Quand la propreté roule à l’eau et carbure à l’électrique !

Dans le cadre de ses démarches visant à réduire l’impact carbone global des services urbains, le Grand Lyon expérimente deux dispositifs appliqués à la propreté urbaine. L’enjeu ? Diminuer les consommations de carburant de ses flottes de véhicules.

>> Mesure visée par l’action 1.1 du  Plan d’Actions Partenarial [clic !  à lire en p. 8]

En 2013, 5 balayeuses ont été équipées d'un procédé fonctionnant à l'eau qui permet une baisse de 15% des consommations de carburant.

En 2013, 5 balayeuses ont été équipées d’un procédé fonctionnant à l’eau qui permet une baisse de 15% des consommations de carburant.

De l’eau pour booster les moteurs !

Dispositif HKM fixé sur une balayeuse, près du moteur.

Dispositif HKM fixé sur une balayeuse, près du moteur

Saviez-vous qu’on peut rouler à l’eau ? Partons à la découverte d’un dispositif très simple testé par le service Propreté pour utiliser les propriétés « détonantes » des molécules de l’eau et diminuer ainsi la consommation de carburant des balayeuses.

Rappelons-nous de nos cours de chimie : l’eau « H2O » est composée d’hydrogène et d’oxygène. Or, l’hydrogène explose, et l’oxygène est un gaz qui améliore la combustion (quand souffle sur des braises, par exemple). Il suffit juste de séparer ces molécules, ce que propose le procédé « H-H-O » qui utilise une électrode connectée à un simple réservoir d’eau distillée : le courant électrique transforme l’eau en gaz.

« Nous avons testé le procédé de la société HKM énergie : l’eau décomposée en gaz  améliore la combustion dans le moteur et fournit plus de puissance », explique Thierry Bonnot, directeur de la subdivision Logistique et Véhicules Industriels qui gère l’atelier de maintenance. « Injecté juste au niveau de l’admission d’air, ce système permet un gain CO2 de -15% et un gain encore plus important sur les autres polluants, car la combustion est ainsi plus complète. 5 balayeuses sont d’ores et déjà équipées, 12 le seront bientôt. »

Ce système s’adapte à de multiples procédés pourvu que la puissance soit à peu près constante (ex: transport longue distance, groupes électrogènes…). Alors, avis aux mécanos !

En savoir plus

Des bennes électriques pour la collecte des ordures

En parallèle, le Grand Lyon expérimentent le ramassage électriques des ordures ménagères, via son prestataire SITA.  « 8 bennes à ordures ménagères [BOM] électriques, particulièrement adaptées aux secteurs denses, sont ainsi déployées sur les arrondissements de Lyon 2, Lyon 5 et Lyon 6″ précise la Direction de la Propreté du Grand Lyon.

La motorisation électrique présente en effet des avantages certains :

  • zéro émission de gaz à effet de serre en ville,
  • la réduction effective des nuisances sonores grâce à une collecte plus silencieuse.

SITA a d’ailleurs équipé ces véhicules en février 2014 pour mesurer les impacts environnementaux réels de la démarche. Bilan des courses : les 8 BOM électriques utilisées 6 jours par semaine permettent une économie moyenne de 2500 litres de gasoil tout en épargnant à l’environnement le rejet annuel de 8000 tonnes de CO2.

Pour mémoire, les services du Grand Lyon émettent environ 370 000 tonnes de CO2 par an soit 5% des émissions du territoire.