Quelle place accorder aux nichoirs en ville ?

17 mai 2018
Par

En ville, les arbres qui constituent l’habitat naturel des oiseaux sont soumis à d’importantes nuisances qui peuvent rendre l’environnement défavorable à la reproduction de certaines espèces. L’installation de nichoirs permet ainsi aux oiseaux de se réinstaller en milieu urbain en offrant des supports favorables à la nidification et à l’élevage des oisillons.

À titre d’exemple, la pose de nichoirs peut être prévue pour compenser les effets négatifs d’un chantier sur la faune existante. Lors de l’aménagement de la voie Louis Vignon sur la commune de Charly, trois nichoirs ont été installés pour faciliter le retour des pics épeiches et des passereaux (mésanges et moineaux), espèces s’adaptant facilement à la présence et à l’activité humaine.

Mi-février 2018, trois nichoirs ont donc été fabriqués et installés par les agents de l’unité Parcs et Jardins de la Métropole de Lyon : un destiné à accueillir les pics épeiches, et deux destinés aux passereaux, un d’un diamètre de 33 millimètres pour les mésanges charbonnières et le moineau domestique et l’autre de 28 millimètres plus spécifiquement conçu pour les mésanges bleues.

 

IMG_20180209_102524

 

La pose de nichoirs suppose de respecter certaines règles afin d’assurer leur utilisation par les oiseaux, par exemple, les arbres destinés à les accueillir doivent être au moins aussi larges que les nichoirs et il doit s’agir d’essences locales attractives pour la faune concernée. Ils doivent de plus être installés à 3 mètres de hauteur pour éviter les attaques de chat et les dégradations et en dehors de la période de reproduction, soit entre octobre et février uniquement. L’entrée doit quant à elle être au sud-est pour éviter les vents dominants et un ensoleillement trop important. L’objectif est de participer à la restauration de la faune présente avant la phase de chantier et de rendre la ville plus favorable au maintien de la biodiversité.

A noter, un autre avantage de la pose des nichoirs à mésanges est que celles-ci sont des prédateurs naturels des chenilles processionnaires, insectes particulièrement urticants et donc dangereux pour l’Homme et les animaux.

 

IMG_20180209_104059

 

Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *