Appel des 30 !

La Mission Vallée de la Chimie de la Métropole, associée à une trentaine de partenaires publics et privés, lance aujourd’hui l’édition 2016 de son appel à projet : l’Appel des 30 ! 

Ce dispositif, unique en son genre, vise à transformer en profondeur l’entrée Sud de la Métropole de Lyon grâce à l’accueil de nouvelles activités dans une logique d’économie circulaire.

Cette année, l’Appel des 30! met en visibilité une surface de près de 100 000 m² destinée à accueillir des installations photovoltaïques afin de conforter la Vallée de la Chimie comme « l’usine énergétique métropolitaine » de l’agglomération lyonnaise.

La production d'énergie est l'un des 6 axes stratégiques de l'Appel des 30 !

La production d’énergie est l’un des 6 axes stratégiques de l’Appel des 30 !

Prochaines étapes

  • 15 et 29 septembre : visite des opportunités immobilières sur site
  • 30 octobre : date limite de réception des candidatures
  • 28 février 2017 : date limite de réception des projets

Plus d’infos

Retrouvez le cahier des charges sur le site de l’Appel des 30 !

Contact : projet[a]appeldes30.fr ; 04 69 64 59 20

Production d'énergie aujourd'hui dans la Vallée de la Chimie

Production d’énergie aujourd’hui dans la Vallée de la Chimie

 

La boulangerie Saint-Vincent met la main à la pâte pour réaliser des économies d’énergie

>> Action 4.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.44]

La mise en œuvre du programme Lyon Eco Énergie continue ! Porté par le Grand Lyon, l’Ademe, la Région Rhône-Alpes, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ce dispositif vise à améliorer les performances énergétiques des PME du territoire au profit d’une meilleure compétitivité.

La Boulangerie Saint-Vincent

Idéalement située sur les quais, face à la passerelle Saint-Vincent et au dos de la fresque des lyonnais, la boulangerie Saint-Vincent s’est lancée parmi les premiers dans le dispositif Lyon Eco Énergie.

Denis Roisil, ancien cuisinier et pâtissier, a repris la boulangerie Saint-Vincent en novembre 2011. Passionné par son métier, il a développé cette boulangerie bio où tout est fait maison. « On peut faire énormément de choses différentes avec très peu de matières premières ! ». Nous nous installons dans l’arrière-boutique où une grande fenêtre permet aux passants d’apercevoir la fabrication de ses produits.

Lyon Eco Énergie vous aide à anticiper la hausse des prix

En lisant un article sur les économies d’énergie dans le mensuel de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, Denis Roisil a pris connaissance du dispositif Lyon Eco Énergie. Avec la suppression des tarifs jaune et vert de l’électricité fin 2015, il prévoit une « explosion » des prix de l’électricité dans les années à venir. Pour évaluer les économies à réaliser en prévision de cette hausse, il a décidé de réaliser un diagnostic des consommations énergétiques de la boulangerie. Lyon Eco Énergie est donc arrivé au bon moment pour lui proposer un bilan indépendant, chiffré et gratuit de ses consommations d’énergie.

Des bouleversements climatiques aux bouleversements économiques

L’énergie occupe une place bien plus importante dans son métier que ce que l’on pourrait soupçonner. Aujourd’hui, la boulangerie dispose d’un four électrique et de chambres de fermentation pour la pâte, qui font de l’électricité un poste de dépenses prédominant, devant les matières premières. Le boulanger doit donc être très précis dans ses consommations d’énergie et essayer de les réduire au maximum, sinon le surcoût sera répercuté directement sur le prix de vente. Une mauvaise gestion des consommations d’énergie impacte directement la trésorerie : les bouleversements climatiques entraînent des bouleversements économiques. Il faut donc adapter ses méthodes de travail en conséquence.Denis Roisil dans sa boulangerie

Du pain sur la planche

La visite du conseiller Lyon Eco Énergie Julien Gornet, de la Chambre de Métiers et d’Artisanat, a permis de mettre en évidence les postes où la boulangerie pourra réaliser de véritables économies d’énergie.

Premier consommateur d’électricité : le four. Denis Roisil a acheté ce four électrique en 2012 suite à une panne de l’ancien : l’achat s’est fait en urgence et le boulanger n’a eu le temps ni de réaliser des devis ni de choisir le four le mieux adapté à sa manière de travailler. En optant aujourd’hui pour un four à granulés de bois, il pourrait économiser 1 000€ par mois, un gain considérable. Ce projet est actuellement à l’étude.

