Les acteurs du territoire, engagées en faveur du développement durable

26 février 2013
Par
De nombreuses associations sont impliqués en matière de développement durable sur le territoire du Grand Lyon.
 
Parmi celles-ci, certaines sont conventionnées avec la Métropole de Lyon pour mettre en oeuvre sur l’agglomération lyonnaise des actions de sensibilisation et d’éducation au développement durable.
 
En 2018, près d’une quarantaine d’associations sont partenaires de la mise en oeuvre du Plan.
Retrouvez des articles présentant les actions mises en oeuvre par ces associations sur la page du blog dédiée au plan d’éducation au développement durable.

Les associations partenaires de la Métropole de Lyon pour la mise en œuvre de son Plan d’éducation au développement durable :

Association loi 1901, créée en 1996 à l’initiative du Grand Lyon et de membres fondateurs (INRETS, ENTPE, CERTU, CSTB…), Acoucité a pour but d’œuvrer au développement des connaissances et du savoir professionnel en environnement sonore urbain. C’est un pôle de compétence qui a pour vocation de favoriser les échanges entre les centres de recherches et les besoins opérationnels des villes, notamment en matière de gestion des bruits urbains liés aux transports terrestres.

Premier réseau d’étudiants solidaires intervenant dans les quartiers populaires, est une association nationale née en 1991 sur la base d’un constat, celui des inégalités dans les quartiers populaires, et d’une conviction, celle que la jeunesse a envie de s’engager. L’Afev a pour but la mobilisation d’étudiants bénévoles dans des actions de solidarité, notamment dans les quartiers en difficultés.

L’ALEC (structure associative loi 1901) a pour objet de promouvoir, coordonner et développer des actions tendant à économiser l’énergie, utiliser des énergies renouvelables, préserver les ressources et protéger et valoriser l’environnement dans une logique de développement durable. En partenariat avec l’ADEME et la Région Rhône-Alpes, elle est l’Espace Info Énergie de l’agglomération.

Anciela est une association qui suscite et accompagne les engagements et les initiatives citoyennes en faveur d’une société écologique et solidaire. Elle organise et anime des démarches participatives afin de permettre aux citoyens de découvrir les enjeux du développement durable, de se rencontrer et d’imaginer ensemble des actions, des projets associatifs ou entrepreneuriaux, des mesures publiques pour une société écologique et solidaire.

Dans la cadre de sa pépinière d’initiatives, Anciela,accompagne les porteurs d’initiatives (nées lors des démarches participatives ou en dehors) pour que leurs idées deviennent réalité, se développent, s’enrichissent et essaiment. Anciela accompagne aussi les citoyens qui ont « envie d’agir » en leur permettant de mieux comprendre les enjeux et d’identifier les lieux (associations, institutions, conseils de quartier, mouvement…) où ils pourront agir.

Anciela agit depuis 2009 auprès du public étudiant, où elle organise des actions participatives et des temps de partage entre les différents campus. Elle est conventionnée sur ces actions « étudiantes » dans le Plan d’Education au Développement Durable de la Métropole de Lyon depuis 2012.

APIEU Mille Feuilles, association loi 1901, créée en 1984, a pour mission principale l’éducation à l’environnement urbain et au développement durable. Elle propose un autre regard sur la ville pour comprendre son fonctionnement, la richesse de ses interrelations et ses réseaux, son habitat, son architecture. Les thèmes abordés sont : les déchets,  l’environnement sonore, la mobilité durable, les projets d’aménagement urbains. Elle réalise environ 450 animations par an et travaille en collaboration avec de nombreux partenaires. L’atelier est agréé par l’Education Nationale, membre du réseau national Citéphile et Graine Rhône-Alpes.

  • ARDAB (Association Rhône et Loire pour le Développement de l’Agriculture Biologique)

Association au service des agriculteurs pour développer des techniques alternatives, accompagner la conversion des exploitations vers l’agriculture biologique, organiser et développer les filières, … l’ARDAB accompagne également les collectivités dans la mise en place de repas bio et d’actions de sensibilisation à destination des convives. L’association assure des interventions pédagogiques sur le thème de l’agriculture biologique et l’alimentation éco responsable sur le territoire de la Métropole de Lyon, en lien avec des intervenants extérieurs, notamment des agriculteurs formés pour intervenir devant des publics scolaires.

