Héros Ordinaires – Djamel, le super Vélov’man

 >> Mesure visée par le 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

Employé de Grand Lyon Habitat dans le quartier des Etats-Unis (Lyon 8ème), et résidant à Vaise (Lyon 9ème), cet homme accomplit chaque jour un grand exploit : une traversée de Lyon, de son domicile à son lieu de travail, grâce à la force de ses jambes et à un vélov. Ainsi, il parcourt plus de 300 km par mois !

 

Djemal : faire chaque jour près de 10km en vélo'v.. c'est possible !

Djamel : faire chaque jour près de 10km en vélo’v.. c’est possible !

Originaire d’Algérie, Djamel est un passionné de sport en tout genre : 25 ans de karaté derrière lui, du football en club… Quel grand sportif ! Malgré l’obtention de son permis de conduire, il a préféré mettre sa voiture au garage et enjamber un vélo pour aller au boulot.

 

Mais pourquoi a-t-il choisit le vélov ???

Il faut déjà savoir que sur Lyon et sa périphérie, il y a plus de 347 stations de vélov et 4000 vélos, tous gérés par l’entreprise JCDecaux. Ce service de location est proposé par le Grand Lyon et exploité par la société Cyclocity. Ils sont disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans les stations implantées sur les communes de Lyon, Villeurbanne, Caluire-et-Cuire et Vaulx-en-Velin.

Ce moyen de transport, utilisé par notre super vélov-man, est plus écologique et économique que la voiture ou les transports en commun.

Ainsi, chaque année, Djamel évite l’émission d’1 tonne de CO2 dans l’atmosphère (c’est ce qui génèrerait une voiture sur son trajet).

Le seul carburant pour avancer, c’est la force de nos jambes ! Cette énergie est renouvelable et presque illimitée. La pratique du vélo permet d’entretenir sa forme et fait travailler le cœur : rien de mieux pour avoir un corps en bonne santé. Mais attention aux courbatures !

 

De plus, un proverbe dit : « 30 minutes de vélov par jour tu feras ; 3ans de vie tu gagneras ». Ne serait-ce  pas la solution pour une jeunesse éternelle ?

Alors si vous y croyez (ou pas, d’ailleurs), n’hésitez pas et, comme Djamel, foncez prendre un vélov !

Pour plus d’informations rendez-vous sur  www.velov.grandlyon.com

 

 

C’était le dernier article de l’équipe « Héros Ordinaires » d’Unis-Cité, nous souhaitons une bonne continuation à Roxane, Yassine, Manon & Mathilde…

Héros ordinaires – Epicentre : une épicerie sociale et solidaire pour les habitants du 8ème

>> Mesure visée par le 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

C’est l’histoire de quatre étudiants en école de commerce qui ont décidé de s’investir aux côtés des acteurs associatifs du 8eme arrondissement de Lyon afin de monter un projet d’épicerie sociale et solidaire. La motivation et la persévérance des quatre amis ont porté leurs fruits puisqu’après un an de travail, Epi Centre, est sur le point d’ouvrir !

epicentre

Mais pourquoi sociale ? La précarité augmente et les ménages ont de plus en plus de mal à « joindre les deux bouts ». En parallèle, le gaspillage alimentaire s’accroît tous les jours un peu plus : en France, entre 25% et 55% de la production agricole est gaspillée chaque année, soit 280 kg par personne (Source: FAO) …

Pourquoi solidaire ? L’association a vocation à devenir un « épicentre de solidarité » pour renforcer la cohésion sociale et la solidarité entre habitants, notamment en créant des ateliers sur différents thèmes (CV, lettre de motivation, ateliers cuisines…)

Les quatre étudiants, sensibles à ces problèmes sociétaux et attentifs aux demandes des acteurs associatifs du  8eme arrondissement, se sont engagés pour apporter une solution concrète aux habitants des quartiers de Grand Trou – Moulin à Vent et Etats-Unis. Epi Centre permettra ainsi de proposer des produits alimentaires de bonne qualité, issus majoritairement de l’agriculture locale, à des résidents qui n’ont pas forcement accès à ce type de denrées.

L’épicerie s’adresse à deux types d’adhérents : « les solidaires » et les « bénéficiaires ». Ces derniers auront accès à l’épicerie et seront accompagnés par des conseillères en économie sociale et familiale. Ils auront accès à des produits de qualité à des prix réduits. Les adhérents solidaires, quant à eux, soutiendront l’activité en achetant les produits au prix du marché et participeront ainsi au financement de la structure.

