5 à 7 de l’éco-construction

 L’étanchéité à l’air – De la théorie… à la pratique

Jeudi 21 mars 2013 de 16h à 19h à l’amphithéâtre de la cité administrative d’État, Lyon 3

Entrée 165 rue Garibaldi (bâtiment de impôts)

 

PROGRAMME

 Accueil dès 16h00 – Expositions de matériels sur les stands de professionnels de l’étanchéité à l’air

 

17h00 En théorie, comment ça marche ?

Enjeux de la perméabilité à l’air de l’enveloppe, des réseaux

Les exigences de la RT 2012 : quel impact sur la conception ?

Peut-on atteindre des résultats satisfaisants en rénovation ?

Les méthodes de test et les matériels : avantages et inconvénients par Romuald Jobert, CETE de Lyon, co-auteur du carnet de détail du projet > PREBAT MININFIL

 

17h45 En pratique, comment faire ?

Mise en œuvre, astuces… en neuf et en rénovation ?

Bonnes et mauvaises pratiques par Alain Soler, AS Infiltrométrie

 

18h30 Echange avec la salle

19h00 Cocktail

 

Incrivez-vous ICI

Défi 80 km : c’est bon, c’est d’où ?

Défi 80 km

Défi 80 km

>> Mesure visée par le 3.3 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.30]

Etes-vous prêt à manger local ? Sur un principe simple : concocter un repas complet avec des produits dont la provenance est limitée à 80 km,  10 équipes toquées relèvent le Défi 80 km, à grand renfort de circuits courts et de produits locaux,  samedi 24 novembre,  à l’Escale Lyonnaise (Lyon 6).

4 prix pour récompenser le bien-manger local

Ce samedi 24 novembre, le concours de cuisine locale organisé par les espaces INFO->ENERGIE du Rhône, l’ALE et HESPUL  rassemblera 10 équipes d’amateurs – chacune orchestrée par un restaurateur professionnel –  qui s’évertueront à composer locale pour contenter les papilles et soulager le porte-monnaie.

  • Le détail des équipes sur le site de l’ALE [clic!]

Un jury d’experts emmené par Olivier Canal, Toque Blanche Lyonnais du restaurant les Oliviers, décernera trois prix récompensant :

  1. le goût,
  2. le rapport qualité/prix,
  3. le moindre impact environnemental.

Le prix du public sera remis par les conviviaux gourmets, assemblés pour l’occasion à l’Escale Lyonnaise (100, rue de Créqui – Lyon 6)
Amateurs de bonne chère, dès midi, glissez-vous dans les rangs du public, dégustez les plats en lice et votez pour attribuer le prix spécial public ! (entrée libre)

Réinterroger nos modes d’alimentation

« L’objectif de cette manifestation, organisée dans le cadre de l’appel à projet sur la consommation responsable de la ville de Lyon avec la participation de l’ADEME et du Grand Lyon, est d’interroger les particuliers et les professionnels de la restauration sur leurs pratiques culinaires et leurs modes d’alimentation » indique Yvan Bidalot, chargé de missions Education/Sensibilisation à l’ALE .

Sur place, les fervents défenseurs de l’ESS (économie sociale et solidaires) proposeront une information sur les circuits courts, déclinée à l’issue de la remise des prix au cours d’une table ronde intitulée « L’alimentation en circuit-court : gagnante pour tout le monde ? »

A  la Buvette spéciale 80 km animée par l’épicerie De l’autre coté de la rue, on discutera trucs, astuces et autres bons plans pour une alimentation saine et sobre en énergie.

  • Toute l’info sur le site de l’ALE [clic!]

Pour aller plus loin

  • Consulter et enrichir l’annuaire de l’éco-consommation [clic!]

Familles à énergie positive, le défi pour une vie sobre en carbone

 

Bruno H, volontaire de l'équipe "Grand Lyon" (édition 2011).