Elle porte également sur le territoire du Grand Lyon, le projet Familles à alimentation positive.

Association loi 1901 fondée en 2004 propose aux organisateurs d’événements une gestion cohérente et responsable des déchets générés par leur manifestation. Elle implique les organisateurs, les collectivités et le public afin d’intégrer de nouvelles pratiques sur ces événements et de réduire leurs impacts environnementaux.

Créée en 2001, l’association Arthropologia dont l’objet est l’Étude, l’Information, et la Protection de la Nature, mène ses activités sur les espèces sauvages et les milieux de vie, à travers notamment les recherches et les observations de ses membres : naturalistes, scientifiques, amateurs, autodidactes… Arthropologia intervient principalement sur les arthropodes, essentiellement sur les insectes, mais également sur les plantes et tout naturellement sur les relations plantes-insectes. Avec Oïkos, Arthropologia a participé à la création de l’éco centre du lyonnais à la Tour de Salvagny.

L’ADES du Rhône a pour objectif de développer l’éducation pour la santé sur le département avec les acteurs des secteurs éducatif, social et médical. Elle a été créée en 1937. Ces missions sont de proposer un pôle ressource départemental en éducation pour la santé aux acteurs de prévention, professionnels et bénévoles et développer des actions en fonction des priorités de santé locales, départementales, régionales ou nationales.

L’Atelier Soudé, association loi 1901, œuvre pour la réappropriation de la réparation par l’utilisateur, grâce à ses ateliers participatifs de réparation électronique. Bidouilleurs et novices sont invités à « ouvrir le capot » pour repousser les limites d’obsolescence de leurs appareils électroniques et électriques (ordinateurs, téléphones, petit électroménager, audio …).

L’entraide et la participation des bénévoles aux compétences diverses vise ainsi un enrichissement mutuel, permettant d’accomplir deux objectifs principaux : la réparation qui a pour conséquence la réduction à la source des déchets électroniques (DEEE), et la compréhension des appareils et des outils, qui permet l’autonomisation du participant.

  • Aterrisk (Ateliers TERritoires Risk et Développement) 

Cette association à but non lucratif a pour objet de soutenir les ateliers de recherche-action autour de la thématique de la réduction des risques et le développement durable sur les territoires.

Elle porte en particulier le projet Marguerite, qui vise à faire le lien entre l’agriculture et l’alimentation auprès de collégiens, et implique l’équipe ACCES de l’Institut Français de l’Éducation (Ifé), l’École Normale Supérieure de Lyon (ENS de Lyon) grâce à l’Unité Mixte de Recherche (UMR) Environnement Ville et Société (EVS).

Ce projet a pour objectifs dans le cadre de l’Éducation au développement Durable (EDD) de :

  • Connaître les représentations qu’ont les enfants de leur agriculture de proximité et les sensibiliser à cette agriculture et aux systèmes alimentaires.
  • Réfléchir au lien entre le comportement alimentaire des adolescents issus des espaces défavorisés et leur connaissance de l’agriculture, notamment locale.
  • Insuffler une dynamique de territoire de projet sur les thématiques agriculture / alimentation / justice alimentaire

L’association Brin d’Guill est née en 2004 de l’idée de transformer les délaissés urbains en jardins sur le modèle des jardins communautaires de new York, et de faire en sorte que les habitants s’approprient ces espaces de nature en ville. L’association a créé et anime deux jardins dans le 7e arrondissement de Lyon au croisement des rues Gryphe et Montesquieu : le jardin d’Amaranthes  et le jardin Cluzan. L’association développe aussi les Petits Brins Zurbains (végétalisation des rues et espaces délaissés – trottoirs ou murs).

Au-delà de son objet premier qui est le jardinage, l’association initie des projets sur le quartier de la Guillotière : événements ludiques, festives, éducatives, culturelles et artistiques, par exemple un cinéma en plein air, un café botanique, des soirées contes,…

Le Centre associatif Boris Vian est une association déclarée en octobre 1967. En 2015, l’association a été labellisée par l’État Centre de Ressource et d’Information pour les Bénévoles (CRIB). Conformément à cette labellisation, le CABS s’engage à « informer, soutenir les associations et leurs bénévoles, assurer l’orientation et la mise en relation avec d’autres sources d’informations, conseiller, soutenir les bénévoles pour la recherche et la mobilisation de ressources financières, mettre en place des formations.. »

