Débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) à Lyon

La Métropole et l’Agence Locale de l’Energie et du Climat organisent ce 14 juin un événement dans le cadre du débat national sur la transition énergétique. Jusqu’au 30 juin 2018, tous les territoires se mobilisent pour participer au débat sur la « Programmation Pluriannuelle de l’Energie » (PPE). Les habitants peuvent donner leur avis sur la trajectoire énergétique prévue pour les 10 prochaines années à venir. 

Debat_public_PPE

Partout en France, les collectivités, associations, syndicats d’énergie, entreprises et universités organisent des échanges pour recueillir les attentes et avis des habitants sur notre futur énergétique.

La PPE ?

Nous parlons là de la trajectoire française de transition énergétique : la Programmation Pluri-annuelle de l’Energie définit pour 10 ans la part que chaque énergie doit jouer dans l’approvisionnement du pays. La prochaine PPE, pour la période 2018-2028, est en cours d’élaboration par le gouvernement. Le débat national est coordonné par la Commission nationale du débat public (CNDP), qui sollicite les territoire pour recueillir des avis dans toute la France. 

C’est dans ce cadre qu’une rencontre est prévue, le jeudi 14 juin 2018 de 19h à 22h à l’Hôtel de Ville de Lyon (1 place de la comédie). Pour vous inscrire, dans la limite des places disponibles, c’est par ici.

La transition énergétique de la Métropole de Lyon ?

La transition énergétique concerne tous les territoires et ne sera pas la même partout : au-delà de la stratégie nationale, vous pourrez découvrir le portrait de notre territoire. Quelles sont aujourd’hui les sources de consommation d’énergie et d’émission de gaz à effet de serre ? Comment peut-on limiter ces émissions dans le futur et développer les énergies renouvelables ? Le schéma directeur des énergies, outil de planification à l’horizon 2030 pour notre territoire, servira de clé d’entrée au débat.

Pour vous inscrire

On le rappelle, c’est ici !

Pour vous mettre dans le bain, retrouvez une présentation synthétique de la PPE, la vidéo officielle du ministre et les autres dates du débat public à cette adresse.

 

 

Les partenaires ECORENO’V font le point

Le 29 mars dernier, les 36 partenaires de la charte ECORENO’V se sont retrouvés pour partager la dynamique observée autour de la plateforme. Ces rendez-vous ont lieu au moins une fois par an et sont l’occasion de partager le bilan et d’échanger sur le dispositif.

Partenaires_ecorenov

Les nouveaux partenaires signent la charte ECORENO’V. Syndicats professionnels d’entreprises de construction ou d’ingénierie, banques, opérateurs, représentants de copropriétés ou de syndics, énergéticiens… ils sont désormais 36 organismes à s’engager sur leurs compétences.

L’éco-rénovation est bel et bien en route

Quand on sait qu’il faut près de 3 ans pour qu’une copropriété engage une rénovation thermique globale, on comprend mieux la dynamique ECORENO’V : 3 ans après le lancement de la plateforme (début 2015), la filière commence à ressentir sérieusement l’augmentation des demandes. Les partenaires de la plateforme locale d’éco-rénovation prennent la parole.

Côté accueil des propriétaires de logements, l’Agence Locale de l’Energie et du Climat (ALEC) enregistre une croissance de +40% des contacts ces 2 dernières années. SOLIHA, qui accompagne les ménages modestes, enregistre une hausse assez proche (+34%). Les Grands Lyonnais se renseignent plus, conséquence d’une communication plus forte de l’ALEC, de la Métropole, des communes, des partenaires au contact des habitants et syndics.

Retour en images d’une rénovation de copropriété à Lyon 8, diffusée lors de la séance :

Côté financement, la Métropole a reçu en mars 2018, 2907 demandes de financement pour des travaux ECORENO’V dans le parc de logements privés, soit près de 43 M€ de travaux et honoraires TTC (dont 33 M€ de travaux ECORENO’V HT) et 7 M€ d’aides métropolitaines. Une dynamique forte s’est enclenchée, sur tous les territoires de la Métropole et qui concerne aussi les ménages aux ressources plus limitées. 

L’une des banques signataires, le Crédit Foncier, témoigne aussi d’une augmentation des prêts octroyés sur notre territoire : les dossiers ECORENO’V représentaient 15% des demandes de prêt en 2017, en 2018 ils seront 40%. La banque explique qu’elle répond à ces demandes principalement avec le dispositif « copro 100″ en complément de l' »éco-prêt à taux zéro collectif » (EcoPTZ).

La filière du bâtiment est-elle capable d’absorber cette activité ?

La hausse d’activité se fait progressivement, au rythme des projets. Les maîtres d’oeuvre (architectes, économistes, bureaux d’étude thermiques) témoignent d’un carnet de commandes particulièrement rempli en 2018 : ces études mèneront à de nouveaux projets. Côté travaux, la filière bâtiment a pu anticiper cette nouvelle demande en poursuivant la formation des artisans, et en travaillant sur les groupements d’entreprises. Dans ce sens, l’action DoRéMI (voir l’article) s’est avérée pertinente pour monter des groupements d’artisans capables de proposer des bouquets de travaux en maison. Operene, réseau qui rassemble 40 entreprises proposant des rénovations globales, voit la progression forte du marché : depuis 4 ans, le marché se ré-oriente du simple ravalement de façade à l’amélioration thermique. L’entreprise propose des services plus poussés comme la garantie de performance énergétique permettant de vérifier le maintien des gains dans le temps. Pour accélérer le mouvement, elle recherche de nouveaux outils et a rejoint la démarche energie sprong, qui vise à accélérer les chantiers de rénovation en travaillant entre autres sur les procédés de fabrication en amont du chantier.

Nouveautés 2018

En 2018, les règles vont s’adapter pour prendre en compte le retour d’expérience de ces 2 ans : ajustement des règles concernant les logements collectifs, promotion des matériaux bio-sourcés, meilleur financement de l’audit et des travaux BBC en maison individuelle… Les questions fusent : est-on en mesure de produire localement et à prix raisonnable des matériaux bio-sourcés ? Les professionnels indiquent que c’est bien la demande qui rendra ces matériaux compétitifs : le prix de la laine de bois a ainsi été divisé par 2 en cinq ans. La Ville de Bron confirme que la commande publique a aussi un rôle a jouer, elle a ainsi formé ses agents pour intégrer le biosourcé dans ses constructions.

Et après ?

En en 2020, avec les élections, aura-t-on de la visibilité ? Béatrice Vessiller, Vice-Présidente en charge de la rénovation thermique des logements, rassure l’assemblée : « nous avons fait le tour des Conférences Territoriales des Maires pour expliquer le dispositif ECORENO’V. Partout, la démarche est bien accueillie et reconnue comme nécessaire pour nos concitoyens et pour les territoires. Notre bilan et l’assemblée réunie aujourd’hui témoignent de la dynamique bien installée maintenant, qui devrait se poursuivre après 2020″.

Pour en savoir plus

Les aides ECORENO’V

Le bilan des 2 premières années de la plateforme : Bilan ECORENO'V 2015-2017 (81 téléchargements )