia Generoso.

 

Pour pouvoir savoir combien nous générons de carbone en une année dans l’atmosphère, nous nous sommes inscrits sur le site Le climat entre nos mains mis en place par cette Revue Durable et en voici les résultats :

Petits commentaires concernant ce graphique :

Ce bilan carbone nous permet de constater que le volontaire moyen est beaucoup plus sobre en carbone que le français moyen.

 Le résultat le plus élevé (qui reste cependant inférieur à la moyenne nationale) s’explique par le fait que cette volontaire est la seule à posséder une voiture et donc nous avons réalisé l’importance de choisir, quand c’est possible, des modes de déplacements doux.

A l’inverse, le résultat le plus bas (5,73t CO2 – eq/an) peut s’expliquer par les nombreux déplacements en transports en commun qu’utilise ce volontaire exemplaire.

Les résultats peuvent également varier suivant la consommation de viande qui devrait être réduite à 2 fois/semaine.

Chacun a pu avoir des conseils sur les gestes de la vie quotidienne afin de diminuer ses émissions de carbone. Ceux d’entre nous qui l’ont voulu se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre : Amélie a décidé de diminuer sa consommation de produits carnés et Salomé va essayer d’introduire des gestes écocitoyens dans sa colocation. Elle racontera cette expérience sur ce blog dans les prochaines semaines.

Par notre participation, nous voulons avoir « le climat entre nos mains » à notre échelle. Il y a du boulot, l’objectif pour chaque citoyen étant de diviser par 4 ses émissions de CO2 d’ici 2050.