Les porteurs du projet ont établi des partenariats avec de nombreuses structures lyonnaises qui soutiennent cette initiative de proximité originale visant à dynamiser le quartier en créant de la mixité sociale!

 

Pour plus d’info :

 epicentre.lyon8[]gmail.com

Héros ordinaires – une initiative originale et écolo

>> Mesure visée par le 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

A quoi sert la petite cabane en bois qui est située devant le centre social des Etats-Unis ? Est-ce un espace de jeux pour les enfants ? Un garage à vélo ? …

Ce composteur collectif permet de récolter les déchets « organiques » des habitants du quartier.

C’est un composteur !

Comment fonctionne t il ? Pour le savoir il faut demander à Agnès Parent, une des initiatrices du projet. C’est elle qui a accueilli les Compostiers, une association spécialisée dans le compostage urbain et collectif, en octobre 2013. Quelques semaines plus tard, les bénévoles impliqués dans le projet ont construit le premier composteur du 8ème.

Jean Louis fait partie de l’équipe de «bénévoles-écolos». Il a été séduit par ce projet car c’est un bon moyen d’éviter le gaspillage. Il tient une permanence afin d’accueillir les personnes souhaitant alimenter le composteur. Tous les mardis une trentaine de personnes viennent déposer leurs épluchures, marc de café et autres déchets compostables.

Le premier partage du compost aura lieu en novembre 2014. Ce mélange devrait donc se retrouver dans les pots de fleurs, sur les balcons des immeubles du quartier et permettre ainsi de colorer l’horizon des habitants.

 

Le composteur peut contenir les déchets de 70 familles, il reste encore quelques places !

Pour plus d’information : http://centre-social-etats-unis-lyon.reseau-grand-lyon.com/

 

Composter en ville, c’est courant ?

Le compost en ville est un enjeu important pour le Grand Lyon. En effet, la communauté urbaine s’est engagé en 2009 dans un plan de prévention visant à réduire la production des déchets de 15% d’ici 2030.

Dans cette perspective, le Grand Lyon est partenaire des Compostiers – l’association pour la démocratisation du compost collectif urbain – dont il finance les projets depuis 2011.

  • En savoir plus sur le site des Compostiers

Le  Grand Lyon aide également les habitants résidant en maison individuelle en prenant en charge une partie de l’investissement d’un composteur individuel – dans la limite de 30 euros.

  • Renseignements auprès de la mairie de votre domicile

Parallèlement, la communauté urbaine met en place des composteurs dans des écoles de l’agglomération.

Héros Ordinaires – Pré Sensé : votez Partage et Solidarité !

>> Mesure visée par le 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

Si vous arpentez le quartier des Etats-Unis vous risquez, au détour d’une rue, de découvrir un ilot de verdure… Faites comme nous, arrêtez-vous un instant pour discuter avec les jardiniers urbains de cet endroit étonnant !  

Le jardin partagé de Pré Sensé, Lyon 8

Le jardin partagé Pré Sensé, Lyon 8

Rodolphe Huguet est le président du jardin Pré Sensé, mais c’est avant tout un jardinier passionné : tomates, salades, choux … les légumes n’ont plus de secrets pour lui !

Comment cet ancien mini golf est-il devenu un jardin collectif ?

C’est grâce à la volonté des élus du 8ème arrondissement de Lyon, de Rodolphe Huguet et de quelques bénévoles, qu’il y a 11 ans ce terrain sec et en friche s’est petit à petit transformé pour laisser place à une terre noire, qui fait le bonheur des légumineuses locales !

Aujourd’hui, une trentaine de bénévoles se partagent un espace de 2 675 m2. Chacun élabore ses plantations sur sa parcelle individuelle. Des associations les ont également rejoints et elles font découvrir le jardinage à leurs adhérents.

