Il fait trop chaud…

4 juin 2021
Par

…pour travailler, dormir, se déplacer ? Une enquête sur les pratiques et représentations des habitants pendant les périodes de fortes chaleurs menée en 2020 permet de mieux cerner les comportements des Grand-lyonnais et d’orienter les politiques publiques métropolitaines. Un sujet bouillant d’actualité.

Canicule nuage de motsLes jours de canicule et les périodes de fortes chaleurs sont de plus en plus fréquents dans la métropole lyonnaise et se trouvent amplifiés par le phénomène des ilots de chaleurs urbains*.

Face à ces nouvelles conditions climatiques qui s’installent dans nos villes et au fil des années, force est de se demander : Comment les individus habitent leur logement, leur quartier ? Se déplacent-ils vers d’autres territoires ? Quelles connaissances, pratiques et représentations mobilisent-ils pour lutter contre l’inconfort du aux fortes chaleurs ?

Ces questions en prise directe avec les politiques publiques de la Métropole de Lyon (logement, habitat, aménagement des espaces publics, politiques sociales, soutien aux personnes vulnérables, politiques de santé-environnement, espaces de loisirs…) ont fait l’objet d’une étude de la part du service Usages et Expérimentation de la Direction de la Prospective et du Dialogue Public et du service Énergie-Climat de la Direction environnement, écologie, énergie.

Ainsi, durant l’été 2020 une enquête a été menée auprès de 2 000 habitants de la Métropole de Lyon pour recueillir leurs perceptions face à la canicule et aux périodes de fortes chaleurs. Une synthèse de ces résultats vient d’être publiée dans la collection des Baromètres des services urbains**.

On y apprend, par exemple, que 86% des habitants estiment qu’il sera de plus en plus difficile de vivre dans leur commune, un ressenti nuancé au regard des inégalités sociales et territoriales. On apprend aussi que les habitants ont une connaissance des enjeux écologiques, ainsi si 16% souhaitent s’équiper d’une climatisation, 88% ont conscience que la climatisation est mauvaise pour l’environnement. Autant d’indicateurs qui font du Baromètre des services urbains, enquête sur les pratiques et représentations des habitants pendant les périodes de fortes chaleurs un outil d’observation et d’analyse socio-économique pour mieux penser le territoire et la qualité de vie de toutes et tous.

* Les îlots de chaleur urbains (ICU) sont des élévations localisées des températures, particulièrement des températures maximales diurnes et nocturnes, enregistrées en milieu urbain par rapport aux zones rurales ou forestières voisines ou par rapport aux températures moyennes régionales (source Wikipedia)

** Le Baromètre des services urbains est un outil d’analyse piloté par la Direction de la Prospective et du dialogue public pour aider à orienter les politiques publiques. Il existe depuis 2011 et porte sur les thématiques suivantes : nettoiement, mobilité, gestion des déchets, voirie, eau, énergie…

> Pour aller plus loin 

En parallèle de cette enquête, des travaux* ont été conduits sur la compréhension des inégalités socio-spatiales que le phénomène de fortes chaleurs peut exacerber, et ce dans une approche à la fois ethnographique et institutionnelle.

 * Dispositif d’observations et d’entretiens conduit par Malou Allagnat dans le cadre de sa thèse de Cifre réalisée en partenariat avec le laboratoire Eso à Nantes (UMR CNRS 6590), le Plan Climat de la Métropole de Lyon, la MSH de Lyon et l’IRSTV (FR CNRS 2488).

>> Voir aussi le Baromètre des services urbains : Enquête sur les représentations et les comportements vis-à-vis de l’Énergie (2020)

 

Tags: , , , , , ,

Commentaires clos.