Une démarche qui accompagne le projet urbain du Carré de soie

  
UN TERRITOIRE EN TRANSFORMATION, UN PROJET URBAIN
Une projection du territoire horizon 30 ans : le plan guide du projet urbain

Une projection du territoire horizon 30 ans : le plan guide du projet urbain

Le projet urbain du Carré de soie concerne un territoire de 500 ha sur les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Sous l’impulsion des deux communes et du Grand Lyon, le site est « repris » par l’urbanisation à partir du début des années 2000, grâce au levier de deux projets structurants. D’une part, le développement de l’accessibilité du site avec la réalisation d’un pole de transports en commun (tramway et métro vers les centres administratifs et l’hypercentre de Lyon ainsi que vers l’aéroport). D’autre part, l’implantation d’un  équipement d’agglomération, le pole commercial et de loisirs Carré de soie, qui a ouvert ses portes en avril 2009. A partir de 2004, Bruno Dumétier est désigné comme  urbaniste en chef du projet. En association avec les élus, experts et la société civile, vont se dessiner les grandes orientations d’aménagement de projet urbain d’envergure , baptisé « Carré de soie ».

À l’échelle du territoire, il s’agit d’améliorer le cadre de vie pour les 14 000 habitants résidant sur ce secteur. À l’échelle de l’agglomération, le projet doit permettre d’offrir de nouvelles opportunités de logements et d’implantations pour les entreprises à travers le réaménagement d’un territoire au potentiel exceptionnel.  Transformation de friches industrielles en quartiers d’habitation et d’emploi, réhabilitation des ensembles de logements dégradés, modernisation des parcs d’activités, requalification des espaces publics et des circulations sont autant de facettes d’un projet qui se développera sur près d’une génération.

 

 

L’HISTOIRE COMME RESSOURCE POUR ÉCRIRE L’AVENIR

Dès les premières réflexions et concertations associant experts, acteurs locaux, entreprises et habitants sur le projet urbain du Carré de soie,  l’histoire industrielle, économique et sociale apparait comme un élément fort de ce secteur. Pour accompagner la réflexion sur la mutation des secteurs opérationnels, et en écho aux mobilisations associatives pour la prise en compte des ressources patrimoniales du territoire,  les collectivités locales décident en 2007  de mettre en œuvre une démarche  originale visant à la fois à :

  • faire du passé une ressource, en fournissant à l’ensemble des acteurs appelés à intervenir dans le processus de renouvellement urbain (habitants, aménageurs, acteurs sociaux et acteurs économiques…) les connaissances sur l’histoire industrielle du site, sur ses spécificités culturelles, paysagères, architecturales, économiques… et sur le rôle qu’il a joué depuis le début du XXème siècle dans la métropole lyonnaise,
  • enclencher une dynamique « d’anoblissement » du territoire et de ses populations, en permettant à tous les acteurs locaux, privés et publics, de s’inscrire dans le  grand récit du développement métropolitain.

La démarche, qui se veut une référence pour d’autres projets urbains, a pour vocation de s’ancrer dans la modernité, de telle sorte que « cultiver l’esprit des lieux » rime avec :

  • distinction et différenciation : parce que dans notre monde globalisé, que ce soit en matière d’urbanisme, dans les domaines culturels ou économiques, la réponse intelligente à la concurrence en matière de projets urbains ne saurait être la banalisation,
  • innovation et création : parce que les traces de l’histoire sont aussi des contraintes fécondes pour la créativité,
  • mieux habiter les territoires : parce que la construction de sens, le partage des savoirs et des valeurs sont des ressources pour vivre ensemble et pour favoriser la compréhension mutuelle entre anciens et nouveaux habitants.

 

RÉVÉLER L’ESPRIT DES LIEUX

Plusieurs étapes de travail ont été menées depuis 2007 pour réveler l’Esprit des lieux, entendu comme l’ensemble des caractéristiques qui fondent l’identité de ce territoire et qui le distinguent d’autres secteurs urbains : histoire sociale et économique, mémoires des populations qui l’ont habité ou y ont travaillé, éléments de patrimoine matériel (architectural, industriel, urbain, naturel…), spécificités paysagères, dimensions sensibles et symboliques de l’espace construit…

On peut résumer en dix points les principales caractéristiques qui fondent l’esprit des lieux : dix registres identitaires sur lesquels on peut s’appuyer aujourd’hui pour concevoir un mode de développement original, qui donnerait de la valeur au lieu tout en respectant les populations qui y vivent et en évitant la banalisation inhérente à trop de projets urbains contemporains.

 
Une exposition itinérante, disponible pour tous les acteurs locaux ou de l’agglomération a été contrsuite autour de ces dix points caractéritiques de l’histoire du site. Elle présente chacun des thèmes grace à une riche iconographie d’archives.
 
La définition de ces 10 points s’est fondée sur plusieurs études :

1.  Un diagnostic patrimonial de l’ensemble du patrimoine bâti et urbain du secteur a été réalisé en 2008 par l’Agence d’urbanisme pour le développement de la région lyonnaise. Publié au début 2009, il révèle la présence de plusieurs complexes patrimoniaux structurants du territoire, de qualité et de natures différentes. Il met particulièrement en lumière l’intérêt du complexe TASE.

2.  Une étude sur l’histoire et les mémoires sociales, urbaines et économiques du territoire a par ailleurs été lancée début 2008, pilotée par le Grand Lyon (Mission Carré de soie et Direction de la Prospective et du Dialogue Public) avec l’appui des communes, de l’Agence d’urbanisme et du Centre mémoires et société de Villeurbanne. Confiée à la sociologue Catherine Foret, elle a donné lieu à une première « mise en récit » de l’histoire du site dans l’agglomération, à partir d’un inventaire ordonné des savoirs et des travaux de mémoires disponibles.

3. Un diagnostic sensible et prospectif du territoire a été réalisé par un designer, Brice Dury, qui a cherché à appréhender l’esprit des lieux à partir des pratiques actuelles du territoire et des premiers aménagements réalisés dans le cadre du projet urbain. Les analyses issues de ce travail, consignées dans un carnet de tendances, ont permis d’ouvrir des pistes de réflexion quant à la manière dont l’esprit des lieux pourrait se réinventer dans le contexte local et sociétal actuel.

 

DES ATELIERS POUR STIMULER L’IMAGINATION EN S’APPUYANT SUR L’IDENTITE DES LIEUX

Un travail partenarial avec les acteurs locaux impliqués dans le projet urbain du Carré de soie a ensuite été lancé, autour  d’ateliers de recueil d’idées. Il s’agissait d’inviter les acteurs du développement territorial à  traduire, transformer, retranscrire des points forts de l’identité du site dans leur projets de développement.

Pour accompagner la reflexion,  l’Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise a proposé dix fiches expériences de prise en compte de l’esprit des lieux dans les processus de transformation urbaine.

 
Les ateliers ont été lancés en octobre  2010, avec la présentation publique de la démarche auprès d’un très grand nombre d’acteurs locaux (associations, responsables d’entreprises, investisseurs immobiliers,d’équipements sociaux et culturels du site ou de l’agglomération, concepteurs urbains, bailleurs sociaux, enseignants…), en présence de vice-présidents du Grand Lyon et d’élus des deux communes.
 
 
 
Prés de 100  personnes ont ensuite participé aux ateliers,  autour de 4 thématiques :

– « esprit des lieux et développement culturel »,
– « esprit des lieux et développement économique »,

– « esprit des lieux et conception urbaine »,
– « esprit des lieux et vivre ensemble ».

 

 

Organisés en deux séances chacun, ces ateliers créatifs avaient pour objectif de :

  • sensibiliser les différents acteurs à la démarche,
  • rassembler les informations sur les projets, actions et expériences en cours touchant au patrimoine et aux mémoires du territoire, au développement économique, social et culturel,
  • interroger à partir des « 10 points de l’esprit des lieux » les singularités du secteur pouvant être une ressource pour son développement,
  • faire émerger des propositions d’actions, de la plus simple à la plus sophistiquée, qui permettraient à chaque acteur du territoire, dans les années à venir, de mettre en valeur, faire vivre et faire partager l’esprit des lieux, à plusieurs échelles (du quartier à la métropole) et auprès de différents publics (habitants anciens et nouveaux du territoire du projet, Grand-Lyonnais, investisseurs, chercheurs, étudiants et journalistes, touristes et visiteurs de l’agglomération…).

 

L’ESPRIT DES LIEUX  COMME RESSOURCE POUR LE PROJET D’URBANISME ET DE TERRITOIRE

 Un travail de synthèse des quatre ateliers thématiques a donné lieu à la production d’un document « ressource » qui nourrira le projet urbain dans le temps et favorisera la création d’un quartier innovant en lien avec ses identités.

 

Page de couverture référentiel d'actions "Esprit des lieux"

Page de couverture référentiel d'actions "Esprit des lieux"

 

 

Ce document décline à la fois :
des visions de territoire et  des recommandations à la conduite de projet,
– des propositions de positionnements à privilégier pour le projet urbain du Carré de soie,
– un ensemble d’actions fondées sur les spécificités de ce territoire et appropriables non seulement par les collectivités mais aussi par l’ensemble des acteurs du développement du secteur.

 Télécharger le document en cliquant ici


 

Connexion