Le mot d’ordre est « partage » : les outils sont communs, l’accès à l’eau est gratuit et même les semis sont mis à disposition !  Selon les saisons, on récolte des pommes de terre, des carottes, des pensées, des figues…

Les jardiniers organisent également des moments festifs : à l’occasion des récoltes et lors de la fête des jardiniers. Les habitants et les familles des bénévoles sont alors invités à passer un moment convivial autour d’un barbecue et de quelques tomates cerises…

Vous souhaitez rejoindre l’association ? C’est facile ! Il n’est pas nécessaire d’être un jardiner expérimenté, il suffit d’aimer cultiver et d’avoir envie de faire et d’être avec les autres…

Pour d’autres informations :

http://lepassejardins.fr/spip.php?article132

Mail : jardinpressense(a)yahoo.fr

 

Roxane, Yassine, Manon & Mathilde 

 

Héros Ordinaires 2014

>> Mesure visée par le 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

L'équipe 2014 des volontaires d'Unis-Cité explore cette année le quartier des Etats-Unis, Lyon 8.

L’équipe 2014 des volontaires d’Unis-Cité explore cette année le quartier des Etats-Unis, Lyon 8.

Roxane, Yassine, Manon & Mathilde à la recherche de « Héros Ordinaires » :

Nous sommes quatre jeunes de 19 à 21 ans, nous avons choisi de nous engager en service civique avec Unis-Cité pour une période de 9 mois. Dans le cadre de notre volontariat, et en partenariat avec le Grand Lyon et Grand Lyon Habitat, nous avons pour mission d’identifier et valoriser des initiatives éco-citoyennes dans le quartier des Etats-Unis à Lyon, d’avril à juin 2014.

A travers différents articles nous allons vous faire partager nos découvertes.

Si vous souhaitez apporter votre témoignage, vous pouvez contacter l’antenne du Rhône d’Unis-Cité au 04 72 84 27 40.

 

Héros ordinaires : saison 2013, c’est déjà la fin !

Mission Héros Ordinaires des volontaires Unis-Cité 2013 / Facebook

le jour J : le Temps des cerises, à Confluence

le jour J : le Temps des cerises, à Confluence

C’est lors de l’événement Le Temps des cerises à Confluence, samedi 22 juin, que notre projet a pris fin, au terme de quatre mois de recherches, de rencontres et de préparation.

Après un réveil aux aurores de l’équipe événement pour installer le stand dans les temps, nous avons vu les premiers passants arriver vers 10 heures. Nous avions prévu trois animations phares. Le bricolage, un jeu du tri, et enfin, le visionnage du film réalisé par l’équipe vidéo.

entraide à l'atelier bricolage

entraide à l’atelier bricolage

Nous avons donc commencés par le bricolage et immédiatement autour de l’atelier, les petites mains des enfants se sont affairées à à la création de jardinières à base de bois de palettes récupéré. Ponçage des morceaux, perceuse, viseuse et le tour était joué. Sans oublier la partie décoration ou les petits ont laissé leur âme d’artiste s’exprimer. Tout cela sous l’oeil bienveillant des jardiniers du quartier Langlet-Santy, des membres du Fablab et des Jeunes Bâtisseurs d’Avenir.

découverte des portraits vidéo des héros ordinaires 2013

découverte des portraits vidéo des héros ordinaires 2013

Pendant ce temps, les parents et quelques passants ont pu visionner le film des portraits des Héros ordinaires en sirotant un sirop préparé par nos soins. Après quoi les petits sont repartis tout fiers avec leur jardinière faite maison.

Le soleil a continué d’ensoleiller cette belle journée alors que le flux de passants s’est calmé ; l’heure pour nous de faire une pause déjeuner.

Une fois le ventre rempli, nous avons lançé l’animation du basket-tri, qui consiste à envoyer à la manière de Tony Parker (ou Mickaël Jordan pour les plus anciens), des déchets divers dans les poubelles appropriées. Une vingtaine de personnes ont pu ainsi tester leur adresse et leur connaissances en matière de recyclage.

le jeu du basket-tri

le jeu du basket-tri

Le visionnage des vidéo s’est poursuivi dans l’après midi. Les passants se sont vu également proposer des dépliants sur les produits de saisons, la confection de produits ménagers, de santé et cosmétiques « maison ». « Ça me rappelle les recettes de grand-mère », ont remarqué plusieurs visiteurs.

Pendant ce temps, les enfants craquaient pour les portes-monnaie que nous avions confectionné à base de briques de lait. Plusieurs personnes se sont aussi arrêtées pour lire les textes du blog affichés sur un panneau d’exposition. Certains visiteurs ont passé près de deux heures sur notre stand !