Marre du survoltage ? A partir du 1er novembre 2012, tentez le régime sobre en carbone de l’Agence Locale de l’Energie [ALE] et perdez jusqu’à 3 000 Kilos ! Plus motivant à plusieurs, relevez le défi en équipe. Inscriptions ouvertes jusqu’au 31 octobre 2012 sur le site « Familles à énergie positive ».

Initiée en 2009, le défi « Familles à énergie positive » a lieu sur 36 territoires et vise à diminuer les consommations d’énergie des ménages en les aidant à adopter des gestes simples au quotidien.

Co2 et modes de vie, plus qu’une pierre à l’édifice
La question des modes de vie pèsent beaucoup sur les émissions de CO2 d’un territoire. Ainsi, sur les -20% visés à horizon 2020 sur le territoire du Grand Lyon, la seule question des modes de vie pourrait permettre d’atteindre -4% (soit 300 000 tonnes de CO2/an). Cet objectif pourrait être atteint par une intervention dite « soft* » sur les déplacements, l’habitat et les lieux de travail… à condition de mobiliser tout le monde!
* c’est-à-dire sans investissements : gestion des températures, distances de déplacements, luminaires…

Familles à énergie positive, ces petits gestes qui rapportent gros
Pour sa 4e édition, le challenge « Familles à énergie positive », soutenu par le Grand Lyon et la région Rhône-Alpes, s’intéresse au volet habitat et vous propose d’appliquer le protocole de Kyoto à la maison.

Constituée en équipe, avec pour seule arme l’adaptation de vos comportements, votre mission si vous l’acceptez, est de réaliser 8% d’économie d’énergie en 6 mois* (du 16 novembre 2012 au 30 avril 2013). Les postes de consommation concernés sont le chauffage, l’eau chaude et l’électricité.
* sur la base de votre facture énergétique de l’année précédente.
 
Un défi qui ne doit pas vous effrayer puisque l’année dernière, fortes des conseils avisés du guide des 100 écogestes, chaque famille du département investie dans l’opération a économisé 15% d’énergie en moyenne, soit 3000 kWh et 245 € !

L’équipe gagnante : « Villeurbanne- Défidée », a remporté le premier prix avec 23 % d’économies d’énergie.
> Accéder au classement de l’édition 2012

Vous habitez votre logement – depuis au moins un an – sur une des communes du Grand Lyon et vous êtes en mesure de présenter vos factures (eau-gaz-électricité) de l’année écoulée, n’attendez plus ! Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 octobre 2012 sur le site « Familles à énergie positive ».

Conversations Carbone : le changement climatique, ça se discute !

Le climat entre nos mains !

Les Conversations carbone, une initiative du "climat entre nos mains".

 
Après les familles à énergie positive, portées par l’ALE, le Grand Lyon expérimente une autre façon de faire évoluer les modes de vie sous forme de groupes de discussion : les Conversations Carbone.
Huit agents de la Communauté Urbaine se sont portés volontaires pour tester la méthode anglosaxonne cet été.
 
Conversations Carbone, mobilisation estivale
A l’initiative du climat entre nos mains, le Grand Lyon teste un nouveau dispositif à la faveur des réductions de gaz à effets de serre : les Conversations Carbone.
« Cette méthode anglosaxonne a déjà fait ses preuves outre-manche, il s’agit désormais de l’expérimenter sur le territoire grandyonnais auprès de 2 équipes de 8 personnes » explique Pierre Crépeaux, chargé de mission Plan Climat à la DGDU.
 
« Dans la continuité de nos actions engagées sur la modification des modes de vie nécessaire à la diminution des émissions de CO2, il nous est apparu pertinent de former une équipe spéciale agents Grand Lyon » précise le chargé de mission.
 
