Pédibus Grand Lyon, 1 km à pied, ça n’use que les souliers !

 >> Mesure visée par le 2.4 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.16]

Pédibus Grand Lyon

En marche vers l'école !

Le Grand Lyon réaffirme son soutien au dispositif d’autobus pédestres avec le lancement du blog pédibus. Une mine d’informations précieuses pour tous ceux qui préfèrent user leurs souliers dans le cadre des déplacements maison-école.

« Le Pédibus du Grand Lyon est un véritable autobus de ramassage scolaire pédestre qui compte aujourd’hui 65 groupes scolaires, avec plus de 120 lignes opérationnelles créées dans 38 communes de l’agglomération » restitue Sophie R, maman d’élèves consciencieuse, investie de surcroît dans le dispositif pédibus de Givors.

A l’instar de l’engagement éco-citoyen de Sophie, le blog pédibus capitalise les bonnes pratiques et valorise les actions des lignes les plus actives du territoire. Actus, événements, outils de gestion et autres supports de communication, on y trouve toutes les informations pratico-pratiques de l’autobus aux mille pattes qui essaime sur le territoire.

Du cœur de la Presqu’île aux confins de Lissieu, les lignes Pédibus sillonnent le Grand Lyon et s’étirent généralement sur moins d’un kilomètre. Alors que le premier kilomètre effectué en voiture est celui qui pollue le plus, le Pédibus et ses petits-pieds trotteurs donnent le change et une sacrée bouffée d’air pur à l’environnement en prime ! S’il serait prématuré de déceler chez nos « galoches juvéniles » une forme de militantisme écologique exacérbée à la faveur des modes doux, reconnaissons tout de même la performance sportive :1 km à pied, ça use les souliers !

Pour aller plus loin
>>
Créer une ligne Pédibus ? S’inscrire à une ligne Pédibus ? Trouver des outils pour faire vivre votre ligne Pédibus ? Toute l’info et plus encore sur le blog pédibus du Grand Lyon.
>> « Marcher, de nombreux atouts » sur le site info-trafic du Grand Lyon
>> Consulter la page spéciale « Déplacements » sur grandlyon.com

Sans auto au boulot !

 

"Au travail, j'y vais autrement", affiche de l'édition 2 du challenge mobilité

Le 5 juin, osez la mobilité durable !

En région Rhône-Alpes, 75% des déplacements « maison-boulot » sont effectués en voiture. Demain, mardi 5 juin, inversons la tendance avec la 2e édition du Challenge Mobilité organisée par la Région Rhône-Alpes et l’Ademe. L’objectif ? Promouvoir l’ensemble des mobilités alternatives à l’auto individuelle pour initier des comportements vertueux en matière de mobilité durable.

Un enjeu important car chaque jour, en Rhône-Alpes, 2,3 millions d’actifs parcourent 50 millions de kilomètres pour aller au turbin (et en revenir). Et seuls 25 % de ces trajets sont effectués en covoiturage, bus, train, vélo ou marche à pied.

Tous les établissements publics, privés ou associatifs de la région, quelle que soit leur taille, sont invités le 5 juin à relever le défi « d’aller autrement au travail ».

Le Grand Lyon participe à l’événement et recense les agents ayant privilégié trottinettes, roulettes et autres gambettes le jour J. « Via les réponses des participants, la journée du challenge mobilité permet de dresser un échantillonnage des déplacements domicile/travail à l’instant « T » et d’en apprécier l’évolution chaque année » explique Danielle Giuliano, chargée de mission à la Direction de la Logistique et des Bâtiments, côté Grand Lyon.
L’année passée, 232 agents Grand Lyon avaient indiqué avoir délaissé leur « titine » au profit d’un mode de déplacement alternatif le jour du Challenge, pour couvrir 3 407 km – 493 km en covoiturage, 82km  à pied -2706 km en TC et126 km à vélo – soit une moyenne de14,7 km par agent.

Amandine Dupré, animatrice de l’association, Pignon sur Rue et interlocutrice référente pour cette édition du challenge est particulièrement attentive au nombre de cyclistes engagés dans le défi : « L’an dernier, sur le Grand Lyon, en nombre de kilomètres cumulés, la distance parcourue à vélo permettait d’aller jusqu’en Inde ! » Alors jusqu’où irons-nous cette année ?

La logistique urbaine a le vent en poupe !

Combi Fret

Combi Fret, un concept de livraison innovant

>> Mesure visée par le 2.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.22]

La logistique urbaine occupe le devant de la scène grandlyonnaise. Peu de temps après l’ouverture du premier espace de logistique urbain Cordeliers, c’est au tour de Citylog de porter ses fruits pré-estivaux.

Dans le cadre dudit projet de R&D soutenu par la Commission Européenne, le Grand Lyon et ses partenaires expérimentent deux concepts innovants pour la distribution des marchandises en secteur dense. Alors que l’expérimentation du concept Bentobox secteur Part-Dieu se termine avec des premiers résultats concluants, la phase de tests du Combi Fret – initiée au mois d’avril par le transporteur TNT – révèle d’ores et déjà de nombreux intérêts. Decryptage.

 
  • Le concept de « Combi Fret »

L’expérimentation consiste pour le transporteur, à savoir TNT, à répartir ses colis non plus dans un camion mais dans 3 modules mobiles, indépendants les uns des autres.Ces modules, des caisses d’une contenance de 10m3, sont chargés sur le dépôt lyonnais de TNT à Pierre Bénite sur un poids lourds Midlum de 16 tonnes de PTAC mis à disposition par Renault Trucks.

Ils sont ensuite acheminés jusqu’à un espace réservé situé sur la commune de Vaulx-en-Velin, à proximité immédiate de la zone de livraison. Chaque caisse est alors transférée sur un véhicule léger qui prend le relais pour la livraison du dernier kilomètre sur Vaulx-en-Velin et Villeurbanne.
En fin de journée, les véhicules légers effectuent leur tournée de ramassage puis transbordent à nouveau leur module mobile sur le poids lourd qui retourne sur le dépôt du transporteur.
 
 
  • Le concept de la Bentobox
Cette consigne à colis intelligente, installée pendant 6 semaines dans le centre commercial de la Part Dieu (Lyon 3), a été testée par le transporteur TNT et un de ses clients, la marque de prêt-à-porter Kookaï. Le concept permet au transporteur de livrer en dehors des heures d’ouverture des magasins (la nuit ou très tôt le matin) en mettant les colis à disposition dans une consigne intelligente.
Son utilisation est simple : d’un côté, des « trolleys » ou compartiments mobiles, chargés directement dans le dépôt du transporteur, et d’un autre, la consigne à colis installée dans un centre commercial. Chaque trolley est chargé en fonction de son destinataire puis transporté par un véhicule alternatif. Une fois arrivé au centre commercial, le chauffeur va insérer l’ensemble des trolleys dans la consigne. Par un système d’information élaboré, les destinataires sont prévenus par SMS ou e-mail de la disponibilité de leurs marchandises. Une réelle valeur ajoutée pour le destinataire qui peut ainsi venir récupérer ses colis à sa convenance et maîtriser sa logistique.
 
 
  • Les résultats attendus
Les partenaires du projet attendent beaucoup de ces solutions innovantes qui doivent permettre de réduire le nombre de véhicules sur les routes.  » En participant à une meilleure fluidité de la circulation en centre-ville, ces concepts doivent également réduire significativement les impacts environnementaux, les nuisances sonores et le risque routier » explique Marie-Claude Nicolas Bauer, qui coordonne le projet côté Grand Lyon. En bref, une gestion sécurisée, flexible, fiable et propre du transport routier de marchandises en secteur dense. Résultats à suivre…
 
 

A7, les automobilistes lèvent le pied

panneau de signalisation vitesse limitée à 70 km/h

La traversée de Lyon limitée à 70 km/h

>> Mesure visée par le 2.4 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.16]

Les furieux bolides du bitume n’ont qu’à bien se tenir ! Depuis ce vendredi 11 mai, les portions d’autoroute traversant le centre-ville de Lyon sont limitées à 70km/h. La décélération en question vise à réduire la pollution et le bruit aux abords des zones urbanisées de l’autoroute du Soleil.

En tout et pour tout, seuls trois kilomètres de l’A7 sont concernés par une vitesse maximale de 70 km/h : depuis la courbe de la Mulatière jusqu’à la sortie du tunnel Fourvière.
« Cette nouvelle mesure vise l’amélioration du plan de protection de l’atmosphère (PPA) du Grand Lyon qui doit être adopté prochainement » a déclaré le Préfet du Rhône Jean-François Carenco, à l’origine du décret.