Une soixantaine de passants au moins (dont Gérard Collomb, président du Grand Lyon) ont participé aux activités proposées sur notre stand. Tous sont repartis avec le sourire, cela nous a fait plaisir ! C’est sur cette note optimiste que nous remercions nos lecteurs et partenaires de cette mission et vous disons au revoir !

et à bientôt !

et à bientôt !

 

L’équipe des volontaires du projet

Audrey, Benoît, Camille, Carine, Karla, Léo, Marine, Nadège, Raphael, Vanessa.

Héros Ordinaires – le film !

Mission Héros Ordinaires des volontaires Unis-Cité 2013 / Facebook

Et voici la nouvelle série de portraits des Héros Ordinaires du Grand Lyon, réalisé par les volontaires de l’équipe vidéo de la mission Héros Ordinaires 2013. Bon visionnage !

Image de prévisualisation YouTube

Héros Ordinaires-Bon Plan-Comment entretenir son vélo soi-même ?

Mission Héros Ordinaires des volontaires Unis-Cité 2013 / Facebook

 

l'atelier

l’atelier

Avoir un vélo, c’est bien mais savoir l’entretenir c’est mieux. C’est en partant de ce principe que de multiples associations d’autoréparation de vélos se sont développées dans le Grand Lyon. On retrouve par exemple Le Recycleur créé par l’association Pignon sur Rue dans le 1er arrondissement et à Villeurbanne. Le Recycleur permet, selon l’un des responsables « d’apprendre à réparer son vélo et d’être pleinement acteur de son entretien, contrairement à un magasin de vélos où l’on paye quelqu’un pour qu’il le fasse à notre place. »Sur place, les adhérents trouvent non seulement un atelier avec les outils nécessaires mais aussi des salariés et des bénévoles délivrant de précieux conseils… Guillaume, l’un d’entre eux nous confie, amusé : « je peux expliquer la même chose dix fois mais ce ne sera jamais moi qui vais faire à la place du cycliste ».

les pièces de rechange

Bien utile lorsqu’on n’a pas la fibre pour la mécanique mais que l’on souhaite devenir plus autonome ! Pour bénéficier des services de l’association, il suffit de devenir adhérent et de payer une cotisation à l’année. Une fois inscrit, l’accès à l’atelier est illimité. De plus lorsqu’il faut changer une pièce l’association en propose des neuves mais aussi d’occasion : « Ce qui permet de réparer des vieux vélos pour ceux qui ont peu de moyens et qui veulent un vélo qui a du charme ».

les outils à disposition

les outils à disposition

Au final, l’autoréparation de vélo est un moyen plus valorisant pour soi et plus économique pour son porte-monnaie !!! L’accueil y est souvent chaleureux et l’ambiance d’atelier est vraiment sympathique. Des odeurs de graisse aux murs de clés à molette, on se croirait dans un vieux garage !
Alors plus d’excuses pour ne pas rouler en vélo !
Qu’attendez-vous ?
Pour en savoir plus sur les ateliers d’ autoréparation de vélo : Pignon sur Rue, Vélorution, L’atelier du Chat Perché

Carine, Marine, Audrey

Héros Ordinaires-Portraits-Giovanni et Pascale : les boutiques solidaires, « de belles choses » à moindre coût

Mission Héros Ordinaires des volontaires Unis-Cité 2013 / Facebook

Giovanni, acheteur

Giovanni, acheteur

Aujourd’hui, c’est au 61 rue de Créqui dans le 6ème arrondissement, que nous nous arrêtons. Des portants entiers de vêtements, des livres qui n’attendent qu’à être lus et des tas de bibelots en tout genre : bienvenue à la Vestiboutique de la Croix Rouge. Nous sommes agréablement surprises de voir qu’il y a la queue à la caisse et que celle-ci se compose d’individus de tout âge et de tous les horizons.

La gérante nous oriente vers deux sympathiques clients, qu’elle connaît bien : Giovanni, imprimeur et Pascale, aide-soignante retraitée des hospices civils de Lyon.