Le CABV a pour but :

  • D’aider à l’émergence, à la création, au développement d’initiatives d’habitants et d’associations
  • La coordination, la fédération des activités associatives, d’initiatives d’habitants ainsi que l’élaboration et l’accompagnement d’actions individuelles et collectives
  • La promotion de la vie associative en direction de l’ensemble de la population
  • Le travail en partenariat avec les acteurs de terrain et la municipalité
  • La concertation et l’analyse de l’évolution de la vie associative sur la commune
  • La formation de bénévoles, de professionnels et autres acteurs

Fin 2015, une dynamique a émergé autour des questions du développement durable. C’est ainsi que le CABS a organisée, en partenariat avec une quinzaine de partenaires, l’action « Qu’est-ce qu’on fait demain ? » en juin 2016, manifestation reconduite pour 2017.

Les centres sociaux jouent depuis un siècle un rôle important dans les politiques de développement social des territoires urbains ou ruraux, par leur vision globale, leur mode de gouvernance participative, la variété de leurs interventions et leurs projets ambitieux accompagnant les habitants à développer leur pouvoir d’agir. Ils portent tous, une attention particulière aux familles et aux publics fragilisés (politique de la Ville). 66 centres sociaux agrées par la CAF existent sur la Métropole de Lyon. Sur la question du développement durable, la prise de conscience de l’importance de l’enjeu et de la nécessité de l’adopter comme un principe éthique à promouvoir et accompagner, Depuis une dizaine d’années, différentes actions sont menées par les centres sociaux et la Fédération des centres sociaux du Rhône pour que le développement durable devienne une priorité transversale.

 

photo-jardin-1-asco

Chic de l’archi ! est une association loi 1901 dont la mission est de sensibiliser et transmettre au jeune public une culture urbaine, architecturale et paysagère.  

L’association est administrée par des professionnel-les du cadre bâti sensibles à la fabrique du territoire et exerçant de manière indépendante dans les domaines de l’architecture, de l’ingénierie, de la communication, de l’éducation, de l’économie sociale et solidaire. L’association a pour ambition de fédérer autour d’elle un réseau de partenaires, collectivités, experts et professionnels des métiers de la conception, de la construction, de l’aménagement du territoire, de l’enseignement, de la culture… partageant les mêmes valeurs et volonté de transmission et d’éducation du jeune public. Chic de l’archi! intervient sur les temps scolaires, péri scolaires et de loisirs à travers la mise en place d’ateliers ludiques et créatifs.

L’association Conscience et Impact Écologique compte actuellement une centaine d’adhérents. Elle est présente sur le Rhône, la Loire et le Vaucluse. Son objectif est d’accompagner la transition écologique de la société et en particulier en montrant la pertinence de l’échelle individuelle comme moteur de changement.

Eisenia est une association loi 1901. Elle a pour but le portage et la mise en œuvre de projets reposant sur les principes du développement durable qui vise à concilier l’écologie, l’économie et le social. Le lombricompostage est l’outil de base de l’association. C’est également une porte d’entrée vers d’autres thématiques afférentes, qui forment ensemble le projet global de l’association: gestion et valorisation des déchets ; respect de la biodiversité ; agriculture et alimentation ; économie circulaire ; création d’emplois et réinsertion de publics en difficultés sociales via la formation à des métiers innovants et adaptés ; lien social et intergénérationnel ;  éducation à l’environnement.

La Fédération du Rhône pour la Pêche et la protection du Milieu Aquatique est l’Union des 43 Associations Agréées de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA) que compte le Rhône. Elle a pour mission de coordonner dans le département l’important travail mené par les responsables et adhérents de chaque AAPPMA dans le domaine de la préservation des habitats piscicoles naturels, de la réhabilitation des milieux aquatiques dégradés, de la sensibilisation des citoyens et de leurs représentants aux enjeux liés à la protection des écosystèmes aquatiques.

La FRAPNA, Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature, est une association loi 1901. Elle est agréée par le Ministère de l’Environnement depuis 1978 et reconnue d’utilité publique depuis 1984. La FRAPNA-Rhône agit dans le but de « réconcilier l’homme et son environnement », pour le développement d’une conscience écologique, la préservation de la nature en ville et du cadre de vie, ainsi que le développement harmonieux et durable des activités humaines. Elle a pour objet la connaissance, la défense, la protection, la valorisation et la restauration de la nature et de l’environnement. Dans le cadre de sa mission d’éducation au développement durable, la FRAPNA Rhône, en lien parfois avec la FRAPNA Région, conçoit des outils pédagogiques que ses animateurs utilisent sur le terrain, dans les classes lors d’animation sur les thèmes de l’eau, des arbres, de la nature et des déchets.

