Rillieux-la-Pape et Saint Fons luttent contre la précarité énergétique

En 2010, la Ville de Rillieux-la-Pape a mis en place un processus expérimental d’évaluation participative réalisé par des habitants, des partenaires locaux en lien avec des agents de la Ville. Ce travail collaboratif lui permettra de publier, en juin 2012, une seconde version de son Agenda 21 dont le volet climat-ressources met particulièrement l’accent sur la précarité énergétique.

Consciente de l’urgence d’agir en faveur du développement durable, la Ville de Rillieux-la-Pape a, depuis longtemps, mis en oeuvre une politique volontariste dans ce domaine. 1997 : signature d’une Charte de l’environnement. 1998 : création des Observateurs de quartiers. 2006 : publication d’un Agenda 21 structuré autour de quatre volets et deux cents actions. 2007 : reconnaissance par le Ministère de l’énergie, de l’écologie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (MEEDDAT). 2011 : participation à la première édition du salon Echos-Logis consacré à l’autoconstruction et à l’habitat durable.

L’année 2012 va constituer une nouvelle date phare de cet engagement. En juin, Rillieux-la-Pape va, en effet, publier une seconde version de son Agenda 21, suite à un long processus expérimental d’évaluation participative réalisé sur douze actions par des habitants, des partenaires locaux en lien avec des agents de la Ville. Ce nouvel Agenda 21 comprend, entre autres, un volet climat-ressources dont les actions – qui vont dans le sens du Plan Climat du Grand Lyon – porteront notamment sur les dépenses d’énergie.

Dans ce cadre, une action portée par le PIMMS (Point Information Médiation Multi Services) de Rillieux-la-Pape vise à sensibliser les familles en précarité énergétique. Ces personnes sont contraintes, pour des raisons financières, de réduire leur chauffage/électricité, voire de s’en priver. L’objectif consiste à accompagner ces habitants afin d’étudier avec eux s’ils peuvent bénéficier d’un tarif adapté à leur situation, mais aussi de voir dans quelle mesure ils peuvent réaliser des économies d’énergie. Marion Athiel, chargée de mission Agenda 21-Développement durable à la Ville de Rillieux-la-Pape, précise : « En 2012, nous allons commencer cette mission d’accompagnement avec l’ALE. Nous avons deux objectifs : faire un diagnostic avec l’appui des partenaires locaux et une cartographie de l’état de précarisation des habitants de la commune, et travailler sur un programme de formation à destination des partenaires de la ville : CCAS, PIMMS, CSF, travailleurs sociaux, associations, centres sociaux, etc. ». 

Un défi majeur pour Saint-Fons

Dans le cadre de son propre Plan Climat, la ville de Saint-Fons va mettre en oeuvre un certain nombre d’actions. Parmi celles-ci, une étude consacrée à la précarité énergétique sera menée en interne dans le courant du 1er semestre 2012 visant à poser les bases d’un diagnostic afin de mieux appréhender cette problématique sur la commune.

Il s’agit d’une question qui, selon Serge Perrin, adjoint au développement durable, « fédère l’ensemble des élus de Saint-Fons ». Lydie Gharib, chargée de mission Habitat, poursuit : « A l’aide d’un groupe de travail, nous souhaitons cerner le profil des habitants de Saint-Fons se trouvant en situation de précarité énergétique. Notre objectif est double : accompagner les personnes concernées avec efficacité et les aider à mettre en place des opérations d’auto-réhabilitations ». Localement, la question de l’efficacité énergétique des bâtiments devra également être intégrée à celle de la prévention qui s’imposera aux habitants dans la cadre de la mise en oeuvre des Plans de Prévention des Risques Technologiques. Pour la commune, dont la population est l’une des plus précaires de l’agglomération lyonnaise, il s’agit là d’un défi majeur.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>