La charte de l’arbre.

21 février 2013
Par

Depuis le début des années 90, les questions d’environnement et de cadre de vie sont devenues des sujets majeurs pour beaucoup de collectivités territoriales. Cette problématique s’est d’ailleurs depuis largement étoffée en intégrant notamment les enjeux liés au développement urbain durable et en proposant une réflexion renouvelée sur l’équilibre qui doit exister entre ville et nature. Dans ce contexte, la question de la place de l’arbre dans notre cité prend une valeur particulière, liée à la fois à sa force symbolique, à son importance dans les paysages et les identités des territoires, mais aussi parce qu’elle impose une vision prospective sur le long terme dans un monde qui tend à se replier sur les problématiques du court terme.

La Communauté urbaine de Lyon avait adopté, en novembre 2000, une première charte de l’arbre. Ce document avait notamment permis de capitaliser les efforts engagés depuis le début des années 90 en matière d’écologie urbaine, de paysage et d’arboriculture urbaine, et de définir un cadre méthodologique pour guider les actions et les projets dans ce domaine. L’adoption de la charte de l’arbre avait également permis d’affirmer l’importance de la place de l’arbre en cohérence avec les grandes orientations stratégiques de l’agglomération en matière d’urbanisme, d’environnement, de déplacement urbains et de développement économique.

La charte de l’arbre a ainsi accompagné un changement qualitatif des modes de faire en matière de préservation du patrimoine arboré, de développement d’une culture du paysage dans les projets d’aménagement urbain, mais aussi dans la relation avec les habitants grâce à un important travail de communication à la fois informative, pédagogique et culturelle. Néanmoins cette charte restait limitée aux seules problématiques liées aux projets et compétences du Grand Lyon.

L’agenda 21 de la Communauté urbaine validé en2007 a ainsi proposé d’élaborer une nouvelle charte de l’arbre applicable à l’échelle du Grand Lyon mais également déclinable à l’échelle des conférences des maires et des communes de l’agglomération afin de donner une nouvelle ambition à cette action.

La réécriture de la charte de l’arbre devait en effet permettre l’actualisation de certains éléments de la 1ère version, mais surtout la prise en compte de nouveaux objectifs stratégiques. Il s’agit de passer d’un document autocentré sur les actions et les compétences du Grand Lyon à une véritable charte territoriale, fédérant l’ensemble des acteurs concernés de l’agglomération.

Ces objectifs stratégiques sont :

-D’élargir la réflexion pour prendre en compte de manière globale la problématique de l’arbre dans les paysages de l’agglomération (en intégrant les arbres des parcs et jardins, des espaces naturels et des propriétés privées).

-De rechercher une cohérence des actions menées sur le territoire du Grand Lyon en associant les communes ainsi que tous les acteurs locaux de la filière paysage et de l’aménagement urbain. Le second objectif est donc de fédérer les acteurs de l’agglomération autour de principes partagés.

-D’intégrer les exigences de développement durable en favorisant  l’innovation et l’expérimentation dans le cadre des projets d’aménagement paysagers du Grand Lyon. Cet objectif permet notamment de répondre concrètement aux enjeux de société en matière d’adaptation aux changements climatiques, de biodiversité ou encore d’équilibres naturels nécessaires à l’acceptation d’une ville dense.

Signature de la Charte lors du salon Paysalia, décembre 2011

Ce document est le fruit d’une longue réflexion et de multiples concertations auxquelles ont été associés les élus et les techniciens des communes, les services communautaires, de nombreux professionnels publics et privés du paysage et de l’urbanisme ainsi que des associations pendant plus de deux ans. La charte de l’arbre est également soumise à l’adoption par les fédérations professionnelles, les entreprises et les associations qui le souhaitent. L’approbation d’une même charte permettra de poursuivre un travail collectif rassemblant les acteurs de l’agglomération, autorisant un partage et une meilleure diffusion des connaissances, conduisant avec une véritable cohérence des actions menés sur les arbres du territoire.

L’unité arbres et paysage du Grand Lyon assure le travail d’animation des signataires de la nouvelle charte de l’arbre afin de coordonner les différentes actions qui seront engagées au cours des prochaines années. A ce jour, la charte de l’Arbre a rassemblé 65 signataires.

Tags: , ,

Commentaires clos.