Fréquence écoles  est une assocation d’éducation aux médias. Elle accompagne petits et grands dans la compréhension de la société de consommation. Elle s’engage depuis bientôt 20 ans à  favoriser une attitude critique des jeunes face aux médias. Journalistes, réalisateurs et techniciens mènent des ateliers de découverte de la radio, de la télévision et d’Internet pour aider les jeunes à  décrypter et à  comprendre les médias. Véritable pôle ressource, Fréquence Ecole met aussi à disposition des outils et des parcours pédagogiques à  destination des professionnels de l’éducation.

À partir de projets thématiques, l’association explore les différentes relations entretenues entre les médias et la société. A ce titre, elle a développé de nombreuses ressources sur la thématique du genre, des sciences, de l’environnement, de la diversité culturelle, de la santé…

Association de loi 1901,  HESPUL a pour but et objet social le développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Créée en 1991, elle s’est dans un premier temps spécialisée dans le domaine du photovoltaïque raccordé au réseau qu’elle a introduit pour la première fois en France, et dont elle a assuré les prémices du développement. Hespul propose des actions d’animation à l’énergie, construites avec des structures partenaires, et mène avec l’ALE le « Défi Class’ Energie ».

L’association I-buycott a pour objet de sensibiliser, d’informer et de soutenir une consommation responsable, tenant compte de la protection de l’environnement, de la santé publique, de la solidarité et de la lutte contre toutes les exclusions sociales à travers les réseaux sociaux. Son action repose sur différents modes : Une plateforme » I-boycott » par laquelle tous les citoyens ou associations peuvent créer ou participer à des campagnes de boycotts visant une entreprises considérée comme non éthiques ou un des produits qu’elle fabrique ou distribue. Les internautes peuvent aussi  proposer des alternatives. Les entreprises visées disposent d’un droit de réponse communiquée à l’ensemble des boycottants. Un label citoyen « buycott » visant à promouvoir l’économie sociale et solidaire et valoriser les entreprises responsables. L’organisation d’ateliers, d’espaces de discussion et de débats autour des modes de consommation responsables.

Association loi 1901, née en 2011,  la légumerie propose, anime et accompagne des activités dans l’objectif de construire un modèle économique innovant et créateur d’emploi en agriculture urbaine, incluant une dimension participative des citadins (enfants et adultes) autour de la pratique du jardinage et de la pratique de la cuisine, favorisant le « faire ensemble ». Elle s’appuie sur un jardin partagé rue jacquard (Lyon 4ème) ou d’autres « potagers de quartier », lieux participatifs, de démonstration de pratiques, d’expérimentation des techniques d’agriculture urbaine biologique en permaculture. Enfants et adultes sont invités à prendre contact avec le monde vivant à travers la pratique du jardinage avec une approche globale et écologique. Ces lieux ont donc une forte vocation pédagogique associée à leur fonction productive et nourricière. La récolte peut être ensuite cuisinée dans le cadre d’ateliers de « cuisine participative », temps de préparation collectif de repas à base de légumes et fruits de saison, produit localement et écologiquement.

Légum’au Logis est une association créée dans le quartier des Buers à Villeurbanne en 2012 à partir d’un projet innovant soutenu depuis 2011 par Est Métropole Habitat. Ce projet, intitulé « La Ferme des Buers », a pour objet de permettre la distribution hebdomadaire de fruits, légumes et autres produits paysans de qualité, en provenance de fermes de proximité et de les rendre accessibles au plus grand nombre.  Inspiré de l’esprit AMAP, le projet est cependant très différent et adapté à la population disposant de revenus modestes : la distribution des paniers se fait sans obligation d’abonnement, ce qui permet aux personnes ayant des revenus restreints une plus grande souplesse.

La « Ferme des Buers » est également un lieu de rencontre où les personnes peuvent venir échanger : des ateliers et événements conviviaux sont organisés tout au long de l’année (concours de gastronomie, ateliers confiture, rédaction d’un petit journal, etc.).