Denis Roisil réfléchit aussi à améliorer l’entretien de ses groupes frigorifiques, véritables « boîtes à farine ». Placer ces groupes dans une pièce bien ventilée permet en général d’augmenter leur durée de vie de 4 à 5 ans.

Enfin, seront installés rapidement des détecteurs de mouvement pour le contrôle des lumières, mesure simple et efficace.

Le boulanger ne souhaite pour l’instant pas modifier son contrat électrique. Il refera cependant faire un diagnostic à la fin de l’année après la suppression des tarifs jaune et vert pour s’adapter aux nouveaux prix de l’électricité, aux nouvelles offres et peut-être au changement de son four.

Tout le monde s’engage

Les huit employés de la boulangerie s’investissent déjà pleinement dans la production de pain bio. Sensibilisés aux questions environnementales, ils sont réceptifs à la démarche Lyon Eco Énergie et toute la boulangerie se mobilise pour réaliser des économies d’énergie.

A vous de jouer !

Denis Roisil conseille ce dispositif « à tout le monde ! A tous ceux qui sont en recherche d’éléments pointus sur leurs dépenses ».

Souhaitons que les entreprises seront nombreuses à suivre ce conseil !

 

Pour en savoir plus :

A ce jour, 40 entreprises ont déjà rejoint Lyon Eco Énergie.

Contact des conseillers :

– pour la CMA : Julien GORNET j.gornet [a] cma-lyon.fr

– pour la CCI : Thibaut COSTANTINO costantino [a] lyon.cci.fr

Article en lien : Lyon Eco Énergie

Pour mieux connaître la boulangerie : http://boulangerie-saint-vincent.fr/

TSV s’engage pour réaliser des économies d’énergie !

>> Action 4.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.44] 

La mise en œuvre du programme Lyon Eco Énergie continue ! Porté par le Grand Lyon, l’Ademe, la Région Rhône-Alpes, la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Lyon et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ce dispositif vise à améliorer les performances énergétiques des PME du territoire au profit d’une meilleure compétitivité.

TSV

TSV, entreprise de réparation et de maintenance des transformateurs électriques, fait partie des pionnières du dispositif Lyon Eco Energie. Rencontre avec Christophe Berne, directeur Qualité Santé Sécurité Environnement.

Réduire son empreinte écologique

La réduction de l’empreinte écologique est inscrite depuis longtemps dans les objectifs de l’entreprise. Lorsque la CCI a proposé à TSV de s’engager dans Lyon Eco Energie, l’entreprise n’a pas hésité. Même si elle était consciente d’être parmi les premières à suivre ce dispositif.

Pour Christophe Berne, cette proposition est arrivée au bon moment et a permis de donner de vraies pistes pour savoir par où commencer pour réduire l’empreinte écologique de l’entreprise. Le dispositif, gratuit, permet en effet de structurer cette réflexion et d’avoir un diagnostic tangible sur lequel s’appuyer.

 La visite énergie

Ayant déjà conscience de la plupart des sources de pertes d’énergie, Christophe Berne n’a pas été vraiment surpris par les résultats de la  visite. Mais le rendu de cette étude, à savoir un diagnostic global chiffré, a permis de prioriser les actions au regard de l’aspect financier et de faire connaître certains outils pouvant appuyer cette démarche de réduction des dépenses énergétiques, tels que les Certificats d’Économie d’Énergie. L’intervention du conseiller énergie affilié à la CCI, Thibault Costantino, a conforté les réflexions menées en interne insistant sur la nécessité de faire des économies d’énergie par quelqu’un d’extérieur ayant une légitimité technique.

Cap sur les travaux !

Priorité aux réseaux d’air comprimé, très gourmands en énergie. La première étape, cartographier ces réseaux, est déjà lancée. Viendra ensuite la recherche de fuites et une réflexion sur une meilleure distribution de l’air comprimé.

Priorité aussi au chauffage. Pour l’instant, les bureaux sont chauffés en majorité par des « grille-pains », ces petits radiateurs électriques énergivores peu performants. Objectif : réduire l’utilisation de ces radiateurs et se servir davantage des climatiseurs réversibles déjà en place.

D’autres projets, tel que le remplacement de l’éclairage existant par des LED, seront entrepris de façon progressive.

Enfin, TSV n’envisage pas de passer par des campagnes d’information officielles pour sensibiliser son personnel à la réduction des dépenses d’énergie mais compte plutôt sur des discussions informelles. « C’est l’avantage d’être une PME indépendante ! », souligne Christophe Berne. Si le changement de comportements prendra du temps, les salariés sont cependant réceptifs à la démarche d’économies d’énergie, surtout aux actions simples.

Pour TSV, priorité aux travaux. Espérons que les TPE / PME du territoire seront nombreuses à suivre ce chemin !

 

Pour en savoir plus

A ce jour, 40 entreprises ont déjà rejoint Lyon Eco Énergie. 

Contact des conseillers :

– pour la CCI : Thibaut COSTANTINO costantino [a] lyon.cci.fr
– pour la CMA : Julien GORNET j.gornet [a] cma-lyon.fr

 

Article en lien : Lyon Eco Energie

 

Maviflex, en avant pour Lyon Eco Energie !

>> Action 4.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.44]

La mise en œuvre du programme Lyon Eco Énergie a commencé ! Porté par le Grand Lyon, l’Ademe, la Région Rhône-Alpes, la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Lyon et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ce dispositif vise à améliorer les performances énergétiques des PME du territoire au profit d’une meilleure compétitivité.

Maviflex

La société Maviflex, installée à Décines, est une des premières entreprises qui bénéficie de l’accompagnement « Lyon Eco Energie »

Maviflex, fabricant de portes souples industrielles, a rejoint le dispositif Lyon Eco Énergie en octobre 2014. Rencontre énerg(ét)ique avec Laurent Melia, coordinateur sécurité, qualité et environnement, et porteur du projet en interne.

 

Top départ

 Maviflex a connu le dispositif par l’intermédiaire de la CCI. Ayant fait la démarche de certification ISO 14001, l’entreprise a vu dans ces 4 jours de conseil approfondi un moyen d’aller plus loin dans sa démarche d’économies d’énergie.

Envisager des aménagements pour réduire les dépenses énergétiques est une chose, mais passer à l’acte est plus difficile. Lyon Eco Énergie a joué le rôle de déclencheur en proposant au bon moment un accompagnement et un diagnostic gratuits.

 Première étape : la visite énergie

Première étape : une visite énergie effectuée par le conseiller affilié à la CCI, Thibault Costantino. Cette visite a permis de produire un diagnostic global de l’état énergétique de l’entreprise et de pointer du doigt les points à améliorer. Si les résultats n’ont pas vraiment surpris Laurent Melia, qui avait conscience depuis longtemps de certains problèmes, ils ont néanmoins servi à quantifier les pertes d’énergies et à proposer des outils concrets pour y remédier.

 En piste !

Étape suivante : prendre des mesures pour réaliser les économies d’énergie espérées.

Maviflex étudie plusieurs pistes pour réduire ses dépenses énergétiques :

            – Une temporisation de l’utilisation de la VMC des sanitaires pour éviter les pertes de chauffage la nuit et pendant les week-ends ;

            – Le remplacement des éclairages par des LED et l’installation de détecteurs de mouvements dans les sanitaires et couloirs…

Un investissement plus lourd mais aussi plus ambitieux : renforcer l’étanchéité de la toiture. Le diagnostic a permis de quantifier un retour sur investissement assez intéressant (travaux amortis en seulement 8 ans !).

Des opérations de sensibilisation à destination des salariés pourront être mises en place, avec notamment des campagnes d’incitation à l’extinction des lumières ou encore des ordinateurs en fin de journée.

Enfin, l’accompagnement a fourni une aide non négligeable sur l’étude des contrats de fourniture d’électricité. Maviflex suit de près ses consommations quotidiennes d’électricité et va peut-être envisager une baisse des puissances souscrites ou une refonte de son contrat d’électricité.

Les projets sont à l’étude et seront réalisés petit à petit. Pour effectuer ces changements, l’entreprise compte sur ses fonds propres mais aussi sur les aides de la Région et de l’Union Européenne.

 On partage ?

Début d’essaimage : à travers son réseau, Laurent Melia conseille ce dispositif à d’autres PME. De plus, cette démarche exemplaire sera aussi mise en avant dans l’argumentaire de vente de l’entreprise. Maviflex produisant des portes rapides pour l’isolation thermique des bâtiments (facture de chauffage divisée par 4 en moyenne), il est logique que l’entreprise soit sensible à ses propres économies d’énergie !

 

Pour en savoir plus

 A ce jour, 40 entreprises ont déjà rejoint Lyon Eco Énergie. 

Contact des conseillers :

– pour la CCI : Thibaut COSTANTINO costantino [a] lyon.cci.fr
– pour la CMA : Julien GORNET j.gornet [a] cma-lyon.fr

 

Article en lien : Lyon Eco Energie

 

 

Geco-Drive ou le challenge d’éco-conduite accessible à tous

​Après le Challenge mobilité, l’Institut Français du Pétrole Energies Nouvelles (IFPEN) et le Grand Lyon lancent un challenge d’éco-conduite interentreprises, qui se déroulera du 3 au 19 novembre 2014.

>> Mesure visée par le 2.4 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.16]

challenge d'éco-conduite GécoL’éco-conduite est une conduite automobile économe en carburant, écologique et économique adaptée aux moteurs actuels. Cette conduite a un impact significatif sur la consommation (entre 10 et 15 % d’économie) et l’environnement, ainsi que sur la sécurité.

L’objectif du challenge est simple : récompenser les entreprises qui auront le plus participé et celles dont les salariés auront réalisés les meilleurs scores sur l’application smartphone « Geco – Drive », une application gratuite développée par l’IFPEN et disponible sur l’app store, Googleplay ou via le site www.geco-drive.fr.

Pour participer, rien de plus simple !

  • Téléchargez l’appilcation Geco – Drive sur www.geco-drive.fr
  • Rendez-vous sur le site www.geco-drive.fr pour s’identifier et s’enregistrer
  • Lancez l’application Geco – Drive à chaque utilisation de votre véhicule

 

Lyon EcoEnergie, soutenir la compétitivité des petites entreprises

>> Mesure visée par l’action 4.7 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.44]

Adossé au Plan Climat Énergie Territorial, le programme Lyon Eco Énergie est une nouvelle offre de service à destination des TPE/PME du territoire.  L’enjeu ? Améliorer leurs performances énergétiques au profit d’une meilleure compétitivité.

logo Lyon écoénergie

Le Grand Lyon s’est développé autour d’un lourd héritage industriel et compte aujourd’hui de nombreuses entreprises gourmandes en process et émettrices en carbone. Premiers secteurs concernés : la métallurgie, la chimie, l’agroalimentaire et la plasturgie.

Lyon EcoEnergie, un dispositif multi partenarial

Le Grand Lyon, l’Ademe, la Région Rhône-Alpes, la CCI et la CMA ont donc réfléchi à une action de soutien aux entreprises de ces secteurs prioritaires pour les accompagner dans la diminution de leur facture énergétique. Résultat : 1800 TPE / PME sont ciblées par le programme Lyon EcoEnergie – soit un potentiel de 134 KT Co2 !
A la croisée des préoccupations économiques et énergétiques, le programme apporte une solution concrète, en phase avec les besoins des industriels et la gouvernance économique du territoire. Sa mise en œuvre est assurée par le Grand Lyon, la CCI et la CMA qui font le pari d’une approche incitative.

Alors que le Grand Lyon mobilise des ressources en interne, la CCI de Lyon et la CMA ont respectivement créé un poste de conseiller énergétique pour assurer l’accompagnement sur le terrain des entrepreneurs. Concrètement, Julien Gornet pour la CMA et Thibault Costantino pour la CCI – tous deux issus d’un bureau d’étude spécialisé dans la thermique du bâtiment –  se rapprochent des entreprises ciblées au cours d’une visite énergie. « Il s’agit d’un premier rendez-vous, gratuit et sans engagements » précise Julien Gornet.

Lyon EcoEnergie, un accompagnement personnalisé

Une fois passé la prise de conscience essentielle, les deux spécialistes accompagnent les dirigeants dans la définition d’actions d’économies d’énergie. « Dans une approche systémique de réduction des coûts énergétiques, nous interrogeons tout à la fois les process, le bâti et l’organisation » explique Thibault Costantino. Toutes les installations des sites industriels sont passées en revue : machines, éclairage, chauffage, ventilation, isolation etc. A l’issue de l’entrevue, une analyse globale leur est restituée sous forme d’un pré-diagnostic des gains réalisables. Les actions sont priorisées selon un rapport efficacité/coût, « cela va de la recommandation d’un contrat électricité mieux adapté à l’installation d’un système d’air comprimé « . Les industriels disposent alors de toute l’information nécessaire à la prise de décision.