Conversations Carbone, les origines du projet
Alors que nous connaissons tous des actions que nous pouvons faire pour contribuer à un monde plus durable, nous ressentons souvent un sentiment d’impuissance et d’injustice : pourquoi devrions-nous changer alors qu’une majorité continue à gaspiller et que chaque semaine il se construit une nouvelle centrale à charbon en Chine ?
A ce jour, les gouvernements ne semblent pas avoir les moyens politiques ou le leadership nécessaire pour résoudre le défi de la durabilité. De leur côté, les entreprises sont divisées entre celles qui ne s’y intéressent pas, celles qui veulent préserver le statu quo et celles qui poussent au changement.
Restent les individus, submergés par l’ampleur du problème…
 
Conversations Carbone, une solution sur-mesure pour une société plus durable
Les Conversations Carbone aident à surmonter ces obstacles, à choisir des actions judicieuses et à construire une société plus durable. Mieux ! Cette méthode soutient ceux qui font certains choix de prime abord difficiles si on est seul à les faire.
 
Les membre des deux équipes participeront à une série de discussions estivales sur les modes de vie sobres en carbone pour construire une société durable.
Ici, on discutera du changement climatique, de sa base scientifique, de ce qu’il pourrait signifier pour nos modes de vie et de ce que nous pouvons faire, individuellement et collectivement.

La mise à jour 2012 du référentiel habitat 2009 est en ligne!

Le Référentiel habitat durable a fait l’objet de modifications sur le volet « choix des matériaux » et sur les conditions d’instruction des dossiers pour les bailleurs sociaux. Il est maintenant disponible en téléchargement directement sur le blog plan climat: [Téléchargement non trouvé]

Les annexes sont disponibles ici: Annexes

 

Qu’est-ce que le référentiel habitat durable du Grand Lyon ?

 Dès 2003, le Grand Lyon s’est engagé dans une démarche de qualité environnementale des bâtiments, ciblée, à l’époque, sur le logement neuf. Il s’agissait de proposer un outil (référentiel) permettant de produire un habitat sain (matériaux), qui réduise fortement les besoins énergétiques et limite les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce travail, le Grand Lyon a fait appel à l’ALE. Cette démarche a été soutenue par l’ADEME. Depuis la parution de la première version, deux actualisations ont été produites : l’une en 2007 et une deuxième en 2009 permettant d’élever le niveau d’exigence et d’anticiper les évolutions règlementaires (règlementations thermiques 2005 puis 2010).

 Béatrice Couturier, chargée de mission urbanisme et développement durable au Grand Lyon et Christelle Julliand, chargée de mission bâtiments durables à l’ALE présentent ce référentiel.

 Pourquoi un référentiel habitat durable ?

Le principal objectif du référentiel est d’amener l’ensemble des acteurs de la construction intervenant sur l’agglomération à mettre en œuvre, dès la conception de chaque opération de logement, les mesures nécessaires pour répondre à deux enjeux : produire un habitat respectueux de l’environnement tout au long de son cycle de vie et promouvoir une conception environnementale des bâtiments sur un plan architectural, fonctionnel, technique et économique.

En initiant cet outil, le Grand Lyon entendait également avoir un impact sur la précarité énergétique puisqu’il apparaissait déjà clairement à cette époque que les pays européens risquaient d’être soumis à de fortes fluctuations des prix de l’énergie. Il s’agissait donc d’essayer de réduire notre dépendance énergétique en proposant des logements économes en énergie.

 Que trouve-t-on dans ce référentiel ?

Le référentiel est un guide d’accompagnement des pilotes d’opérations de construction de logements neufs, dans la mesure où il apporte un certain nombre d’informations sur les enjeux environnementaux liés aux bâtiments mais aussi sur le management environnemental d’une opération. Il est aussi un outil prescriptif qui impose des niveaux d’exigence à respecter. Les prescriptions concernent 5 volets liés à la construction : l’insertion du projet dans son environnement immédiat, les procédés et les produits de construction, la maîtrise des flux et des conforts, la gestion des nuisances, les pollutions et risques.

 A qui est-il destiné ? Sur quels aspects ?

