Rencontre – Et si on voyageait dans la Galoupiote ?

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité  /  Facebook

Ce matin Gwen nous a donné un prospectus qui annonçait l’arrivée de la Galoupiote à Lyon ce dimanche. Je fus intriguée : qu’est-ce que c’est la Galoupiote ?

J’allais donc sur le site internet de cette chose mystérieuse. On y apprend qu’il s’agit d’une roulotte qui a commencé son périple près de chez nous, dans l’Ain, à Pérouges, le 7 avril dernier. Le but : aller de commune en commune, en France puis en Espagne, pour proposer un moment festif de sensibilisation à l’environnement en mettant en avant les productions alimentaires et les réseaux de distribution locaux dans chacune des étapes.

La Galoupiote est le nom d’une roulotte mais aussi celle d’une association d’une dizaine de membres, issus d’horizons variés (pédagogues, animateurs, artistes…) qui invitent le public par ce slogan  : « Prévoyez l’imprévu ! ».

Bien entendu la Galoupiote est un véhicule écologique, hippomobile (qui circule grâce à des chevaux de trait). J’ai trouvé que les explications concernant sa création pouvaient donner envie de s’inspirer de certaines techniques de construction utilisées pour fabriquer cette roulotte (structure bois, énergies alternatives…).

Enfin, sur ce site, ce qui m’a le plus attiré l’œil est la rubrique du journal de bord avec des articles retraçant le parcours de la roulotte depuis sa création jusqu’à ses différents points de chute.

Le programme en tous cas est original et intrigant. Nous vous en parlerons prochainement.

Dimanche 15 Avril à Monplaisir-Lumière sur la place Ambroise Courtois, Lyon 8e à partir de 15H30 jusqu’à 20H ! Programme

Cindy

 

Héros ordinaires – On fait le bilan calmement

Mission Héros ordinaires des volontaires d’Unis-Cité

À force d’entendre « Y’a qu’a tous s’impliquer », « Il faut qu’on arrête le gaspillage, qu’on soit plus sobres en carbone », on pourrait oublier que pour lutter contre le réchauffement et le gaspillage des ressources, il faut d’abord compter sur soi-même.

Sous la sage (direction) de Sylvia Generoso, une des responsables de La Revue Durable, scientifique spécialiste du climat, nous avons pris conscience des conséquences des gaz à effets de serre sur notre planète. Et ces gaz à effets de serre sont propagés dans l’atmosphère par nos émissions engendrées par toutes nos activités humaines.

 

Les volontaires en formation avec Sylvia Generoso.

 

Pour pouvoir savoir combien nous générons de carbone en une année dans l’atmosphère, nous nous sommes inscrits sur le site Le climat entre nos mains mis en place par cette Revue Durable et en voici les résultats :

Petits commentaires concernant ce graphique :

Ce bilan carbone nous permet de constater que le volontaire moyen est beaucoup plus sobre en carbone que le français moyen.

 Le résultat le plus élevé (qui reste cependant inférieur à la moyenne nationale) s’explique par le fait que cette volontaire est la seule à posséder une voiture et donc nous avons réalisé l’importance de choisir, quand c’est possible, des modes de déplacements doux.

A l’inverse, le résultat le plus bas (5,73t CO2 – eq/an) peut s’expliquer par les nombreux déplacements en transports en commun qu’utilise ce volontaire exemplaire.

Les résultats peuvent également varier suivant la consommation de viande qui devrait être réduite à 2 fois/semaine.

Chacun a pu avoir des conseils sur les gestes de la vie quotidienne afin de diminuer ses émissions de carbone. Ceux d’entre nous qui l’ont voulu se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre : Amélie a décidé de diminuer sa consommation de produits carnés et Salomé va essayer d’introduire des gestes écocitoyens dans sa colocation. Elle racontera cette expérience sur ce blog dans les prochaines semaines.

Par notre participation, nous voulons avoir « le climat entre nos mains » à notre échelle. Il y a du boulot, l’objectif pour chaque citoyen étant de diviser par 4 ses émissions de CO2 d’ici 2050.

 

Plénière du 10 juin: documents présentés

L’objectif de cette première réunion était de présenter les différentes hypothèses d’évolution à prendre en compte dans le scenario tendanciel du plan climat : évolution de la population, évolution du tissu économique, évolution des prix de l’énergie, évolution de la place des énergies renouvelables dans la production d’électricité.

Ainsi, les différents éléments de prospective déjà produits tant au niveau local qu’au niveau national ont été balayés.

 Ordre du jour :

 1.     Introduction : Bruno Charles, Vice Président en charge du pilotage opérationnel du Plan Climat 

2.     Présentation de la méthode proposée + calendrier 

3.    Illustration de la démarche de prospective sur deux secteurs clés (résidentiel et transport) : déterminants utilisés pour la modélisation et résultats attendus 

4.     Proposition et validation avec la salle des hypothèses d’évolution à prendre en compte : 

            a.   Hypothèses démographiques à 2020 2030 2050 

            b.   Hypothèses d’évolution économique (tertiarisation ou ré-industrialisation) à ces mêmes échéances 

            c. Hypothèses d’évolution des prix de l’énergie (présentation des hypothèses nationales ou européennes) 

            d.  Hypothèses d’évolution de la place des énergies renouvelables dans la production d’électricité à 2020 2030 2050.

Voici les documents qui ont été présentés lors de la matinée du 10 juin dernier.

2009 - Diagnostic Climat (866 téléchargements )