Dans une seconde phase, les conseillers peuvent accompagner les entreprises dans la rédaction de cahiers des charges techniques ou les aider au montage des dossiers de financement (Ademe, CEE). En parallèle, les conseillers assurent la formation d’un référent énergie pour chaque entreprise visitée.

Lyon EcoEnergie, des actions valorisables sur le marché des CEE

« Nous mettons en avant la maîtrise des coûts de production, gage de compétitivité pour les entreprises » précisent les conseillers. Cerise sur le gâteau : les économies réalisées sont valorisables en certificats d’économies d’énergie ! « Les TPE/PME n’ont pas directement accès au marché des Certificats d’économie d’énergie, précise-t-on côté Grand Lyon. Rassemblées par notre intermédiaire, les actions engagées par les TPE/PME peuvent être valorisées en monnaie sonnante et trébuchante. »

Officiellement lancé cet été, le programme Lyon Eco Énergie affiche un premier objectif de 250 visites énergie en 3 ans.

Gerland : la Grande Halle vise le label effinergie +

Perspective aérienne de la future Grande Halle © Reichen et Robert & Associés

Perspective aérienne de la future Grande Halle © Reichen et Robert & Associés

>> Mesure visée par l’action 4.2 du  Plan d’Actions Partenarial [clic !  à lire en p. 34]

Le quartier de Lyon Gerland poursuit sa mutation. Au terme d’un appel d’offres piloté par EDF, Gecina a été sélectionnée pour y construire un immeuble de bureaux de 20000 m². L’opération d’ampleur vise la certification HQE et le label effinergie +

« La Grande Halle » c’est son nom, sera développée sur une réserve foncière appartenant à Gecina. Elle intègre notamment la restructuration d’une halle existante pour y accueillir, fin 2016, un millier de salariés EDF.

Le projet imaginé par le cabinet d’architectes Reichen et Robert & Associés compte 3 bâtiments, réunis sous forme de Campus, et s’inscrit dans le développement durable de Gerland.
Le Grand Lyon et la Ville de Lyon ont d’ores et déjà accepté de programmer les travaux nécessaires à sa réalisation : voiries, liaisons en mode doux, réseaux, éclairage public et espaces verts.

Pour aller plus loin
Basée sur la RT 2012, le label Effinergie + va encore plus loin que le label BBC dans la performance énergétique des constructions neuves et oblige, notamment, l’affichage des consommations d’usage en amont des bâtiments à énergie positive en 2020.

La 3e Conférence Energie Climat mobilise les partenaires

Salle comble pour la 3e Conférence Énergie Climat qui s’est tenue le 28 octobre dernier à l’Hôtel de Communauté. L’objectif ? Dresser le bilan des actions engagées, deux ans la signature du Plan Climat Énergie Territoriale (PCET) et réaffirmer la volonté de maintenir une dynamique collective sur le sujet.

>> Mesure visée par l’action 2.2 du  Plan d’Actions Partenarial [clic !  à lire en p. 58]

Salle comble pour la 3e Conférence Energie Climat du 28 octobre 2013. © J.Léone

Un auditoire dense et attentif pour la 3e Conférence Énergie Climat du 28 octobre 2013. © J.Léone

Rappelez-vous : les dernières CEC –  qui se sont respectivement tenues en mai 2010 et novembre 2011 – avaient abouti à l’élaboration partenariale des 26 actions cadres du Plan Climat et l’engagement de tous les partenaires à les mettre en oeuvre dans leurs domaines de compétence (transport, énergie, habitat).

Émissions de Co2, deux ans d’actions récompensées

Deux ans après la signature du PCET, il était temps de dresser un premier bilan et de réaffirmer la volonté de maintenir une dynamique collective sur le sujet ! Nous accueillons donc 18 nouveaux signataires en 2013,  portant à 73 le nombre officiel de partenaires mobilisés à l’échelle du territoire.