L’association “Le Réseau des Boîtes à Partage” née en décembre 2016 a été créée dans le prolongement de l’installation de la première boite à partage en 2014 à Lyon et dans le but d’accompagner les citoyens à créer des Boîtes à Partage que l’on place dans l’espace public ou dans des lieux privés pour donner et prendre librement et gratuitement des objets, des services et des bons plans dans leurs lieux de vie (ville, village, quartier, immeuble, école ou entreprise), de créer un réseau entre toutes les boîtes existantes (givebox, boîtes d’échange entre voisins, boîtes à dons, boîtes à livres, etc.) afin de leur donner plus de visibilité et 

de travailler, accompagner et mettre en valeur toutes les initiatives liées à la gratuité, la solidarité et le partage : frigo du partage, magasins gratuits, systèmes de prêts entre voisins, partage de services et de connaissances…

 

  • Les cultivateurs

Depuis 2000, l’association développe l’éco jardinage sur le territoire de la Métropole auprès de publics différents et sous différentes formes : Jardin pédagogique à destination des scolaires,  accompagnement de jardins collectifs partagés et familiaux à travers des cycles d’ateliers et autour de pratiques éco-responsables, développement du programme « faire savoir les savoir faire » d’éco jardinage,  réalisation de guide d’éco-jardinage et videos tutoriels, exposition, plantations participatives d’ilots de biodiversité …

L’ECS a pour but principal de favoriser l’insertion sociale des personnes défavorisées ou démunies par la mise en place d’actions à même de créer des solidarités entre les habitants des territoires sur lesquels elle intervient. Ouverte à tous dans une volonté de mixité, l’ECS propose une diversité d’actions afin de multiplier les réponses aux besoins des personnes concernées : l’épicerie sociale et solidaire, la recyclerie, la bricothèque, les jardins partagés, une action d’insertion par la culture, l’accompagnement des bénéficiaires du RSA, la mise en place du conseil citoyen sur la ville de Saint-Fons… Il assure également de la prestation de service dans ses champs de compétence : animation développement durable (environnement / jardins collectif, fabriquer ses produits d’entretien ou d’hygiène, ateliers cuisine avec des produits de saison et locaux), mise en place de compost collectif, tri sélectif, sensibilisation, etc…

Association loi 1901 créée depuis juillet 2002, les Péniches du Val de Rhône proposent, à bord de la péniche « La Vorgine et ma Découverte », des navigations éducatives et thématiques autour de la relation de l’homme à l’eau, dans une perspective interdisciplinaire (sciences, histoire, géographie…). L’association vise à une sensibilisation citoyenne des cours d’eau, des berges et de la ville. Construits sur un mode de pédagogie active, les ateliers abordent différents aspects de ce thème universel : l’Eau, et s’adressent à un large public, des scolaires jusqu’au grand public. L’association a reçu le label de la décennie de l’Éducation pour le développement durable de l’UNESCO.

La LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) Rhône est l’une des sections du Cora Faune Sauvage. Le CORA Faune Sauvage, créée en 1959, est aujourd’hui une fédération d’associations de protection de la nature. La LPO a pour objet : d’agir pour l’oiseau, la faune sauvage, la nature et l’homme, et lutter contre le déclin de la biodiversité, par la connaissance, la protection, l’éducation et la mobilisation. La LPO Rhône réalise chaque année un nombre important d’animations auprès des jeunes, dans les écoles (de la maternelle au lycée voire BTS), les centres sociaux et de loisirs, mais aussi auprès du grand public (sorties, stands ou expositions) et des professionnels.

L’association Lyon à Double Sens propose des actions variées d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité sur plusieurs thématiques : développement durable, initiative citoyenne, diversité culturelle, solidarité locale et internationale, etc. Elle propose des animations en milieu scolaire du primaire à l’enseignement supérieur, dans le cadre péri/parascolaire (accompagnement éducatif, club hebdomadaire, école ouverte, centre sociaux, MJC, etc),  auprès du grand public (semaines et journées à thèmes ou festivals).