Il est destiné aux maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvres et s’applique pour :

– les opérations d’aménagement initiées par le Grand Lyon sur son territoire,

– les terrains vendus par le Grand Lyon à de opérateurs publics ou privés,

– la production de logements sociaux réalisée sur le territoire du Grand Lyon.

A ce jour, plus de 9500 logements (réalisés ou en conception) appliquent  les prescriptions du référentiel habitat.

Pour toute information sur ce référentiel, contacter:

l’Agence Locale de l’Energie

– ou Béatrice Couturier, Grand Lyon, Direction des Politiques d’Agglomération

 

Communes, Climat et Energie: la dynamique BEAM* 21

 

 

Chassieu, Corbas, Lyon, Saint-Fons, Saint-Priest, Rillieux-la-Pape et Vénissieux sont engagées dans le programme de formation BEAM 21. De quoi s’agit-t-il ? D’un programme européen porté et animé en France par l’Agence Locale de l’Energie de l’agglomération lyonnaise, missionnée par le Grand Lyon**. La finalité est d’approfondir les connaissances d’élus et techniciens sur le climat et l’énergie. Mais aussi de développer le partage d’expérience.    

 

BEAM 21 est lancé en 2009. L’ambition de ce nouveau programme européen est de permettre la diffusion de savoirs et compétences en termes de climat et d’énergie au sein des conseils municipaux et d’équilibrer le niveau d’information partagé par les élus et les techniciens. Une opportunité intéressante puisque communes et communautés de communes de plus de 50 000 habitants doivent avoir adopté un plan climat-énergie territorial pour le 31 décembre 2012.

Le Grand Lyon, signataire de la Convention des maires et engagé dans une démarche de Plan Climat, se mobilise alors avec l’ALE pour solliciter les communes de l’agglomération. Elles sont sept au final et incarnent, avec le Grand Lyon et l’ALE, la déclinaison française du programme également développé en Autriche, Bulgarie, République Tchèque, Allemagne, Lettonie, Lituanie, Pologne et Roumanie. 

Le programme de formation est définitivement validé à l’automne 2010, affiné par les besoins et attentes exprimés des communes. Chacune d’entre elles a, grâce à BEAM 21, la possibilité de former trois techniciens ainsi que trois élus et de consolider sa démarche Plan Climat. Cette formation de 50 heures, est pour moitié assurée en ateliers et pour moitié par e-learning.  Elle a commencé début 2011 pour un premier groupe tandis qu’un deuxième groupe sera mobilisé à partir de fin 2011. Les thématiques abordées  vont du changement climatique aux énergies locales en passant par les déplacements municipaux, 10 au total. La particularité de cette formation est de faire intervenir des acteurs-experts locaux (ALE, INSA, Sigerly, association AMORCE…) et de favoriser ainsi le transfert de compétences et le partage des savoirs. Une bonne manière de développer les synergies.

[Mise à jour 16/01/2012: les communes de BRON, CALUIRE, DARDILLY, DECINES et MEYZIEU rejoignent le programme BEAM 21 pour la nouvelle session 2012!]

Contacts :

ALE : 04 37 48 22 42

Fabien Moudileno

Sylvain Godinot

 

* Blended capacity-building on sustainable energy measures and action plans for European municipalities.

** Missionnée par le Grand Lyon, l’ALE accompagne également 26 communes de l’agglomération dans la mise en œuvre de leur Plan Climat.

Le cadastre solaire du quartier Sainte Blandine

POLIS est un programme de coopération européen qui a pour mission d’introduire une prise en compte des apports énergétiques solaires dans la planification urbaine en Europe. Une telle approche permet d’optimiser le développement de l’énergie solaire en milieu urbain et par conséquent de contribuer à un développement plus durable pour les quartiers en construction ou en rénovation. Grâce à cette démarche, l’exploitation de l’énergie solaire devient une composante à part entière et indissociable de la planification urbaine.