En matière d’émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), les actions directement liées au Plan Climat ont permis d’économiser -100 000 tonnes de CO2/an en 2 ans. Les actions les plus impactantes ont été :

  • la mise en place de chaufferies biomasse sur les réseaux de chaleur, avec 70MW de puissance installés aujourd’hui pour un objectif de 160MW en 2020 (-53 000 tonnes de CO2/an)
  • la mise en oeuvre du Plan Mode doux : nous avons atteint l’objectif initial de 520km de pistes cyclables fin 2013 et la part modale du vélo en ville a doublé depuis 2006 (-26 000 tonnes de CO2/an)
  • le succès du covoiturage : une récente enquête auprès de 1000 grand lyonnais a montré que 24 000 à 42 000 personnes covoiturent régulièrement, alors que l’objectif du Plan Climat est de 50 000 en 2020 (-13 000 tonnes de CO2/an)
  • la montée en puissance des rénovations au niveau BBC dans le parc social, avec déjà 2000 logements dont la rénovation sera terminée en 2014 (-2 000 tonnes de CO2/an)
Evolution entre 2000 et 2010 des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) du territoire du Grand Lyon. Source : Air Rhône-Alpes et OREGES, 2013.

Evolution entre 2000 et 2010 des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) du territoire du Grand Lyon. Source : Air Rhône-Alpes et OREGES, 2013.

 

GES, la tendance est à la baisse

Cette réduction, qui correspond à –1% à -2% des émissions du territoire, s’inscrit dans une tendance de baisse généralisée sur l’agglomération. En effet, le baromètre développé par Air Rhône-Alpes et publié sur le site de l’OREGES (Observatoire Régional des Gaz à Effet de Serre)  montre qu’en 10 ans, les émissions de GES du territoire ont baissé de -10% (période 2000-2010).

 

 

Quand on regarde un peu plus en détails, on s’aperçoit que chaque secteur ne s’est pas comporté de la même manière pendant ces 10 années.

 

Evolution 2000-2010 des émissions de GES du secteur des Transports sur le Grand Lyon

Evolution 2000-2010 des émissions de GES du secteur des Transports sur le Grand Lyon

Volet Transport

Ainsi, le transport (qui représente toujours près de 30% des émissions du territoire), a vu ses émissions de GES décroître fortement, principalement en lien avec les évolutions réglementaires imposées aux constructeurs (normes sur les émissions des voitures). En effet, sur cette période la mobilité des Grands Lyonnais n’a pas diminué : si le trafic a diminué dans le centre-ville, il est en hausse en périphérie (voir la publication de l’Observatoire des déplacements de l’agence d’Urbanisme sur le trafic routier). 

2 actions des partenaires ont été présentées à la Conférence Energie Climat sur le volet « Transport », des services d’auto-partage 100% électriques :

 

Evolution 2000-2010 des émissions de GES du secteur de l'Industrie sur le Grand Lyon

Evolution 2000-2010 des émissions de GES du secteur de l’Industrie sur le Grand Lyon

Volet Industrie

Du côté de l’Industrie (à peu près 1/3 des émissions), la baisse est largement visible et – surprise ? – pas uniquement liée à la conjoncture économique : on peut penser que la pression accrue du coût de l’énergie et d’autres contraintes (réglementation, quotas carbone) ont poussé le secteur industriel à s’intéresser de près à la question de l’efficacité énergétique.

« Une partie des réponses au défi climatique réside dans l’innovation » ont rappelé les partenaires à cette occasion. De nombreuses initiatives privées fleurissent sur le territoire pour faire du Grand Lyon un terrain d’expérimentations grandeur nature de la transition énergétique.

 

Volet Énergie
Comme nous l’avons évoqué plus tôt, le déploiement du bois-énergie sur les réseaux de chaleur porte la puissance des installations en place à 70MW en 2013 ! En parallèle, les expérimentations de nouvelles formes de consommation énergétiques se multiplient – plaçant l’usager au cœur du dispositif.

 

Evolution 2000-2010 des émissions de GES du secteur de l'Habitat et du tertiaire sur le Grand Lyon

Evolution 2000-2010 des émissions de GES du secteur de l’Habitat et du tertiaire sur le Grand Lyon

Volet Habitat

Enfin, dans le secteur de l’habitat et du tertiaire, on observe une certaine stabilité des émissions de GES. De fait, en 10 ans, nous avons construit davantage de logements, mais qui consommaient moins d’énergie, ce qui peut expliquer cette stabilité. Comment infléchir la courbe? On voit bien que la production de logements et de bureaux neufs performants ne suffira pas, l’effort est à porter sur la rénovation…
Le Grand Lyon a justement voté un budget de 10 millions d’euros pour un plan de rénovation du parc privé et public existant portant sur 3200 logements . 275 logements de la Cité Perrache – qualifiés de « véritables passoires énergétiques » – vont notamment bénéficier d’une réhabilitation en règle pour l’atteinte du niveau BBC Rénovation.

