L’automne des audits !

Rentrée studieuse pour le Plan Climat… Côté collectivité, le Grand Lyon a obtenu  un score de 62% pour le label « Cit’ergie », qui évalue sa politique Energie-Climat. Côté territoire, le suivi des émissions de Gaz à Effet de Serre publié par Air Rhône-Alpes a été passé au crible des critères « M, R, V ». Le projet s’est lui aussi clôturé par un audit le 13 et 14 octobre, avec un retour très positif.

Un plan climat labellisé « Cit’ergie »

>> Mesure 1.1 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.8]

 

Les participants à l'audit du 24 octobre : la partie émergée de l'ice-berg, puisque le travail a mobilisé près de 50 personnes pour l'évaluation.

Les participants à l’audit Cit’ergie du 24 octobre : ce n’est que la partie émergée de l’ice-berg, puisque le travail a mobilisé près de 50 personnes pour l’évaluation de la prise en compte de l’énergie dans tous les processus et services.

 Cit’ergie, qu’est-ce que c’est ?

Le label Cit’ergie est à la base un label européen (European Energy Award). Il a été décliné en France par l’ADEME (plus d’infos sur le site dédié.) Un conseiller a travaillé pendant 10 mois avec les services pour « passer en revue » les 79 critères qui permettent, au final, d’avoir une note. Si la collectivité obtient plus de 50%, elle peut demander le label qui lui sera délivré par la CNL (Commission Nationale du Label).

La démarche a-t-elle permis de trouver de nouvelles actions ?

Si l’on retrouve des sujets classiques du Plan Climat (où en sont les modes doux sur le territoire ? quelle est la part d’EnR dans le mix énergétique des réseaux de chaleur? etc), d’autres critères nous poussent à explorer des champs nouveaux (les référents énergie-climat sont-ils identifiés dans leur fiche de poste ? la collectivité a-t-elle un budget énergie ?). Enfin, certains liens entre nos politiques n’étaient peut-être pas suffisamment explicités dans le Plan Climat : lien au Plan Local de Prévention des Déchets (moins de déchets, c’est au final moins de CO2 lié à leur collecte et leur traitement), lien au Shéma Directeur de l’Energie en cours d’élaboration, etc.

62%, c’est un bon score ?

Pour une première fois et au regard de la taille de la collectivité, c’est un score très satisfaisant, d’autant que les 6 domaines Cit’ergie sont assez équilibrés. Le graphique ci-dessous illustre bien cette répartition :

Les scores obtenus sur les différents "domaines" de Cit'ergie.

Les scores obtenus sur les différents « domaines » de Cit’ergie.

Où en sont les autres communes ?

Les villes de Lyon, Rilleux-la-Pape et Vénissieux se sont elles aussi lancées dans la démarche Cit’ergie. La ville de Lyon devrait pouvoir prétendre au label en Juin 2015.

 

Des émissions « M,R,V » avec Air Rhône-Alpes

 >> Mesure 7.1 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.60]

Le projet MRV : des émissions de CO2 "Mesurables, Rapportables, Vérifiables" sur les territoires du Grand Lyon, de Strasbourg et de Nantes métropole.

Le projet MRV : des émissions de CO2 « Mesurables, Rapportables, Vérifiables » sur les territoires du Grand Lyon, de Strasbourg et de Nantes métropole.

M, R, V en quelques mots

Cet acronyme signifie « Mesurable, Rapportable, Vérifiable » : c’est un processus qualité que l’on est obligé de respecter dans certains engagements internationaux, par exemple le protocole de Kyoto. Ainsi, l’ONU vérifie chaque année que les émissions de CO2 calculées par les Etats respectent bien ces critères, car des mécanismes financiers sont liés (quotas carbone sur les industries).

Qu’est-ce que le projet a apporté ?

Air Rhône-Alpes est l’association qui suit chaque année les émissions de CO2 et de polluants de l’agglomération (voir ici pour l’air et ici pour les GES). Pour arriver à ce résultat, plusieurs sources de données sont utilisées : les déclarations d’émissions des industriels, le trafic routier, les livraisons de carburant, de gaz ou d’électricité… pour répartir finement l’énergie consommée (et donc le CO2 émis) par usage, certains hypothèses sont utilisées, c’est pour cela que l’on parle de modèle.

Le projet MRV a permis de mener une vérification complète des processus de calcul d’Air Rhône-Alpes, que ce soit sur la traçabilité des données utilisées, le recours à de la donnée réelle de consommation, la formalisation des processus de calcul, jusqu’au stockage informatique des données… Tout a été remis à plat sur les années 2010 et 2012 en particulier.

A l’occasion de ce projet, l’inventaire des émissions a été complété pour avoir la totalité des GES : aux gaz CO2, CH4 et N2O ont été ajouté les gaz fluorés (HFC, PFC et SF6). Le graphique ci-dessous illustre cet ajout : au final c’est tout de même 6 à 8% des émissions de CO2 du territoire ! Ces gaz sont principalement utilisés dans l’industrie et la réfrigération (climatisation des locaux ou des véhicules).

 

Contribution des différents Gaz à Effet de Serre dans les émissions de CO2 de l'agglomération.

Contribution des différents Gaz à Effet de Serre dans les émissions de CO2 de l’agglomération.

Qui a audité Air Rhône-Alpes ?

Le CITEPA est l’organisme qui – entres autres – est chargé de déclarer chaque année les émissions de CO2 de la France dans le cadre des accords internationaux sur le Climat (dont le protocole de Kyoto). Deux auditeurs du CITEPA sont venus pendant 2 jours auditer en détail le fonctionnement de l’association Air Rhône-Alpes, ses bases de données, ses méthodes de travail. Le retour a été positif car l’association a des bases solides en matière de suivi qualité, pour autant de nouvelles actions d’amélioration ont été trouvées.

Et la suite ?

Maintenant que nous avons l’assurance que le modèle est le plus complet possible, nous allons pouvoir travailler sur les indicateurs et sur la pédagogie : en effet c’est un sujet technique, mais la compréhension est essentielle pour comprendre où va le territoire en matière d’impact sur le climat ! Que ce soit pour guider les politiques publiques ou pour favoriser la prise en main du sujet par les acteurs du territoire, citoyens, entreprises…