Coup de fraîcheur sur la rue Garibaldi !

Ni fleurs ni fruits, depuis quelques jours les arbres de la rue Garibaldi se sont vu pousser de drôles de boîtes blanches, assorties de sangles orange. Les avez-vous remarquées ?

Capteur météo rue Garibaldi Lyon Plan Climat

Un des 17 capteurs météo de la rue Garibaldi [Photo T. Fournier]

Climatisation naturelle

L’axe Vauban-Bouchut de la rue Garibaldi, réaménagé en 2014, a fait la part belle à la verdure dans un environnement autrefois presque entièrement minéral. Toute cette végétation apporte un gain esthétique, mais pas seulement ! En effet, les plantes évaporent par leurs feuilles l’eau puisée dans le sol. Et comme ce processus consomme de la chaleur, elles jouent le rôle de climatiseurs naturels en rafraîchissant l’air qui les entoure.

Quel rapport avec ces boîtes blanches ?

Pour mieux comprendre le rôle de la végétation sur le confort thermique, notamment en période de fortes chaleurs, l’équipe du Plan Climat a lancé une campagne de mesures pour l’été 2016. Une première partie de celle-ci consiste en l’installation de 17 capteurs fixes, répartis sur les arbres ou les mâts d’éclairage de la rue Garibaldi. Ces capteurs enregistrent chaque heure la température et l’humidité de l’air. Ils sont protégés du soleil, de la pluie et du vent par des abris météorologiques. Ce sont les fameuses boîtes blanches que vous apercevrez en levant les yeux.

Le micro-climat de la ville

Saviez-vous qu’il faisait plus chaud en ville qu’à la campagne ? Cette différence de température, appelée Îlot de Chaleur Urbain, a pour cause principale la forme urbaine, qui piège la chaleur et ralentit la circulation de l’air, ainsi qu’un large éventail d’activités humaines (industrie, trafic, climatisation, etc.). C’est une source d’inconfort pour les habitants, surtout durant l’été. Il est donc intéressant de comprendre comment la forme de la ville, et en particulier les espaces végétalisés, peut jouer un rôle positif contre ce stockage de chaleur.

Pour aller plus loin, il est envisagé dans le cadre du projet d’utiliser l’eau de pluie stockée sous la rue Garibaldi. Celle-ci permettrait de stimuler l’activité de la végétation durant les périodes de sécheresse. Les capteurs installés réaliseront des mesures durant toute la période, et nous permettront de mesurer l’éventuel gain apporté en terme de confort. Il ne reste qu’à attendre l’arrivée des beaux jours !

Unis Cité sur les traces des « familles à énergie positive »

Le concours Famille à énergie positive (FAEP) de la région lyonnaise permet depuis 6 ans à des foyers de faire des économies sur leurs consommation d’énergie et d’eau. L’équipe des volontaires en service civique d’Unis Cité a rencontré 10 familles ayant participé au concours et vous font le récit de leurs expériences.

 Soirée de lancement de la 6e saison du défi à l’Hôtel de Ville de Lyon

Soirée de lancement de la 6e saison du défi à l’Hôtel de Ville de Lyon

Le défi FAEP, pour agir ensemble contre le réchauffement climatique

Le défi Famille à énergie positive est un défi proposé aux habitants. Chacun apprend et met en place des petits gestes du quotidien pour faire des économies. Le défi existe dans 81 départements français et l’année dernière 8000 familles se sont inscrites en France. Ensemble, les économies sont énormes !

L’ALE encadre le concours dans la région lyonnaise. Nous en sommes à la 6e saison cette année avec 115 familles sur les différentes communes participantes. Les foyers se regroupent en équipes pour représenter leur ville, leur quartier ou leur entreprise. Chaque équipe fait le pari d’atteindre 8 % d’économies d’énergie par rapport à l’hiver précédant le défi. Pour cela on regarde toutes les consommations de la maison (chauffage, eau chaude, équipement domestique, etc.). Le défi se base sur le progrès global de chacun : peu importe d’où on part, l’essentiel est de progresser tous ensemble !

Sur les traces des anciens participants

En 6 ans, 550 familles ont déjà participé au moins une fois au défi dans le Grand Lyon : parfois seulement pour la première saison, parfois sur les trois dernières. Ça fait du monde ! Et tous ces anciens participants, qu’ont-ils à dire sur le concours aujourd’hui ?

Une équipe de volontaires en service civique part à leur rencontre. Nous sommes 4 jeunes engagés durant 9 mois pour un service civique. Nous sommes allé voir 8 familles et avons réuni 2 équipes entières pour collecter leur témoignage, leur expérience avec du recul sur le concours. Ils nous ont également fait partagé les actions, défis et engagements qu’ils ont réalisés depuis. Voici le premier témoignage.

Laetitia et Tolis, une famille qui chasse les Watts à plusieurs

Aujourd’hui nous vous présentons la famille de Laetitia et Tolis qui ont participé avec leurs deux enfants à la troisième saison (2012-2013). Le concours les a intéressés car il alliait le côté environnemental, la réduction du budget et le côté ludique par sa forme de concours.

Durant le concours, les participants font des relevés de compteurs pour enregistrer leur consommation. Pour Tolis, cet aspect « comptable » permet d’avoir une vision fiable et pertinente de ses consommations. Tous les dimanches, les relevés permettent de voir la consommation en “Wattheures” de la semaine.

De plus, le Wattmètre, permettant de mesurer la consommation individuelle des objets, est prêté aux participants. On sait ainsi quel appareil consomme le plus ! Par exemple, l’ampli consomme 20 W en marche comme en veille, ce qui est énorme mais le chargeur du portable consomme très peu. Savoir ce qui consomme leur a permis d’ajuster leurs gestes quotidiens. « On arrive à faire diminuer notre consommation et on ne vit pas plus mal. ». Si certains gestes étaient déjà connus avant le concours, le défi en équipe est un bon moyen de les mettre vraiment en place. La distribution du guide des 100 éco-gestes permet d’ajouter des gestes sans engager des moyens financiers.

Tolis et Leatitia avec leur enfants Timeo et Ariane dans leur maison de Lyon. S’ils ont participé au concours FAEP dans leur ancien appartement, ils n’ont pas oublié les écogestes qui réduissent la facture

Tolis et Leatitia avec leur enfants Timeo et Ariane dans leur maison de Lyon. S’ils ont participé au concours FAEP dans leur ancien appartement, ils n’ont pas oublié les écogestes qui réduisent la facture

Pour les enfants aussi, c’est une expérience. Si Ariane se souvient peu du concours, Timeo a participé. Ils ont collé des messages dans la maison : « Je fais attention à l’eau », « J’éteins la lumière » et ont réalisé les gestes. La famille est arrivée seconde avec son équipe. Le défi a été un bon apprentissage et ils ont donc réitéré l’expérience avec le défi Famille à Alimentation positive (FAAP) 2 ans après. Ils ont gagné ce second concours où l’objectif est de réduire son impact carbone sur l’alimentation.

Depuis le concours, la famille a quitté son appartement pour habiter dans une maison. Le gaspillage d’énergie y a aussi été traqué : des réflecteurs de chaleur derrière les radiateurs, des coupe-veilles et une température d’ambiance adaptée.

Pour en savoir plus

Défi FAEP dans le grand Lyon 

Les volontaires d’Unis Cité 

Défi FAAP (famille à alimentation positive)