Héros ordinaires – Florence, Léonard et Jonathan – « on ne fait pas de mal à la Terre et on ne s’en fait pas non plus »

Mission Héros Ordinaires des volontaires Unis-Cité 2013 / Facebook

Florence, Léonard et Jonathan

Nous avons rencontré Florence, Léonard et Jonathan, trois jeunes engagés chacun a leur manière pour notre environnement. Leur point commun : ils sont en train de monter un projet d’atelier de réparation de vélo à Bron*.

Leonard tente depuis des années de sensibiliser les autres à la cause de l’environnement. Ancien scout, il proposait déjà des activités de découverte de la nature aux enfants. Désormais, accompagné de sa guitare, il se rend dans les espaces verts de Lyon pour chanter des textes inspirés par l’écologie. Il reprend des chansons de répertoire, mais il en compose aussi lui-même. Il espère ainsi « faire germer des graines dans la tête des gens. » Pour ce qui est des vêtements, il essaye de privilégier des produits fabriqués en France même s’il avoue devoir demander à ses parents un coup de pouce pour pouvoir se les offrir. Il ne prend désormais plus que des douches express. « Je me mouille, j’éteins l’eau, je me savonne et je me rince. Hop ! C’est fini ! » Léonard cultive également le potager de ses parents. Par ailleurs, il se fournit dans une AMAP, au même titre que Jonathan, un de ses collègues du projet « vélo ».

Jonathan travaille, lui, depuis deux ans dans la mobilité durable afin de promouvoir les modes de transports à faible émission de gaz à effet de serre (vélo, transport en commun…). Il s’est lui-même procuré un vélo et ne se déplace jamais en voiture bien qu’il soit titulaire du permis de conduire. Il vient de souscrire une prestation auprès d’EDF qui lui permet d’analyser en détail ses consommations : « j’espère ainsi réduire ma facture d’électricité. »

Florence quant à elle est une adepte de la « slow cosmétique » autrement dit des produits de beauté qu’elle fabrique à base d’huile, d’argile, de pierre d’alun… « Ce sont des produits naturels, bio, c’est bien pour la planète et ça évite d’utiliser 36 crèmes. On ne fait pas de mal à la Terre et on ne s’en fait pas non plus. C’est aussi moins cher. » Par exemple, elle réalise un gommage en utilisant simplement du sucre et du sel. Chez elle, elle prend garde à ne pas surchauffer : « Mon thermomètre ne dépasse pas 18 degrés. » Enfin, elle pratique le covoiturage lorsqu’elle se rend au Puy-en-Velay (Haute-Loire) : « c’est plus pratique qu’en train et ça me permet de rencontrer des gens sympas. »

*Le projet d’atelier de réparation de vélos est soutenu par District Solidaire. Pour plus d’infos : cliquez ici.

Carine, Audrey et Marine

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>