Des produits de qualité dans les quartiers populaires, avec VRAC c’est possible !

13 juin 2016
Par

Rencontre avec le fondateur, Boris Tavernier 

Mais qui est « ce » Boris Tavernier ?

En 2004, il crée un bar coopératif à la Guillotière « De l’autre côté du pont » puis obtient un Master en Économie Sociale et Solidaire à l’Université de Lyon 2. C’est à la suite d’une réflexion commune avec le bailleur Est Métropole Habitat (EMH), et la Fondation Abbé Pierre, que Vers un Réseau d’Achat Commun, plus connu sous le nom VRAC, voit le jour. Cette association a été créée dans le but de lutter contre les inégalités et l’exclusion.  Elle est aujourd’hui soutenue par 4 bailleurs de l’Agglomération lyonnaise.

VRAC c’est quoi ?

VRAC vise un public avec peu de revenus qui souhaite consommer, comme tout le monde, des produits sains et de bonne qualité. Cela permet avant tout à ces habitants issus de quartiers populaires de « consommer comme tout le monde », de générer du lien social au sein de leur quartier mais aussi de faire vivre les producteurs locaux. VRAC dispose aujourd’hui de 8 points de distribution : les quartiers des Vénissieux, de Villeurbanne, de la Duchère, d’Oullins, de Vaulx-en-Velin, de Décines et plus récemment de Saint-Priest et de Saint-Fons.

Une petite vidéo pour découvrir VRAC plus en détails :

La liste des courses …

Des produits alimentaires, d’entretien, d’hygiène mais aussi des fournitures scolaires, lorsque la période arrive, sont proposés. Seuls les fruits et légumes sont exclus afin de ne pas concurrencer les vendeurs dans les marchés, mais aussi pour des questions d’hygiène et de stockage. L’huile d’olive bio est LE produit star qui fait un carton auprès des habitants (à 5,70€ le litre, ça se comprend), suivie de près par la lessive et le liquide vaisselle.

 

Les habitants = les premiers acteurs

Boris choisit également ses produits selon la demande des habitants qui sont parties prenantes du projet. Les habitantes (oui le public est à 99% féminin) passent leur commande une fois par mois et viennent remplir leurs récipients (bouteilles, Tupperware…)  pendant les permanences organisées dans leur quartier. Selon les quartiers, une sorte de « self-service » est mis en place ou alors le reconditionnement des produits se fait avec la participation des habitantes. L’objectif de Boris serait que ces groupements deviennent autonomes afin d’ouvrir d’autres antennes dans d’autres quartiers (comme le quartier du Terraillon à Bron).

Ainsi les habitantes participent à l’action menée par VRAC à tous les niveaux : lors du choix des produits, pendant la distribution, et aussi lors de certains événements pour représenter VRAC. Certaines vont même rentrer au Conseil d’Administration de VRAC !!

 

Une belle réussite

Le plus grand bonheur de Boris c’est d’entendre des mamans dire « on est comme tout le monde » car, elles aussi, ont maintenant accès à des produits de qualité grâce à VRAC. Il ne se lasse pas non plus de voir des sourires s’esquisser sur le visage des mamans, lors, notamment du concours culinaire organisé le 30 avril à Vaulx-en-Velin. Il faut savoir que l’idée du concours est encore une fois venue des habitantes qui n’arrêtaient pas de se chamailler « c’est la cuisine algérienne qui est la meilleure au monde », « non la marocaine » « ah non, c’est la tunisienne je vous dis ! » … et à partir de là Boris a eu la bonne idée d’organiser un concours culinaire en faisant venir des chefs étoilés afin de déguster les meilleurs plats du monde !!

Pour en savoir plus sur l’événement :

Et pour échanger avec VRAC, Facebook :

https://www.facebook.com/VRAC.asso/?ref=aymt_homepage_panel

Article d’Emmanuelle SORIANO

Tags: , , , , , ,

Commentaires clos.