L’objectif du travail, qui s’étend sur trois ans est, dans un premier temps, de répertorier et évaluer des exemples de projets « d’urbanisme solaire » en Europe. L’architecture des bâtiments, la disposition des uns par rapport aux autres, ainsi que leurs usages ont un impact direct sur l’exploitation et l’optimisation des apports et de la production solaire. Un réseau d’acteurs, impliqués ou intéressés par mettre en place une telle démarche, sera constitué et permettra d‘échanger sur la thématique au niveau national et européen.

Afin d’aboutir à des projets viables dans le temps, plusieurs paramètres doivent être pris en compte par les différents acteurs de la planification urbaine. De plus, la législation locale et/ou nationale doit en assurer la faisabilité. Plusieurs outils existent ; ils ont été mis en place grâce à des politiques locales favorables au développement du solaire ou suite au développement de programmes solaires urbains.

Par ailleurs, la réhabilitation de quartiers et de bâtiments existants ne doit pas être négligée étant donné que ces derniers représentent le gisement urbain le plus important. Cependant, ce type de projets nécessitent des compétences spécifiques parfois très

Familles à Energie Positive !

La nouvelle édition du concours régional débutera le 1er novembre pour se clore le 30 avril 2012. D’ici là, c’est parti pour les inscriptions auprès des espaces infos énergie et dans les communes.

Le précédent concours avait permis à 60 familles du Grand Lyon, 700 sur l’ensemble de la région, de faire baisser en moyenne leur facture énergétique de 16%. « Ce n’est pas la même chose d’être sensibilité à la sobriété énergétique et d’être économe dans son logement, il faut passer un cap » explique Chloé Spitz, chargée de missions Energies et Climat à l’ALE. Ce cap est justement celui que permet de franchir de façon conviviale et dynamique le concours Familles à Energie Positive.

Financé par les communes participantes, le Grand Lyon et la Région Rhône-Alpes, le concours est animé par l’Agence Locale de l’Energie de l’Agglomération lyonnaise. Le principe est le suivant : des familles s’inscrivent auprès de leur commune ayant fait le choix de s’engager dans la promotion du concours avant d’être regroupées en équipes (10 familles environ par équipe). Une famille capitaine est ensuite désignée dans chaque équipe et formée par l’ALE. Cette formation consiste, outre les conseils donnés aux familles pour limiter leur consommation énergétique, à un accompagnement pour lire de manière adéquate les factures d’électricité, de gaz mais aussi des compteurs. Chaque famille doit dès le lancement du concours enregistrer chaque semaine sa consommation énergétique sur un logiciel dédié et accessible via un site internet. Un calcul est même prévu pour la consommation des bûches de bois.

L’équipe la plus « économe » par rapport à ses factures de l’année précédente sur la même période remporte le concours. Dans un esprit de convivialité et de partage, toutes les familles composant une équipe se retrouvent au minimum une fois par mois et des événements sont organisés pour réunir tous les participants. Résultats de la précédente édition : – 16% en moyenne de consommation énergétique pour les familles du Grand Lyon, soit 1 500 kWh et 150€ économisés, – 17% en moyenne pour l’ensemble des familles du Rhône avec une économie de 3 000 kWh et de 300€ environ. Sur le seul département du Rhône, 400 000 kWh auront été économisé, soit l’équivalent de 70 tonnes de CO2 évités ! A noter que certaines familles ont fait baisser leur facture d’un tiers et que les sommes indiquées ne prennent pas en compte la hausse du coût de l’énergie.

Pour en savoir plus http://www.ale-lyon.org/former-eduquer/le-concours-familles-a-energie/

<

Le diagnostic climat du Grand Lyon

Tout ce qu’il faut savoir pour agir maintenant!

Ce diagnostic, réalisé en lien avec l’Agence Locale de l’Energie, est basé en grande partie sur les modélisations des émissions de Gaz à Effet de Serre et consommations d’énergies du territoire, réalisées par Atmo Rhonelapes (COPARLY).

– version détaillée

– version courte

– rapport COPARLY