Qualité de vie

24 février 2013
Par
  • L’eau

Verre d'eau

Concernant la qualité de l’eau, le Grand Lyon est engagé pour la production d’eau potable dans la protection des zones de captages et au-delà dans la prise en compte de la qualité des nappes en relayant les orientations du SAGE dans le SCOT. Le Grand Lyon est engagé auprès de l’Etat à travers le SPIRAML Eau pour la surveillance de la pollution du Rhône.

Le Grand Lyon a obtenu la certification environnementale et le maintien de sa certification qualité pour toutes les activités et sites de la direction de l’eau en juin 2010. La direction de l’eau fait ainsi partie des plus grands services d’eau et d’assainissement de France, à être certifiés sur l’ensemble du cycle. Le maintien de la certification qualité et l’obtention de la certification environnement, constituent une nouvelle étape du parcours vers la triple certification QSE pour juin 2011. Ces démarches permettent de diminuer les impacts environnementaux et d’améliorer la santé et la sécurité du personnel tout en garantissant un service public performant. L’objectif visé d’une triple certification QSE (Qualité Sécurité Environnement) en juin 2011 est très ambitieux car il porte sur l’ensemble du cycle de l’eau, sur un territoire très vaste (57 communes du Grand Lyon) et avec un patrimoine important (un peu plus de 3 000 km de réseau d’assainissement dont 750 km d’égouts visitables et plus de 4 000 km de réseau d’eau potable).

Les stations  d’épuration de Pierre Bénite et Saint-Fons, la réalisation de la station de la Feyssine contribuent à la qualité de l’eau du Rhône, malgré la permanence de pollutions liés à la présence d’anciennes activités polluantes en amont (PCB). 10 stations d’épuration sont actuellement présentes ou en cours de construction sur l’agglomération. Afin qu’elles soient conformes aux normes en vigueur, le Grand Lyon a investit près de 150 millions d’euros entre  2001 et 2008, et prévoit d’investir d’ici 2014, 180 millions d’euros dont 75 M€ pour la nouvelle station à la Feyssine (mise en service en 2011.) Cette station est destinée à traiter les eaux usées de 300 000 équivalents habitants du Grand Lyon, soit 91 000 m3 d’eaux usées par jour.  La problématique énergétique a été intégrée tant dans la construction de la station que dans son fonctionnement futur : solution de traitement à faible impact sur l’environnement, protection du périmètre rapproché de la zone de captage des eaux potables de l’agglomération, reprofilage du terrain afin de ne pas modifier le volume de compensation de crue, panneaux photovoltaïques, toitures et murs végétalisés…

Le 22 mars 2010, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, le Grand Lyon a officiellement lancé Grand’O de Lyon , le nom de marque de l’eau du robinet de l’agglomération lyonnaise. En conférant un nom de marque à son eau du robinet, le Grand Lyon affirme les qualités de son eau potable auprès des habitants de l’agglomération et  souhaite inciter un plus grand nombre d’entre eux à respecter cette ressource et à la consommer quotidiennement, afin de faire face aux enjeux environnementaux (notamment réduction des déchets à la source) et s’imposer comme un territoire exemplaire en matière de développement durable et de changement des comportements.

Image de prévisualisation YouTube

  • L’air

Le Grand Lyon participe fortement à travers COPARLY à la mesure de la pollution dans l’agglomération et il s’est investi aux côtés de l’Etat pour la mise en oeuvre du Plan de Prévention de l’Atmosphère pour lequel de nombreuses actions sont à l’état d’études de faisabilité et concernent les déplacements (réduction de la vitesse sur autoroute, limitation des camions polluants….).

Le Grand Lyon participe également au projet ZAPA : huit collectivités ont été retenues pour étudier la faisabilité d’une expérimentation de « zones d’action prioritaires pour l’air » [ZAPA] sur leur territoire. Dans leur dossier de candidature, les collectivités ont proposé quelques dispositifs à étudier dans le cadre de cette expérimentation, comme « interdire aux véhicules les plus polluants le périmètre de la ZAPA en fonction de l’âge des véhicules », « affecter davantage la voirie aux modes de déplacement les moins émetteurs (vélo, transports en commun, covoiturage) » ou « optimiser les livraisons de marchandises ».

  • Le bruit

Pour lutter contre ce fléau des temps modernes qu’est le bruit, le Grand Lyon élabore un Plan environnement sonore avec les objectifs suivants :
– Mieux connaître et suivre les questions liées au bruit et à l’environnement sonore en élaborant des cartes de bruit,
– Définir un  Plan de Protection du Bruit dans l’environnement (1077 téléchargements ) (adopté en décembre 2010) pour réduire les nuisances sonores et protéger les zones calmes.

  • La propreté urbaine


déchets

Nos achats, des plus basiques (boire, se nourrir…) aux plus élaborés (électroniques…) ne sont pas sans conséquences pour la planète. Afin de minimiser les impacts environnementaux de nos consommations, de mieux gérer les diverses pollutions qu’elles entrainent, mais aussi d’inciter au changement de comportement, le Grand Lyon agit à plusieurs niveaux.

La Communauté urbaine de Lyon collecte et traite  les déchets ménagers (460 téléchargements ) sur l’ensemble du territoire. Le Grand Lyon poursuit ses efforts pour mieux collecter les déchets, et aussi pour les valoriser, sous forme de production d’énergie et de recyclage, en maîtrisant davantage la pollution émise par la gestion de ces déchets. Il encourage le tri des ordures ménagères, devenu courant pour les habitants du Grand Lyon. Ainsi tous participent à une collecte plus développée et plus sélective des déchets. Il s’engage dans un programme volontariste de réduction des déchets à la source, basé sur une campagne de sensibilisation et sur des plans d’actions concrètes encourageant notamment le compostage et les recycleries.

Le Grand Lyon encourage également le développement de l’agriculture péri-urbaine et des circuits courts, via le dispositif régional PSADER. Il valorise le commerce équitable, via un soutien à la Quinzaine du commerce équitable, ou à des associations Artisans du Monde

Quelques exemples d’actions :
– Les recycleries dans les déchetteries du Grand Lyon
– La Faites de la Propreté


Balais

En plus de la gestion et du tri des déchets, une des missions du service de Propreté du Grand Lyon est celle du nettoiement des espaces publics. Le nettoiement, c’est 30930 tonnes de déchets de nettoiement, 1236 agents et 2 500 km de voies communautaires à nettoyer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*