La Maison des Jeunes et de la Culture conduit et anime un projet d’éducation populaire original, moderne, qui s’adresse à tous et repose sur une vie associative dynamique et démocratique. Elle gère un équipement au profit des habitants du quartier et a pour vocation de favoriser l’autonomie et l’épanouissement des personnes. La M.J.C. permet à tous d’accéder à l’éducation et à la culture, afin que chacun participe à la construction d’une société plus solidaire et plus juste. La M.J.C. participe au développement local en animant des lieux d’expérimentation et d’innovation sociale répondant aux attentes des habitants. Le développement durable est désormais un axe fort de la MJC. et accompagne les habitants à s’inscrire dans la logique du développement durable en proposant une approche diversifiée de l’engagement écocitoyen.

Mouvement de Palier œuvre au quotidien pour donner des solutions et des idées à tous les citoyens de la métropole qui souhaitent agir sur les enjeux de tri et de réduction des déchets. Depuis 2016, l’association a formé bénévolement 200 « Ambassadeurs Mouvement de Palier » qui ont sensibilisé plus de 5000 voisins de palier et ont engagé des actions. Elle anime ce collectif afin de pérenniser leur action. Pour Mouvement de palier, le tri est un premier pas vers la réduction des déchets : Mieux comprendre et appliquer les règles de tri permet de prendre conscience de la quantité de déchets produite dans son foyer et de faire naturellement des efforts pour les réduire. 

Le Mouvement National de Lutte pour l’Environnement, association de type 1901, a été créé en 1981, par des personnalités scientifiques, des universitaires, des enseignants, syndicalistes, élus, responsables d’associations… qui souhaitaient avoir un lieu de rencontre pour la réflexion mais aussi l’action, afin de prendre en compte l’environnement dans son ensemble : naturel, urbain, professionnel. Le MNLE contribue à la prise en compte des problèmes de l’environnement comme enjeux fondamentaux pour l’avenir. Il regroupe des adhérents individuels, de multiples associations (locales, départementales et nationales) et des collectivités locales. Ouvert au monde du travail, des organisations syndicales y sont adhérentes ainsi que des comités d’entreprises. Dans le cadre du Plan d’éducation, le MNLE assure des action d’information et  de sensibilisation aux risques industriels.

Créé il y a 20 ans, Oïkos est une association de loi 1901 qui possède trois missions autour de l’écoconstruction : informer (accompagnement de projets, tenue de permanences d’informations, présence sur des salons, organisation de conférences, gestion de notre centre de documentation) ; former (organisation de formations à l’écoconstruction pour les professionnels du bâtiment et pour les particuliers) ; éduquer (animations auprès des enfants, des adolescents et des adultes, organisation de chantiers, de demi-journée de sensibilisation).

Récup et Gamelles est une association de loi 1901, qui a pour but de lutter contre le gaspillage alimentaire en menant plusieurs actions :
– Mise en place des Gourmet bag, le « doggy bag » à la française  chez les restaurateurs.
– Collecte d’invendus auprès des producteurs et distributeurs.
– Valorisation : ateliers de sensibilisation et de cuisine et mise en bocaux.

Association loi 1901, née en 1997, Robins des Villes a pour objet : la recherche, la médiation, la diffusion, la sensibilisation et l’action sur le thème du cadre de ville (environnement urbain, urbanisme, architecture, patrimoine, le cadre bâti en général). Il s’agit pour eux de sensibiliser les habitants à leur espace de vie, et les inciter à s’engager dans des démarches participatives. L’association s’interroge donc sur les moyens à mettre en œuvre pour permettre aux habitants de comprendre l’urbanisme et les projets de leur ville. Comment exploiter leur connaissance du quartier, pour qu’ils interviennent à bon escient dans les projets urbains ? Comment animer cet espace pour qu’il donne envie à ses membres d’y tisser les liens du bâti et de l’humain ?photo art1 robin

Association loi 1901, « SeA, Science et Art » est créée en 2000. L’objectif de l’association est d’inciter les enfants à « créer pour aimer et apprendre » et à « créer pour aimer et préserver ». Les actions de SEA, Science et Art, invitent les participants à partir de leur point de vue et de leur vécu pour les amener à s’intéresser au global et au monde et les conduire à un désir de prise en charge du savoir.

A travers une web-série accessible à tous sur Youtube, l’assocation The Bleen Pill s’est donnée pour objectif de démocratiser le concept d’écologie, d’informer et de sensibiliser afin de favoriser le passage à l’action citoyenne et encourager l’initiative individuelle et collective. Chaque mois, une nouvelle vidéo de 5 à 10 minutes traite d’une thématique différente de façon humoristique. 