Pascale, acheteuse

Pascale, acheteuse

Quand on leur demande ce qu’ils viennent chercher ici, tous les deux s’accordent pour dire que ce sont les bonnes affaires qui les intéressent. Giovanni aime les « belles choses » mais n’ayant pas nécessairement les moyens suffisants, il est attiré par les prix abordables de la Vestiboutique. Pour lui, il n’y a que des avantages à acheter d’occasion, il suffit simplement de regarder que les vêtements n’ont pas d’accroc et qu’ils correspondent à votre taille ! Pascale, qui fréquente le lieu depuis peu est aussi satisfaite : « On arrive quand même à trouver des choses moins coûteuses : vêtements, chaussures, bricoles… ». Les objets et vêtements retrouvent ainsi une seconde vie et ne sont pas jetés. Bien pour la planète et pour le porte-monnaie donc ! Des tops sont par exemple proposés à 1.50 euros et pour deux achetés, le troisième est gratuit. Pascale est elle aussi touchée par la question environnementale. Chez elle, elle pratique avec attention le tri et prend garde à ne pas jeter ses mégots sur la voie publique.
Décidemment, les héros ordinaires sont dans tous les coins de Lyon !

Pour information, la Vestiboutique est tenue par des bénévoles et l’argent récolté est reversé à la Croix-Rouge. Une possibilité de faire une bonne action tout en se faisant plaisir ! D’autres organismes comme Emmaüs ou Le Secours Populaire possèdent aussi des boutiques d’achat solidaire.

Carine, Marine, Audrey

Héros Ordinaires-Portrait-Clément Marchal, covoitureur « Une voiture au lieu de quatre, c’est moins de pollution et plus sympa »

Mission Héros Ordinaires des volontaires Unis-Cité 2013 / Facebook

DSC01559

Aujourd’hui nous avons rencontré Clément, 21 ans. Cet étudiant, qui réside à Lyon depuis un an pratique le covoiturage pour se rendre dans le Nord, son département d’origine. Ce système qui consiste à « partager » sa voiture et à diviser les frais du voyage entre les passagers est de plus en plus courant aujourd’hui. Le étudiant a connu le principe grâce à sa petite amie qui avait déjà expérimenté le covoiturage : « On s’est dit que ça pouvait être bien pour les longs trajets. Dans mon cas, il s’agit d’aller de Lyon à Lille. »
Si les motivations de Clément étaient, au départ, surtout économiques, ce dernier a su vite en tirer d’autres avantages : « au départ, le covoiturage était plus une question d’argent. Je recherchais les moyens de transport les moins chers. Mais en fait, je me suis vite rendu compte que le fait de voyager avec d’autres personnes est aussi beaucoup plus sympathique, et qu’au niveau environnemental c’est bien aussi ! Si toutes les personnes avaient pris leur propre voiture, il y aurait quatre voitures au lieu d’une, donc quatre fois plus de pollution ».

L'autocollant, un repère pour les covoitureurs

L’autocollant, un repère pour les covoitureurs

Mais alors comment s’y prendre ?
« C’est simple, on propose notre trajet sur un site de covoiturage. Les gens intéressés s’inscrivent et on se donne un point de rendez-vous. Une fois que tout le monde est là, c’est parti ! On dépose les passagers à un point, que ce soit à destination ou lors du voyage, que l’on décide à l’avance. »
Au final, les trajets de Clément ne lui coûtent quasiment rien : chacun des participants paye 45 euros pour relier Lyon à Lille, ce qui lui permet de rentabiliser son voyage, et, pour les passagers, de faire aussi des économies (l’équivalent en TGV coûte environ le double) . « La seule contrainte, c’est qu’il faut savoir s’adapter aux demandes et aux petits retards des covoitureurs. Il faut aussi savoir gérer la place dans son coffre ! »
Quant à ses déplacements dans la ville, Clément a opté pour le vélo : « c’est beaucoup plus pratique que la voiture, plus agréable en plus ! On prend l’air ! A part l’achat du vélo et son entretien, ça ne me coûte rien ! » Il avoue que la question environnementale le touche de plus en plus. Il nous confie d’ailleurs avoir pensé à s’inscrire dans une AMAP pour bénéficier d’un panier, mais il hésite encore : « Sachant qu’on ne connait pas à l’avance les produits du panier, il faut s’avoir s’adapter. Je sais aussi que je n’aurais pas forcément le temps pour faire la cuisine et ce serait donc dommage de les gâcher. Mais pourquoi pas plus tard ? »
C’est sur cette note optimiste que nous quittons Clément, contentes d’avoir rencontré un jeune de notre génération si investi !

Si vous aussi, le covoiturage vous tente, rendez-vous sur les sites de covoiturage : covoiturage.fr pour ce qui est des longs trajets et covoiturage-grandlyon.com pour ce qui est des déplacements au cœur du Grand Lyon.

Carine, Marine, Audrey