Héros Ordinaires-Portrait-Clément Marchal, covoitureur « Une voiture au lieu de quatre, c’est moins de pollution et plus sympa »

Mission Héros Ordinaires des volontaires Unis-Cité 2013 / Facebook

DSC01559

Aujourd’hui nous avons rencontré Clément, 21 ans. Cet étudiant, qui réside à Lyon depuis un an pratique le covoiturage pour se rendre dans le Nord, son département d’origine. Ce système qui consiste à « partager » sa voiture et à diviser les frais du voyage entre les passagers est de plus en plus courant aujourd’hui. Le étudiant a connu le principe grâce à sa petite amie qui avait déjà expérimenté le covoiturage : « On s’est dit que ça pouvait être bien pour les longs trajets. Dans mon cas, il s’agit d’aller de Lyon à Lille. »
Si les motivations de Clément étaient, au départ, surtout économiques, ce dernier a su vite en tirer d’autres avantages : « au départ, le covoiturage était plus une question d’argent. Je recherchais les moyens de transport les moins chers. Mais en fait, je me suis vite rendu compte que le fait de voyager avec d’autres personnes est aussi beaucoup plus sympathique, et qu’au niveau environnemental c’est bien aussi ! Si toutes les personnes avaient pris leur propre voiture, il y aurait quatre voitures au lieu d’une, donc quatre fois plus de pollution ».

L'autocollant, un repère pour les covoitureurs

L’autocollant, un repère pour les covoitureurs

Mais alors comment s’y prendre ?
« C’est simple, on propose notre trajet sur un site de covoiturage. Les gens intéressés s’inscrivent et on se donne un point de rendez-vous. Une fois que tout le monde est là, c’est parti ! On dépose les passagers à un point, que ce soit à destination ou lors du voyage, que l’on décide à l’avance. »
Au final, les trajets de Clément ne lui coûtent quasiment rien : chacun des participants paye 45 euros pour relier Lyon à Lille, ce qui lui permet de rentabiliser son voyage, et, pour les passagers, de faire aussi des économies (l’équivalent en TGV coûte environ le double) . « La seule contrainte, c’est qu’il faut savoir s’adapter aux demandes et aux petits retards des covoitureurs. Il faut aussi savoir gérer la place dans son coffre ! »
Quant à ses déplacements dans la ville, Clément a opté pour le vélo : « c’est beaucoup plus pratique que la voiture, plus agréable en plus ! On prend l’air ! A part l’achat du vélo et son entretien, ça ne me coûte rien ! » Il avoue que la question environnementale le touche de plus en plus. Il nous confie d’ailleurs avoir pensé à s’inscrire dans une AMAP pour bénéficier d’un panier, mais il hésite encore : « Sachant qu’on ne connait pas à l’avance les produits du panier, il faut s’avoir s’adapter. Je sais aussi que je n’aurais pas forcément le temps pour faire la cuisine et ce serait donc dommage de les gâcher. Mais pourquoi pas plus tard ? »
C’est sur cette note optimiste que nous quittons Clément, contentes d’avoir rencontré un jeune de notre génération si investi !

Si vous aussi, le covoiturage vous tente, rendez-vous sur les sites de covoiturage : covoiturage.fr pour ce qui est des longs trajets et covoiturage-grandlyon.com pour ce qui est des déplacements au cœur du Grand Lyon.

Carine, Marine, Audrey

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>