 

18 nouveaux partenaires ont paraphé le précieux document à l'issue de la Conférence Enrgie Climat. © J. Léone

18 nouveaux partenaires ont paraphé le précieux document à l’issue de la Conférence Énergie Climat. © J. Léone

Il est enfin difficile de chiffrer quelle est la part de chaque facteur – notamment les changements de comportements dont on sait qu’ils ont une influence très forte… En témoigne le défi Famille à Énergie positive permettant la diminution de 12 à 17% des consommations énergétiques par la simple adoption d’écogestes, faciles à mettre en pratique dans la vie de tous les jours.

Prochaine étape ? L’élaboration du volet « Adaptation ». Il s’agit de s’interroger ici sur les changements climatiques et leur influence induite sur nos modes de faire, de vivre.  Dès 2014, l’équipe du Plan Climat repartira en campagne pour mobiliser les acteurs concernés et initier une nouvelle démarche partenariale.
Pour aller plus loin

Eco-construction : la vraie nature des matériaux biosourcés

Les  5 à 7 de l’éco-construction du Rhône font leur rentrée ce  jeudi 10 octobre 2013. De 17h à 19h, l’INSA de Lyon accueillera les professionnels du bâtiment désireux d’en savoir plus sur les  matériaux biosourcés.

bandeau5a7-738

Une fois encore les partenaires à l’initiative de ces rendez-vous s’unissent pour offrir une information technique de qualité portant sur les matériaux biosourcés. Au programme :

  • caractéristiques des matériaux biosourcés : écobilan, performance coût, santé,
  • réglementation et  normes propres aux matériaux biosourcés,
  • retour d’expériences :  techniques et compétences requises pour l’utilisation des matériaux biosourcés.

>> Le détail du programme sur le site officiel

 

INSA de Lyon

Amphithéâtre Lespinasse ,
20, avenue Albert Einstein
69 100 Villeurbanne

Global Services : le projet en devenir qui mobilise les énergies

>> Mesure visée par le 4.6 du Plan d’Actions Partenarial [clic ! à lire en p.46]

Déchets du chantier de la Tour In City

En décembre dernier, le Grand Prix national Talents des Cités 2012 – catégorie Émergence – était attribué au projet Global Services qui fait de la revalorisation et du recyclage des déchets de chantier son cheval de bataille. 

Né de l’initiative d’un trio de choc du quartier des Minguettes à Vénissieux, le projet parrainé par la Société Générale et attentivement suivi par la Ville de Vénissieux, a trouvé un écho positif auprès du jury professionnel de Talents des Cités 2012.
« Le Grand Prix Émergence lui revient de droit, a affirmé à cette occasion le Président du jury, pour son initiative éco-citoyenne qui devrait générer, horizon 2013, de nouveaux emplois dans un quartier prioritaire de la politique de la ville. »

Trier pour mieux valoriser

L’idée qui fait tilt ? Implanter directement sur les chantiers du territoire une plateforme de tri dédiée au recyclage des déchets. Gravats amoncelés,  cartons délaissés, plastiques pluriels et autres matériaux plus nobles tels que le cuivre et autres métaux transitent par cette plateforme, placée sous la vigilance d’un agent, avant d’être « redispatchés » vers la  filière de recyclage appropriée.

Même plus peur de la benne, exit le gaspillage des matières ! Les déchets de ces chantiers là trouveront une seconde vie.
Et ce n’est pas tout, au listing des nombreux avantages de l’initiative Global Services il faut ajouter la réduction des coûts d’élimination des déchets pour les entreprises du bâtiment et des émissions carbone inhérentes et la création d’emplois au cœur d’un quartier prioritaire de l’agglomération lyonnaise.
« Avec ce projet, nous espérons faire évoluer les mentalités et encourager des pratiques plus respectueuses de l’environnement » indiquent les associés Nader Oueslati, Malek Oueslati et Walid El Houweij.

> Voir la vidéo Talents des Cités 2012 sur Daily Motion

Global Services, bénéficie par ailleurs du soutien de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrised’Energie) et de la FFB (Fédération Française du Bâtiment). Tous les ingrédients sont désormais rassemblés dans le creuset des Minguettes pour le lancement effectif de cette nouvelle activité qui devrait débuter au 1er semestre 2013. Chantiers à suivre…