Association à but non lucratif, laïque et indépendante, Unis-Cité a été lancée fin 1994 afin d’organiser et de promouvoir l’idée d’un Service Civique en France. L’objectif de l’association Unis-Cités RhôneAlpes est d’organiser et promouvoir le service volontaire des jeunes pour la solidarité, afin de contribuer à l’émergence d’une société d’individus responsables, solidaires et respectueux des différences.

L’association VRAC a été créée fin 2013. Elle a pour but de favoriser l’émergence de groupements d’achats dans les quartiers populaires. En réduisant les coûts intermédiaires, il s’agit de permettre à des ménages avec peu de ressources d’avoir accès à des produits de qualité (bio locaux et/ou équitables) à des prix compétitifs. L’association a pour finalité de susciter des dynamiques locales pour faire face à la précarité, et ainsi proposer un autre rapport à la consommation, à la santé et à l’image de soi.

 

D’autres acteurs sont partenaires de la Métropole de Lyon pour la mise en oeuvre du Plan d’éducation au développement durable : 

2 200 hectares de nature à moins de 15 kilomètres du centre lyonnais. Des milieux protégés, une faune aquatique conservée, un équilibre préservé, tous les éléments sont réunis pour profiter de l’un des plus grands Parcs naturels périurbains d’Europe.

Dédié à la découverte de l’environnement, L’îloz’ a ouvert ses portes au public le samedi 9 avril pour la saison 2016. Situé en plein coeur du Grand Parc Miribel Jonage sur le parcours du Fleuve Rhône en amont de Lyon, cet espace atypique invite le public à découvrir l’île de Miribel-Jonage avec un autre regard. L’accès à L’îloz’, à ses salles d’expositions (permanente et temporaire) et à ses jardins est libre et gratuit durant les heures d’ouverture. Les animations et spectacles payants sont à réserver à l’accueil du Grand Parc (L’atol’) ou directement à L’îloz’.

Association créée en 1994, la Maison de l’Environnement de la Métropole de Lyon regroupe 33 associations de protection de l’environnement, du cadre de vie et du développement durable  ainsi que la Métropole de Lyon. Elle édite chaque semestre un livret regroupant les activités proposées en partenariat avec ses associations membres. Le champ d’action de la Maison de l’Environnement de la Métropole de Lyon se développe dans des domaines complémentaires : environnement, écologie, pollutions, patrimoine, urbanisme, transport, développement durable, éducation à l’environnement, énergies, santé, sciences…

La Maison de l’environnement développe des actions dans trois grandes directions :

  1. Éduquer à l’environnement vers un développement durable : sensibilisation, accompagnement de démarches, pour tous les publics, sur le territoire de la Métropole de Lyon ;
  2. Donner accès à la culture environnementale, par son centre de ressources, l’organisation de conférences, de débats citoyens, d’expositions, d’événements ;
  3. Être un lieu de rencontre et d’innovation inter-associative, en mettant des moyens et ressources mutualisés à disposition de ses associations membres, et en tissant un réseau de partenariats et d’échanges sur la région Rhône-Alpes.

Le syndicat mixte, créé en 1995, est constitué des communes de Feyzin, Grigny, Irigny, Millery,  Sérézin du Rhône, Ternay et Vernaison, du Grand Lyon et du Conseil départemental du Rhône. Le SMIRIL est chargé de piloter et de mettre en œuvre le projet de réhabilitation et de valorisation de l’Espace Nature des Iles et Lônes du Rhône. Ses missions sont menées en lien étroit avec la CNR, gestionnaire du domaine public fluvial concédé, et un ensemble de partenaires. Le SMIRIL assure également de très nombreuses animations pédagogiques, en partenariat avec les associations de protection de la nature et de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditéranée-Corse.

12 communes, le Conseil départemental du Rhône et la Métropole de Lyon se sont réunis au sein du Syndicat mixte des Mont d’Or (SMMO) afin de préserver et mettre en valeur les espaces naturels et agricoles, le patrimoine rural témoin des activités humaines au cours du temps dans les Monts d’Or. Pour répondre aux objectifs de découverte du territoire avec une préoccupation permanente de préservation durable de la qualité du massif, le SMMO a mis en place des supports d’informations diversifiés qui viennent compléter les équipements réalisés sur le terrain (sentiers balisés , sentiers thématiques, patrimoine bâti et sites ponctuels de découverte,…)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *