Les cartes de température du Grand Lyon en open data

Depuis quelques jours, des « cartes de température de surface » du territoire sont en ligne sur le site d’open data du Grand Lyon. Ces deux clichés, pris le jour et la nuit en avril 2011, font ressortir la tendance des surfaces bâties à accumuler la chaleur. Ils expliquent en patrie le phénomène d’îlot de chaleur urbain.

Proposition de mise en forme des deux cartes : la photo satellite de jour a été prise le 11 avril 2011 à midi, celle de nuit le 30 avril à 23h.

Proposition de mise en forme des deux cartes : la photo satellite de jour (à gauche) a été prise le 11 avril 2011 à midi, celle de nuit (à droite) le 30 avril à 23h.

Pourquoi veut-on connaître la température ?

Les vagues de chaleur estivales vont augmenter dans les prochaines années, c’est un des effets du changement climatique à l’échelle de notre territoire. Or, les centres urbains ont tendance à amplifier ces fortes chaleur, du fait de la minéralité des constructions, de la moindre présence de végétal et d’eau et d’une plus faible ventilation. Une des pistes pour mieux comprendre le phénomène consiste à cartographier le climat urbain.

D’où viennent ces cartes ?

Les satellites qui survolent la terre prennent régulièrement des clichés : en plus des photographies classiques (vue du ciel), certains satellites sont équipés de capteurs infra-rouge, sensibles à l’énergie renvoyée par la surface terrestre. C’est le cas des satellites Landsat 5 et 7 qui ont pris ces images. En traitant les informations de rayonnement envoyées par les satellites, on peut en déduire la température de surface. La réalisation de ces cartes fait partie du travail de thèse de Julita Dudek (Lyon 3), un projet soutenu par l’ADEME, les agglomérations de Grenoble, St Etienne et Lyon ainsi que leurs agences d’urbanisme respectives, avec l’appui de Météo France. Ces cartes ont une résolution de 60 et 120m, leur analyse est intéressante à l’échelle de quartiers.

Est-ce la température de l’air?

Nous ne sommes pas encore au stade de la « carte d’îlot de chaleur ». Ces cartes représentent la température des surfaces visibles par le satellite. Une rue, vue du ciel, sera donc réduite aux toits des bâtiments et au bitume de la rue : la forme de la ville, les apports d’énergie liés à l’activité humaine (voitures, climatisations), le rafraîchissement lié aux arbres et la ventilation naturelle (vents) n’apparaissent pas. Or, c’est bien la somme de tous ces éléments qui font la température de l’air à un point donné.

On peut dire que ces cartes représentent les « surfaces qui chauffent » et celles qui rafraîchissent dans l’agglomération. C’est un premier indicateur du lien entre urbanisation et ilôt de chaleur. Pour aller plus loin, les chercheurs développent des modèles prenant en compte les conditions météorologiques et le type d’urbanisme à différentes échelles : agglomération, rue. Pour certains projets de recherche, des mesures de température ont été faites sur le terrain : elles sont encore trop peu nombreuses pour dresser une vision complète de la température lors des périodes de fortes chaleur.

Pour aller plus loin…

Télécharger les données sur le site « data.grandlyon.com » : carte de jour et carte de nuit.

Quelques projets de recherche en cours sur le sujet :

  • Rassembler chercheurs et praticiens autour d’un observatoire local du climat : projet EPOC
  • Et pourquoi pas un réseau de capteurs de qualité de l’air ? projet URPOLSENS
  • Qu’en pensent les citoyens ? Ma ville, le climat et moi

 

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>