De fait, 40% de la pollution de l’air dans l’agglomération lyonnaise sont directement imputables au trafic routier. Ralentir c’est consommer moins de carburant. Lever le pied (sans aller jusqu’à la tendinite), c’est déjà limiter ses rejets de microparticules nocives.

Paul F. emprunte quotidiennement l’A7 pour rejoindre son domicile à Oullins : « si la volonté politique est véritablement de réduire les émissions carbone sur l’agglomération, la limitation de vitesse pérenne et contrainte – matérialisée par autant de panneaux signalétiques [NDLR et de « prunes » au goût amer ?] – est certainement plus adaptée que l’affichage lumineux épisodique lors des pics de pollution.» Et d’ajouter, pragmatique : « même si je vais perdre un temps précieux… »

Si l’A7 ouvre la voie, cette première disposition – entrée en vigueur le 11 mai 2012 – s’inscrit dans un schéma plus global visant l’homogénéisation progressive des limitations de vitesse aux abords de Lyon. De cette façon, la vitesse maximale autorisée sur les voies rapides de l’agglomération lyonnaise sera réduite de 20 km/h, d’ici fin juin. [NDLR Dans le même temps, les limitations de vitesse épisodiques* seront abandonnées.]

Perdre un peu de son temps pour en faire gagner à la planète, ça a du bon, non ?

* Le Grand Lyon compte 125 jours annuels d’alerte à la pollution

Une logistique urbaine sobre en carbone

Inauguration de l'ELU Cordeliers

Gérard Collomb inaugure le premier espace de logistique urbaine de Lyon (26 avril 2012).

>> Mesure visée par le 2.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.22]

Le Grand Lyon et ses partenaires créent le premier espace logistique urbain : l’ELU Cordeliers – ventricule palpitant des livraisons de marchandises au cœur de la Presqu’île – inauguré le 26 avril dernier.

Il ne s’agit ni d’un hurluberlu mystique autoproclamé, ni d’un politique influent. Cet ELU là compte 314m² de surface dédiés à la logistique avancée, au rez-de-chaussée du parking des Cordeliers (Lyon 2e). Mis à disposition par LPA, l’exploitation de l’espace de logistique urbaine est assurée par Transports Deret*. Objectif ? Optimiser la circulation des marchandises en ville, aussi bien sur le plan fonctionnel qu’environnemental. Explications.

« En général, les plateformes logistiques sont situées en périphéries quand les clients sont, pour la plupart, en centre-ville » explique Marie-Claude Nicolas Bauer, chargée de mission au Grand Lyon. Par ailleurs, les horaires de livraison, conditionnées par les heures d’ouverture/fermeture des magasins, contraignent tous les gros transporteurs à prendre la route vers l’hypercentre aux heures de pointe… Résultat ? Conditions d’accès, de circulation et de distribution difficiles, encombrement des rues, pollution de l’air et nuisances sonores additionnée d’une perte de temps indiscutable. Sans compter le ras le bol de nos concitoyens et des chauffeurs-livreurs de bonne composition, la mobilité urbaine en prend un coup…

Fonctionnement des livraisons sans ELU

Fonctionnement des livraisons sans ELU

Avec un accès illimité à l’ELU Cordeliers, les transporteurs privilégient les approches nocturnes – en dehors des heures de pointe – s’exonérant ainsi des contraintes de livraison traditionnelles. Les marchandises venant de la périphérie lyonnaise sont ainsi regroupées sur l’ELU Cordeliers avant d’être redistribuées vers les 31 destinataires finaux, via les véhicules propres, à l’instar des deux véhicules électriques récemment acquis par le transporteur Deret.
Outre le désengorgement des voies de circulation en période de pointe, cette nouvelle formule contribue à la diminution du nombre de véhicules polluants vers les centres denses. La seule exploitation des 2 camions électriques sur les derniers kilomètres devrait permettre une économie de 14 tonnes de CO2 par an !

Fonctionnement des livraisons avec ELU

Fonctionnement des livraisons avec ELU

« La logistique urbaine est un maillon indispensable au développement d’une ville qui relève le défi de la mobilité durable » rappelait Gérard Collomb à l’occasion de l’inauguration de l’ELU Cordeliers. De fait, l’initiative partenariale s’inscrit dans une longue série d’engagements à la faveur d’une logistique urbaine sobre en carbone. On pense notamment à l’expérimentation d’un centre de distribution des matériaux de construction, pour organiser au mieux l’approvisionnement des chantiers grandlyonnais en milieu urbain (projet à l’étude), ou à la possibilité d’intégrer d’autres espaces de logistique urbaine  dans l’agglomération.

* En 2010, Deret s’est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 20% pour son activité transport. Un véhicule électrique de Deret émet 29 g/km contre environ 400 g pour un véhicule thermique équivalent, soit environ 14 fois moins par kilomètre parcouru.

Pour aller plus loin
>> Consulter le dossier de presse « ELU Cordeliers »
>> Citylog, le programme de recherche européen pour une logistique urbaine durable et efficace

Transport de marchandises dans le Grand Lyon, moins encombrant, moins polluant

Au sein du pôle de compétitivité Lyon Urban Truck & Bus (LUTB)*, City Fret est un programme innovant de démonstration des solutions pour un transport de marchandises optimisé et plus sobre en énergie. Ce programme s’inscrit dans l’axe stratégique « Cleantech » de la politique du Grand Lyon en matière de développement économique. City Fret est aussi un jeu que vous pouvez découvrir ici (lien : http://lutb.fr/).

 

Il n’y a pas une façon unique de distribuer de la marchandise. Les besoins sont aussi multiples que les produits qui sont aujourd’hui transportés sur l’ensemble de l’agglomération. Le programme City Fret, développé au sein de LUTB, a pour finalité de concilier les savoir-faire et de favoriser la mise en œuvre de pilotes visant un transport de marchandises optimisé et moins polluant sur différents espaces urbains dont celui du Grand Lyon. « L’objectif est que les systèmes soient les plus intelligents possibles et que la distribution soit efficace. L’enjeu est que ce type de transport ne soit pas un obstacle à la fluidité de circulation en ville et qu’il s’inscrive dans un partage harmonieux de l’espace entre les différents utilisateurs des voies et des transports eux-mêmes » explique Denis Caux responsable du programme City Fret. Mutualisation des véhicules, remplissage optimal… sont autant de pistes d’ores et déjà étudiées.

Le Grand Lyon est largement impliqué dans les travaux menés dans le cadre de City Fret, à la fois comme partenaire et « espace » de démonstration, mais aussi comme porteur de projets.  Il intervient par exemple dans Géode, le programme d’utilisation de véhicules hybrides pour les bennes à ordures ménagères, un projet né en 2009 sous l’impulsion de Renault Trucks. La communauté urbaine est aussi partenaire du projet européen Freilot (2009-2012) qui valorise les transports non polluants, des marchandises notamment, expérimenté dans quatre grandes villes européennes.

Au niveau du portage de projets, le Grand Lyon est chef de file dans la mise en œuvre du projet Optimod’. Il s’agit de constituer un groupe d’acteurs clés du territoire pour permettre l’analyse et la gestion des données multiples (feux tricolores, fluidité du trafic, travaux) afin de mettre à disposition des usagers un « super GPS » capable de fournir les informations les plus détaillées possibles et le meilleur itinéraire en temps réel et prévisionnel à 15 mn, 30 mn. Au niveau logistique, le grand projet Part Dieu 2030 est un vaste champ d’étude. « Pour la première fois dans un programme urbain de cette envergure, un volet est entièrement consacré au transport de marchandises » souligne Denis Caux. Dans le cadre de ce projet sont notamment en cours de réflexion la mise en place d’une centrale de distribution urbaine, l’évolution du pôle multimodal et des structures commerciales avec la mise en place de voies réservées ou encore un centre de consolidation qui permettrait de stocker les matériaux des différentes entreprises dans un même lieu et de limiter ainsi les transports.

Pour plus d’infos : http://lutb.fr/

 

* LUTB accompagne les projets de ses membres et crée notamment des synergies en permettant l’association de grands groupes, de petites unités et de centres de recherche. Tous les projets en lien avec l’évolution du transport de marchandises peuvent être présentés au pôle.

L’offre AUTOLIB de Lyon Parc Auto s’étoffe!

.

des véhicules désormais disponibles sur la voirie

14 nouvelles stations en voirie sont mises en service, l’offre Autolib compte désormais 36 stations et 100 véhicules.
Stations Autolib (562 téléchargements )

Sortez, covoiturez !

 

A l’initiative de l’Opéra de Lyon et avec le soutien du Grand Lyon, la plateforme www.covoiturage-pour-sortir.fr est née cet été. Une nouveauté qui vient enrichir l’offre d’ores et déjà proposée par www.covoiturage-grandlyon.com.

Pour se rendre aux spectacles et expositions proposés par les salles de l’agglomération, il est désormais possible de covoiturer. Il suffit pour cela de se rendre sur la plateforme www.covoiturage-pour-sortir.fr, d’effectuer la sélection par salle ou par spectacle et de s’inscrire via son email. Une douzaine de salles de l’agglomération sont déjà inscrites dans le dispositif. Les covoitureurs sont présentés sur une carte interactive et une alerte SMS permet d’être averti lorsqu’une personne fait le même trajet. Ce nouveau service complète l’offre proposée par le Grand Lyon sur le covoiturage domicile-travail qui représentait en mai 2011 : 3 981 trajets et 4 288 inscrits sur la base.

Pour en savoir plus : www.espacedestemps.grandlyon.com

  

 www.covoiturage-grandlyon.com, quelques chiffres clés

Une moyenne de 97 visites par jour  et 193 visites par jour suite à l’envoi de la newsletter.

20,6% : nombre d’inscrits qui covoiturent une fois par semaine (40% de ceux-ci covoiturent tous les jours)

76 % : taux d’occupation moyen des voitures

1 098 teq CO2 : économie réalisée grâce au site

100 à 300 inscriptions mensuelles sur le site : objectif visé à l’horizon 2015

    

Move in pure à Confluence

Le Grand Lyon doit équiper d’ici fin 2011 le quartier Confluence de véhicules électriques en auto-partage. Spécificité de cette flotte, elle sera alimentée en électricité 100% renouvelable et délivrée dans un souci d’équilibre du  réseau grâce au système Move in Pure développé par la Compagnie Nationale du Rhône.

 L’énergie produite par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) et vendue à EDF est 100% renouvelable : hydraulique, solaire et éolienne.  Cette spécificité fait de cette production énergétique une production fluctuant au gré des conditions météorologiques et, de fait, pas toujours conforme aux prédictions réalisées la veille. Pour éviter le gaspillage et développer l’usage de l’énergie renouvelable, la  CNR a mis au point Move in Pure. « Il s’agit d’un système de gestion intelligent de l’énergie qui consiste à recharger les véhicules au bon moment pour ne pas saturer le réseau électrique et utiliser dès que possible le surplus de production. Notre objectif est de fournir un service clés en main : les bornes de recharge, l’énergie renouvelable et le système de gestion de recharge intelligent » explique Frédéric Storck responsable de la gestion de l’énergie à la CNR.

Le système fonctionne grâce à un smartphone ou un ordinateur connecté à internet. Il suffit d’indiquer à quel moment peut s’effectuer la recharge, immédiate ou différée, ce qui permet d’attendre des conditions plus favorables pour déclencher la recharge à la borne.

Image de prévisualisation YouTube

Auto-partage, de nouveaux services

 Autolib’ est un dispositif permettant, grâce à un abonnement, de louer des véhicules sur de très courtes durées. Le service évolue et il est désormais possible d’avoir accès à une location pour ses vacances et pour un déménagement. Le point sur un service qui permet déjà de remplacer près de 450 véhicules personnels.

 Avec 23 stations situées sur Lyon et Villeurbanne, le service Autolib’ est en plein essor. Le dispositif a déjà séduit 1 500 conducteurs et une quarantaine de personnes s’abonnent chaque mois pour pouvoir utiliser, pour une ou quelques heures, un des 72 véhicules mis à disposition dans les stations Lyon Parc Auto.

Nouveauté depuis cet été 2011, Autolib’ permet désormais à ses abonnés de louer un véhicule sur une plus longue durée (vacances) ou plus spécifique (déménagement) avec des tarifs préférentiels. Une évolution permise grâce à un accord avec un loueur de véhicules et disponible dans 3 stations.

A noter que pour s’adapter aux différentes contraintes des conducteurs, Autolib’ met à disposition (sans supplément) des sièges bébé, des réhausseurs ou encore des chaînes en saison d’hiver.

Plus d’informations :

www.autolib.fr

[edit au 02/11/2011]: ce sont désormais 36 stations et 100 véhicules sur lesquels les abonnés à autolib peuvent compter pour leurs déplacements!

Les nouveau plan des stations: Stations Autolib (562 téléchargements )