Une nouvelle mare au parc de Parilly

3 mai 2021
Par
© Métropole de Lyon - Grégory Marcucci

© Métropole de Lyon – Grégory Marcucci

En mars dernier, vous avez peut-être aperçu les jardiniers du Parc de Parilly s’affairer allée du Laricio : Ils créaient une cinquième mare dans le cadre du programme de protection de la biodiversité établi en partenariat avec les associations naturalistes. Cette nouvelle mare a pour vocation d’héberger des espèces protégées mais également patrimoniales. Ainsi, vous pourrez peut-être observer d’ici quelques mois trois espèces de crapauds protégés : le crapaud calamite, le pélodyte ponctué et l’alyte accoucheur, ainsi que le triton palmé.

© Métropole de Lyon - Grégory Marcucci

© Métropole de Lyon – Grégory Marcucci

© Métropole de Lyon - Grégory Marcucci

© Métropole de Lyon – Grégory Marcucci

Elle a été réalisée avec des pentes douces (pour faciliter la sortie d’eau des amphibiens) et un fond de sable, son étanchéité est assurée par une bâche EPDM prise en sandwich entre deux géotextiles, et des galets de rivière 80-120 mm assureront stabilité à l’ensemble et refuge pour la faune aquatique.

Lieu de vie et de reproduction, une mare permet à la faune aquatique et terrestre d’effectuer l’ensemble de son cycle biologique (c’est le cas des libellules notamment). La mare participe également à lutter contre la prolifération des moustiques qui sont à la base de la chaîne alimentaire de nombreuses espèces.

À proximité de cette mare ont été créés des hibernaculums, refuges où les animaux de petite taille passent l’hiver et hibernent, ainsi que des passages pour la faune vivant dans l’enceinte de l’hippodrome. Car contrairement à ce qu’on pourrait penser, les crapauds passent la plus grande partie de leur vie sur terre et n’utilisent les points d’eau qu’au moment de la reproduction.

Hibernaculum © Métropole de Lyon - Margot Le Tacon

Hibernaculum © Métropole de Lyon – Margot Le Tacon

Ces d’aménagements légers à échelle locale permettent un brassage génétique des espèces et font écho à la trame verte développée sur le territoire métropolitain.  

Enfin, un semis de prairie naturelle (trèfle blanc, lotier, pâturin, coquelicot, bleuet, bourrache, lin, nigelle …)  a été réalisée autour de la mare pour enrichir la palette végétale du parc et favoriser les pollinisateurs.

© Métropole de Lyon - Grégory Marcucci

© Métropole de Lyon – Grégory Marcucci

Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *