Une autre façon de découvrir et de sensibiliser : exemple au Parc de l’Orangerie

24 mars 2017
Par

Connaissez-vous le parc de l’Orangerie à Tassin-la-demi-Lune ? Vous êtes sûr ? 

Ce parc, situé à l’ouest du centre ville de Tassin-la-Demi-Lune, fût créé par un particulier en 1937 puis légué à la ville en 1961 qui a choisi de le rénover en 2014.

La ville souhaitait réaménager le parc afin de l’ouvrir au public en essayant de retrouver l’esprit initial du début du XXème siècle. Les principaux objectifs étaient de mettre en valeur le patrimoine immobilier et naturel et d’y ajouter de nouvelles composantes répondants aux besoins des usagés dans le but d’y attirer les familles.

Un projet pédagogique sur le site 

L’association SeA, Science et Art, grâce au soutien de l’unité arbres et paysage de la direction de la Voirie dans le cadre du plan d’Education au Développement Durable de la Métropole de Lyon, et de la ville de Tassin a mis en place un projet pédagogique avec les enfants du Centre Social de l’Orangerie à Tassin-la-Demi-Lune afin qu’ils redécouvrent ce parc  avec un regard nouveau.

Lors des mercredis de mai une trentaine d’enfants, âgés de 5 à 10 ans, ont exploré le parc en croisant les visions scientifique et artistique. Conformément à la philosophie de SeA, ils ont pu se familiariser avec différents concepts scientifiques en utilisant l’art comme moyen de médiation et l‘imagination comme moteur de leur curiosité.

Ces activités avaient pour objectifs :

  • la sensibilisation à l’importance des arbres en ville,
  • l’apport de connaissances scientifiques
  • mais également la réappropriation du parc par les habitants.

Les enfants, souvent riverains, fréquentent le parc quand ils vont au Centre Social mais ne sont pas forcément conscient de la diversité des espèces végétales qui s’y trouvent et ne réalisent pas nécessairement le bien fait des îlots naturels urbains. Par ce biais, l’association espére inciter les enfants à partager leurs découvertes et leur enthousiasme et ainsi attirer leurs familles dans le parc.

Qu’ont-ils fait ?photo art SEA

Les enfants ont, dans un premier temps, appréhendé le parc par une approche sensible en se familiarisant avec la diversité des formes des feuilles et des écorces. Ce fût l’occasion pour eux d’aborder les principales notions de botanique grâce à des techniques pédagogiques originales.

Ils ont ensuite mêlé la découverte du cycle de reproduction des arbres avec les techniques de création de contes. Ainsi est née l’histoire de « Moumouche » la petite fleur qui a fait un long voyage plein de péripéties avant de se retrouver petit arbre dans le parc de l’Orangerie.

Les enfants ont également fait appel à leurs sens et leur imagination afin de représenter les arbres et de leur donner des noms poétiques.

L’objectif de réappropriation du parc se concrétisera au final par la création de pancartes associées à chacun des arbres découverts, grâce au partage de l’expérience des enfants qui ont participés aux activités et à la collaboration des autres enfants du centre social. Les responsables du centre social souhaitent réutiliser ces supports à l’occasion d’autres évènements où les parents et les riverains seront présents afin de promouvoir les actions réalisées.

Grâce à ces activités, les enfants ont pu pendre conscience de la beauté et de la diversité des arbres du parc (on y trouve par exemple des cèdres du Liban, des pins noir d’Autriche, des platanes, des noisetiers, des érables, des marronniers…), s’en sentir plus proche et développer leur sens de la responsabilité citoyenne envers cette nature souvent perçue comme anodine mais qui est pourtant un bien collectif précieux…

Tags: , , , , ,

Commentaires clos.