Observatoire de la flore remarquable du Grand Lyon

24 février 2013
Par

Observatoire A4

Devenir observateur de la flore remarquable, comment ça marche ?

Botaniste amateur ou averti, le Grand Lyon en partenariat avec le Conservatoire botanique national du Massif central, vous invite à participer au suivi d’une ou plusieurs populations d’espèces rares et menacées à proximité de votre lieu de résidence ou de travail, situé sur le territoire de l’agglomération.

Vos relevés de terrain seront compilés par le Conservatoire botanique, puis analysés dans le but d’alerter en cas de menace sur une espèce et nourrir la stratégie d’action en matière de préservation sur le territoire du Grand Lyon.

Contact : flore@grandlyon.com

Documents utiles  (téléchargeables) :

La méthodologie ppt

Rapport Méthodologie d’élaboration d’une pré-liste espèces végétales remarquables Grand Lyon_CBNMC_A Bertran_2014

Présentation de la 2ème journée  du réseau de conservation de la flore remarquable 2015 (ppt)

Présentation de la 3ème rencontre du réseau de conservation de la flore remarquable 2016 (ppt)

Présentation du projet nature de Sermenaz

Présentation de la 4ème journée du réseau de conservation de la flore remarquable 2017 (ppt)

Le kit observateur

117-Inventaire-flore-Grand-Lyon-2012.pdf (95 téléchargements )

Protocole d’inventaire des Charophytes

2 Responses to Observatoire de la flore remarquable du Grand Lyon

  1. thierry chenet le 22 avril 2017 à 10:48

    Bonjour et bravo pour vos efforts pour préserver la flore locale de notre si belle région. Mais en botaniste amateur et ingenieur agronome je m’inquiète de l’envahissement de la grande Metropole par des espèces dites invasives, comme la renouée du Japon capable d’émettre des toxines par ses racines pour détruire la flore locale et se disséminer rapidement le long de nos charmants cours d’eau. Par exemple il n’y a qu’à voir les dégâts faits au bord de l’Yzeron prés du Lycéé Blaise Pascal de Charbonnières les Bains c’est une catastrophe avec des tiges de 2 mètres de haut qui prennent la lumière et qui laisse en hiver une place déserte de toutes espèces locales. Le parc de Lacroix Laval commence a être touché également , êtes vous conscients de ce phénomène? cette espèce invasive est d’ailleurs citée par la commission européenne comme espèce a détruire car non native d’Europe. Trés cordialement

    • caclavel le 25 avril 2017 à 08:15

      Bonjour,
      Nous vous remercions pour votre commentaire.
      En effet les espèces envahissantes sont présentes sur presque tout le territoire de la Métropole de Lyon, les zones urbaines sont les plus touchées, les grands fleuves et axes de communication étant des axes de dispersion. Si l’éradication d’espèces telles que la Renouée semble impossible, leur contrôle aux abords de zones naturelles est un enjeu sur lequel les gestionnaires d’espaces naturels sont investis. Au-delà des espèces envahissantes connues sur le territoire une veille est organisée pour prévenir l’arrivée d’espèces exotiques potentiellement envahissantes dans les territoires géographiquement proche et sensibiliser les professionnels à une meilleure prise en compte des invasives.

      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*